Baptisée du nom de la nymphe mythologique qui a recueilli ce cher Ulysse sur son île paradisiaque, la librairie Calypso nous transporte au-delà des océans, vers des contrées souvent exotisées, mais largement méconnues pour leur littérature foisonnante qui donne à rire, à pleurer, à vibrer et à s'ouvrir à de nouvelles perspectives insoupçonnées. Prêt·e·s à larguer les amarres ?

Agnès Cornélie, fondatrice de la librairie Calypso © PK Douglas

Enfin reconnues comme des commerces dits « essentiels » — grâce à la mobilisation du monde des lettres et de la population — les librairies ouvrent grand leur porte à notre désir d’évasion pendant le confinement, et après ! Alors, pourquoi s’en priver ? Petite nouvelle dans le paysage culturel parisien, Calypso, première (et unique) librairie exclusivement consacrée à la littérature et à la culture des Outre-mer et de la Caraïbe, attire l’attention dans son écrin coloré et chaleureux. Imaginé, façonné et concrétisé par Agnès Cornélie, jeune entrepreneure guadeloupéenne pleine de détermination, ce véritable éden Caraïbe et Outre-mer où rayonnent romans, BD, essais, livres d’histoire, carnets de voyage, livres pour enfants, recueils de poèmes, albums de musique et oeuvres d’art s’est fait une jolie place — ainsi qu’une belle réputation — dans le 11ème arrondissement de Paris. Une fois les contraintes liées aux restrictions sanitaires assouplies, Agnès espère bien poursuivre ses rencontres littéraires. Prochaine invitée ? Françoise Vergès, la politologue, militante féministe et auteure de Un féminisme décolonial et Une théorie féministe de la violence. À ne rater sous aucun prétexte ! Rencontre avec une libraire aussi passionnée que passionnante. 

PK pour Paulette : Alors que la pandémie fait rage et que l'avenir ne nous a jamais paru si imprévisible, tu décides de te lancer, seule, dans un projet entrepreneurial inédit. Pourquoi avoir décidé d’ouvrir ta propre librairie ?

Agnès Cornélie : Bonjour Paulette ! En effet, après de nombreux mois passés à construire ce projet, à lever des fonds (11 000 euros via une cagnotte participative, ndlr) et à chercher le local adéquat, la librairie Calypso a enfin accueilli ses premier-e-s client-e-s le 28 août dernier. Auparavant professeure de français au collège, j’ai eu envie de créer un espace ouvert à tous et à toutes qui mette en avant les littératures des régions françaises d’Outre-mer et des pays de la Caraïbe. Ces territoires sont souvent vus uniquement comme des paradis où il fait bon vivre mais leur richesse littéraire est mise de côté. Ouvrir une librairie m’a semblé idéal pour faire la promotion des écrivain•e•s de ces régions. Ielles le méritent !

PK : D'où te vient cette passion pour la littérature ? Et pourquoi valoriser les auteur·e·s caribéen·ne·s et ultramarin·e·s tout particulièrement ?

A.C. : Ma passion pour la littérature de manière générale me vient de ma mère qui nous a toujours incité·e·s, mes frères et sœurs et moi, à lire plutôt que de regarder la télévision ou d’autres écrans. Sur le moment, nous étions déçu·e·s mais elle a eu totalement raison ! Mon goût pour la littérature caribéenne m’est venue ensuite car je souhaitais lire des auteurs qui venaient de la même zone géographique que moi. Contrairement à l’idée que l’on pourrait avoir, les auteur·e·s caribéen·ne·s ne parlent pas uniquement de magnifiques paysages mais surtout du quotidien issu d’une histoire douloureuse et complexe. Ielles ont bien souvent des qualités stylistiques remarquables !

PK : La Caraïbe a d'ailleurs vu naître plusieurs Prix Nobel de littérature ainsi que des lauréats d'autres grands prix littéraires, Prix Goncourt, Booker Price, Prix Carbet…

A.C. : Absolument ! Il y a beaucoup d’écrivain·e·s qui ont remporté des prix prestigieux : René Maran, Prix Goncourt en 1921 pour Batouala Derek Walcott, Prix Nobel de littérature en 1992 ; Patrick Chamoiseau, Prix Goncourt en 1992 pour Texaco VS Naipaul, Prix Nobel en 2001 ; ou encore plus récemment, Maryse Condé, Prix Nobel alternatif de littérature en 2018 pour ne citer que ces quelques exemples. La Caraïbe regorge de talents. 

Nous voyons bien actuellement à quel point nous avons besoin de nous rencontrer et d’échanger afin de nous enrichir.

Agnès Cornélie

PK : Tout comme la librairie Calypso qui regorge d'une grande variété d'ouvrages, propose des semaines thématiques ainsi que des rencontres littéraires ou des mini concerts musicaux. On pourrait presqu'y passer des heures, non ? 

A.C. : Oui, le projet Calypso n’est pas uniquement une librairie mais un véritable lieu de vie et de rencontres entre les écrivain•e•s et les lecteur•rice•s, les écrivain•e•s entre elleux et les lecteur•rice•s entre elleux. Nous voyons bien actuellement à quel point nous avons besoin de nous rencontrer et d’échanger afin de nous enrichir. Les librairies permettent ces échanges. Je tenais également à ce qu’il y ait un petit coin salon de thé afin de proposer des produits des Outre-mer : thé de la Réunion (seul département de France à produire du thé ! ), café Bourbon pointu de la Réunion, chocolat chaud de Guadeloupe, pâtisseries de Martinique. Les client•e•s aiment souvent s’y installer afin de commencer la lecture d’un ouvrage qu’ielles viennent d’acquérir. Enfin, je souhaitais proposer un espace galerie car j’apprécie l’art et que la Caraïbe regorge aussi de talentueux artistes plasticien•ne•s, photographes et autres. Une exposition se tiendra normalement en mai. Donc, oui on peut passer la journée chez Calypso et ce sera un grand plaisir pour moi !

Librairie Calypso © PK Douglas
Librairie Calypso © PK Douglas
Librairie Calypso © PK Douglas
Librairie Calypso © PK Douglas

PK : En tant que jeune femme ultramarine, quels conseils donnerais-tu à d'autres femmes qui souhaitent se lancer dans l'entrepreneuriat dans un milieu où il y a assez peu de personnes qui leur ressemblent ?

A.C. : Que l’on soit une femme (ou un homme), il est primordial de bien construire et mûrir son projet. Créer une entreprise est un chemin long et difficile. Il faut essayer d’anticiper autant que faire se peut tout ce que cela implique pour soi et pour son entourage. Des sacrifices temporaires seront à faire pour se consacrer entièrement à son projet. J’ai eu la chance d’être entourée de personnes capables de m’aider dans la gestion de mon projet : construction du business plan, présentation aux banques, évaluation des coûts, etc. Il existe des plateformes pour cela comme Les Premières de Guadeloupe ou Outremer Network. Il y a de plus en plus de femmes qui se lancent dans l’entrepreneuriat avec détermination, et c’est une très bonne chose !

 

Agnès Cornélie, fondatrice de la librairie Calypso © PK Douglas

PK : L'été approche à grands pas et on espère bien en profiter ! Quels ouvrages nous conseillerais-tu d'emporter dans nos bagages ?

A.C. : Oh oui, j’espère que nous pourrons en profiter pour nous détendre ! Je conseillerais aux Paulette Le syndrome de l’accent étranger, premier roman de Mariam Sheik Fareed (Editions Philippe Rey), Tropiques toxiques, la bande dessinée documentaire de Jessica Oublié (Les esclaves / Steinkis), la trilogie L’arbre à pain, Frangipanier et Tiaré de Célestine Hitiura Vaite (Au Vent des Îles) qui sort bientôt en poche et Mémoires de la plantation de Grada Kilomba (Anacaona Editions). Vous allez vous régaler ! 

PK : Pour conclure, comment peut-on faire ses emplettes et soutenir au mieux la librairie Calypso ?

A.C. : Les librairies sont désormais reconnues comme des commerces essentiels donc Calypso reste ouverte durant cette période. Pour les personnes qui sont plus loin, il est possible de passer des commandes et de se faire livrer grâce au site internet de la librairie ou directement ici.

PK : Merci Agnès !

La librairie Calypso ouvre ses portes du mardi au samedi de 10h30 à 19h au 17 bis avenue Parmentier dans le 11ème arrondissement de Paris, métro Saint-Ambroise. 

Propos recueillis par PK Douglas

Avec l’ouverture du petit nouveau Coyo Taco, on s’est dit que c’était l’occasion de revenir sur les trois meilleurs tacos mexicains de Paris. 

Quand on dit tacos mexicains, ça veut dire exit la sauce fromagère et le salade tomate oignon. Quand on parle de tacos mexicains, on parle de viande marinée, de cheddar affiné, guacamole… Rien que d’y penser, on en salive. Et on vous présente nos 3 lieux préférés pour en déguster. 

Coyo Taco / 2ème Arrondissement

Coyo Taco, c’est la nouvelle adresse à tester. A la base chaine créée, développée (et adorée) à Miami, le restaurant a décidé d’ouvrir une franchise à Paris. Et grand bien leur a pris ! Pour avoir testé, on vous recommande les quésadillas aux poulets et les tacos au porc. Le guacamole est aussi un incontournable. Par contre, on a eu une préférence pour le salé. Mais bon. De la cuisine maison et authentique, des produits frais, des serveurs sympas…Le tout dans un cadre moderne. Que demander de mieux ?

Huitzilin / 20ème arrondissement 

Tacos chez Huitzilin – © Facebook de Huitzilin

Huitzilinc’est la pépite mexicaine du 20ème arrondissement. Ok, ce n’est pas aussi moderne, mais le goût est au rendez-vous. Promis. Tacos, viande marinée, burritos, fajitas, ce qui est sure, c’est que les plats sont typiques. Il y a même une salade de cactus ! 

Toloache / 18ème arrondissement 

L’équipe de Toloache – © Facebook de Toloache

Avis à tous les habitants du 18ème fan de mexicain : Toloache est pour vous. Encore un restaurant authentique, avec des tacos et des viandes marinées. Mais pour tous les fêtards d’entre-vous, il est aussi possible d’y déguster des nachos, et donc de la partager. On vous voit venir, l’endroit est parfait pour les dates, si vous aimez les soirées chill. Et, bon plan : le menu étudiant est à 7€. 

Si vous testez, donnez-nous vos avis ! 

Article de Clémence Bouquerod 

Le premier octobre, c’était la journée internationale du végétarisme. Et à cette occasion, on revient sur nos meilleurs livres de recettes et meilleurs restos. 

Écologie, bien-être animal, aujourd’hui les raisons pour devenir végétarien·ne ne sont nouvelles pour personne. Alors, pour les convaincu·e·s ou celleux qui veulent essayer de réduire leur consommation, Paulette revient sur ses meilleurs bons plans. Des adresses aux livres de recettes. Et on ne peut qu’encourager une consommation de viande plus responsable – même si on comprend aussi que laisser tomber la viande, ce n’est pas facile pour tout le monde. 

Nos meilleures adresses 

  • Restaurant Le Primeur
  • Restaurant Soya
  • Restaurant Uma Nota

Flemme de cuisiner ? On compatis. Et c’est pour ça qu’on vous propose nos 4 restaurants végétariens – ou presque – préférés sur Paris.  

  • Le primeur, dans le 20ème : Cantine végétarienne, Le Primeur est l’endroit parfait pour ceux qui veulent découvrir le végétarisme, à prix doux. Le chef recrée des plats en version végé, comme les lasagnes et le bò bún. Et promis, ça vaut le détour.
  • East Side Burgers, dans le 11ème : Comme son nom l’indique, East Side Burgers est un fast-food végétalien. Le premier à Paris, pour être exact. Des prix mini, des alternatives vegan – oui, même le fromage – à tous nos plats favoris en lendemain de soirée, comme les nuggets ou les burgers… Que demander de plus ? 
  • Soya, dans le 11ème : Comment parler de restaurants végés sans parler de l’emblématique Soya ? Mélange de plusieurs inspirations autour du monde, Soya, c’est la référence végétalienne – et quasi 100 % sans gluten – parisienne. 
  • Uma Nota, dans le 2ème : Ce restaurant de cuisine de rue Japonaise/Brésilienne n’est pas 100% végétarien. Mais pour avoir gouté ses options, on ne peut que vous le conseiller. Déjà, parce que ce sont des goûts inédits, et surtout parce que c’est très savoureux. Coup de cœur pour le Burger à l’aubergine croustillante et ses frites de patates douces. Miam ! 

Nos meilleurs livres de recettes 

Feeling brave enough? Voici nos livres de recettes végétariennes ou vegan préférés. 

  • Simplissime 100% Veggie : Les simplissimes sont connus pour ça et, comme leur nom l’indique, hypra simple. Quelques ingrédients, des photos et la recette est prête ! De quoi se régaler vite, et pour pas cher ! 
  • Vegan – Alice Esmeralda : Plus qu’un livre de recette, Vegan est un livre qui a pour ambition d’aider les gens à transitionner vers le véganisme. Au programme, 80 recettes du brunch aux dessert, en passant par l’apéritif. 
  • Deliciously Ella : Pour les cuisinières en cheffe, le livre d’Ella est parfait ! Pourquoi en cheffe ? Parce qu’il nécessite tout de même des outils particuliers. Mais rien que pour sa recette de spaghettis de courgette au pesto d’avocat, on ne peut que le conseiller. 

Bon appétit !

Article de Clémence Bouquerod 

Ça y est, l’heure du déjeuner ou du dîner approche et le ventre crie famine… Problème : c’est le rush au boulot ou le néant dans le frigo. La solution ? Opter pour la livraison d’un repas déjà concocté ou de produits frais afin d’apporter son grain de sel. Cette option qui compte bon nombre d’adeptes offre une multitude de possibilités, dans l’optique de satisfaire les gourmands de la Ville Lumière. Entre les boxs et les paniers-repas, on passe en revue les bons plans livraison de la rentrée !

La box 100% bio : Rutabago

Du producteur au consommateur, avec Rutabago la boucle est bouclée. Cette initiative solidaire brandissant fièrement des boxs 100% bio se décline en trois volets : lutter contre les détracteurs environnementaux, privilégier les circuits-courts et instaurer un projet humain et gourmand.

Concrètement, ça donne quoi ? On commence par choisir parmi trois boxs à cuisiner : « Tradi » autrement dit frenchy, « Evasion » ou « Végé« . Une fois le dilemme cornélien passé, on peut dors et déjà découvrir les recettes que l’on concoctera au dîner. A l’ouverture, sont nichées les fiches recettes et les quantités exactes d’ingrédients, pour une semaine de plaisir aux fourneaux ! Parole d’honneur, en trente minutes chrono c’est prêt …

Le Frenchy bien emballé : Notre Apéro

Les copains débarquent et l’envie d’un apéro bien franchouillard se fait ressentir. Sauf que la virée supermarché qui coûte un bras quand on vit dans une grande ville, pour des produits « moyens », emballés et bourrés de conservateurs… Bof. Et si on n’a vraiment pas le temps de bouger, alors on peut opter pour les box du service Notre Apéro. Pour 62 euros, on choisit notre vin (en provenance de producteurs bien racontés sur le site) puis nos apéros pour se régaler avec trois amis dans une ambiance « à la maison » qui donne toutefois le sentiment d’être dans un bar à vin de qualité. Fromages soigneusement sélectionnés, charcuterie finement découpée, légumes crus et dip cuisiné… Difficile de résister et de ne pas renouveler un apéro coup de coeur comme celui-ci.

La raison pour laquelle on y revient ? Les produits minutieusement sélectionnés par les fondateurs de la plateforme ! La charcuterie Masàn, la fromagerie Goncourt, la maison Colibri, les chips Thaas… Difficile de ne pas recommencer, avec les mêmes, dès la semaine prochaine.

Le panier-repas 100% titi parisien : Bouillon Pigalle

Véritable institution dans la sphère des brasseries parisiennes, Bouillon Pigalle cultive sa renommée en régalant les papilles à coup de plats mijotés et régressifs. Face au COVID, et pour se remettre en selle, Bouillon Pigalle a opté pour le Click & Collect. Ce mode de service s’est finalement avéré être une option de choix, offrant au lieu une seconde jeunesse à l’heure où la livraison bat son plein.

A l’heure du déjeuner, on (ou plutôt notre estomac) chavire pour des rillettes de saumon. S’en suit la cultissime saucisse au couteau escortée de sa purée et d’un jus réduire. On termine sur une note sucrée, avec le gâteau au chocolat arrosé de crème anglaise.

La cerise sur le gâteau ? Un rapport qualité-prix de folie, notamment avec le menu du jour (entrée, plat et dessert) au prix de 10 euros !

La box 100% épicerie frenchy : Maison Plisson

Ce lieu à l’entité double de restaurant et épicerie fine détient une nouvelle corde à son arc… En effet, La Maison Plisson offre dorénavant à ses fidèles clients l’opportunité de se faire livrer la crème de la crème des produits. Que l’on soit en manque de temps ou que l’on ai envie de s’affaisser sur son canapé, on retrouve sur le e-shop un choix titanesque de gâteries à glisser dans le panier : viandes du boucher, charcuterie, antipasti, pâtes, fruits de mer ou encore douceurs sucrées, tous les rayons sont dans le salon !

Last but not least : la gamme « Yapluka » arrive en force, dégainant des assiettes préparées avec amour comme le tian de légumes ou les blinis aux herbes et crème au thon.

Le panier-repas 100% évasion : Les Cuistot Migrateurs

Aux prémices des Cuistots Migrateurs, Louis et Sébastien, deux hommes abreuvés d’idéaux, à l’envie grandissante de taper dans la fourmilière des idées reçues et notamment celles sur les réfugiés.

L’idée des deux compères ? La diversité, la connexion, la convivialité et l’enrichissement mutuel, au coeur d’un projet qui ne cesse de fleurir.

A l’heure du déjeuner, on se précipite sur son smartphone et l’on commande l’une des lunch boxs chargée d’histoire « Carné » ou Veggie« , pour la maudite somme de 15 euros. Des produits frais, locaux et un packaging responsable : que demander de plus ?

Le panier-repas 100% iodé : La Lorraine

C’est un fait : le week-end, les parisiens foncent vers la côte normande pour s’engouffrer des joyeuses gâteries qu’offre la mer. Mais comment faire en semaine, alors que le rush bât son plein ? On fait confiance à La Lorraine, une institution spécialiste des produits fraîchement pêchés, qui de surcroît compte la crème de la crème des maîtres dans l’art de sublimer les mets salins : le chef Cédric Moisan et le triple champion de France des écaillers, Rabah Guechoud.

La bonne nouvelle ? La brasserie dégaine une toute nouvelle offre avec la livraison et le service à emporter.

Voici la marche à suivre pour se faire livrer les produits de la marée. On commence par choisir son option de commande entre la livraison ou le Click & Collect. Dans un second temps, on concocte son plateau de fruits de mer en y insérant huîtres, crevettes, bulots et autres crustacés iodés … Enfin, on détermine son heure de retrait ou de livraison et l’on règle ! Ne reste plus qu’à patienter….

Que l’on mette les pieds sous la table ou que l’on passe derrière les fourneaux, ce qui est certain c’est que chacun trouvera son bonheur !

Cannes, c’est la Croisette, le Festival International du Film, les célébrités et les palaces… Oui, mais pas que. Chez Paulette, on a eu la bonne idée de partir à la découverte de l’autre visage d’une ville sur laquelle on pense déjà tout savoir. Un visage authentique et atypique, artistique et novateur, ludique et rieur, les eaux bleu turquoise de la Méditerranée en toile de fond. Afin de ne rien manquer de cette destination aux multiples facettes, on vous a concocté un top 10 des endroits à explorer lors de quelques jours d’évasion comme « au bout du monde ».

Le Parc Naturel Forestier de la Croix des Gardes © @cannesisyours

Où prendre un grand bol d’air frais ?

Les îles de Lérins

Petite retraite paradisiaque insoupçonnée au large de la baie de Cannes, les îles de Lérins sont à découvrir absolument ! En bateau, en kayak ou en paddle, tous les moyens sont bons pour goûter à la sérénité dont profitent les moines de l’Abbaye de Lérins sur l’île Saint-Honorat, ou pour percer le mystère de l’identité du célèbre pensionnaire de la prison de Masque de Fer sur l’île Marguerite. Une fois votre curiosité assouvie, vous n’aurez que l’embarras du choix entre les nombreuses criques et petites plages où faire trempette ! 

La Croix des Gardes 

Fan de rando ou de trek, Cannes a ce qu’il vous faut : le Parc Naturel Forestier de la Croix des Gardes, avec 20 km de sentiers sur les hauteurs de la ville, un parcours santé pour respirer un bon air iodé et 5 belvédères (le Maquis, Roquebillière, de la Croix, du Cèdre, et Brougham) offrant un panorama à 360 degrés sur l’une des plus belles baies du monde, ses îles, le massif de l’Estérel et les Préalpes d’Azur. Les amoureux·ses des fleurs prendront le temps d’observer les sentiers botaniques comprenant un arboretum de plus de 40 sortes de mimosas. Une belle parenthèse verdoyante et revigorante à tester !

Où partir à l’aventure ?

Le quartier du Suquet

Cœur historique de la ville de Cannes, le pittoresque et vallonné quartier du Suquet vaut le détour pour se balader dans les ruelles médiévales, apercevoir le Vieux Port, grimper la centaine de marches qui mène au sommet de la Tour Carrée, visiter le Musée de la Castre et le Suquet des Artistes, admirer la vue spectaculaire sur la Croisette et faire le plein de spécialités provençale au Marché Forville, dont la fameuse Socca, une fine galette à base de farine de pois chiche, d’eau, de sel et d’huile d’olive cuite au feu de bois et agrémentée de poivre. À manger chaude, juste à la sortie du four.

La villa Domergue

Énorme coup de cœur pour se petit bijou d’architecture Art Déco niché dans le quartier de la Californie sur les hauteurs de Cannes, dont les jardins méditerranéens en terrasses, agrémentés de bassins et de cascades furent conçus par la sculptrice Odette Maugendre. La vue sur Cannes y est magnifique, particulièrement en fin de journée. La Villa Domergue accueille aussi de nombreuses expositions temporaires : Louis Cane. Sculptures, jusqu’à fin septembre. La visite de la villa se fait à très petit prix, grâce notamment au Cannes Pass Expo (10 euros pour 4 lieux et 4 expos) incluant, entre autres, une entrée au Centre d’art La Malmaison, où est exposé le peintre américain mondialement connu Kehinde Wiley !

Où très très bien manger ?

La Môme 

Ambiance chic et festive aux restaurants La Môme, dont l’un a pour spécialité la cuisine fusion japonaise, l’autre, juste en face, propose des plats inspirés de la Méditerranée, et le troisième, La Môme Plage, situé sur la Croisette, invite à prendre le large. On vous conseille vivement de goûter la burrata à la truffe, tomate de saison, pesto et balsamique, le ceviche de dorade, agrumes, avocat et fruits de la passion et le risotto à la truffe de saison. Ne partez pas sans  avoir pris un cocktail ou un digestif à La Môme Cocktail Bar dont le design signé Samy Chams est de toute beauté. 

Le Tredici 

Jolie adresse cannoise plébiscitée par la jeunesse locale, le Tredici propose une cuisine simple, fait maison, pleine d’authenticité provençale, avec une petite touche d’Italie. Alix et Loic, le jeune couple de passionnés aux commandes de cette table aux airs de bistrot se fournissent au Marché Forville, tout proche, et auprès de producteurs italiens qui leur livrent des produits frais plusieurs fois par semaine. On se laisse volontiers tenter par les généreuses tartines façon bruschetta, spécialités de la maison, accompagnées d’un bon vin rouge. 

Où boire un verre et chiller en soirée ?

Ohlala Le Martinez

L’apéro-soirée Ohlala Le Martinez sur la plage de l’hôtel mythique est LE spot où boire un verre, manger un morceau et chiller les pieds dans le sable, après une longue journée de farniente ! Ici on casse les codes pour offrir une expérience bohème et « bombance », comme à la maison, avec des cagettes à emporter depuis un pick-up et des brochettes à faire cuire sur les braseros, bon appétit ! Un bar à shots, et du rosé en bouteille à foison. Sans oublier une ambiance musicale comme on les aime, entre nostalgie et musiques actuelles. On y danse jusqu’au bout de la night !

Le Roof at Five Seas Hotel

Le discret toit terrasse du Five Seas Hotel Cannes est LE rooftop arty de la ville, avec sa jolie piscine à débordement où se reflètent les rayons orangés du soleil couchant. Vous l’aurez compris, un bel endroit Instagrammable au possible ! D’autant plus que l’artiste contemporain David David a investi le lieu de ses sculptures monumentales et colorées, entre influences Pop Art et critiques de notre société actuelle. Le Arty Summer Roof at Five Seas Hotel propose également une carte de fingerfood aux accents méditerranéens : falafels aux lentilles vertes et son houmous léger de poivrons rôtis, brochettes kefta ou encore guacamole frais préparé sous vos yeux, tout ça aux sons d’une programmation musicale pointue par la DJ résidente Ness Toria.

Où se loger ?

L’hôtel Verlaine

Perché dans le quartier de la Californie Pezou, on vous conseille l’hôtel Verlaine, petit écrin de verdure et de charme OKLM. Pensé, décoré et managé par 3 sœurs passionnées, le Verlaine propose un cadre rétro Belle Époque, une déco moderne qui invite au voyage à chaque étage ainsi que des prestations et des équipements pointus et qualitatifs, dignes d’un 4 étoiles : restaurant, bar-lounge, espace bien-être et spa, terrasse reposante et jardins paysagers privatifs qui offrent une pause régénérante et écolo.  Tout y est pensé pour l’évasion, la méditation et la détente.

L’hôtel Martinez 

« When in Cannes », pourquoi ne pas se faire un grand plaisir au spectaculaire hôtel Martinez ? C’est décidé, on passe l’été sous le signe du Y.O.L.O. ! Outre une expérience luxe, sur-mesure et hors du temps, dans un cadre Art Déco chargé d’histoire, le Martinez propose 3 offres de séjours personnalisables durant tout l’été, Good Moves, Good Vibes, Good Life, comprenant, selon l’offre, un accueil champagne en chambre, un petit-déjeuner, un déjeuner, un dîner gastronomique, un transat à la plage de l’hôtel, un massage, et bien d’autres petits plaisirs ! Ces 3 packages ne comprennent pas l’hébergement. Plus de détails sur le site du Martinez.

Alors, rendez-vous à Cannes pour un été qui vous réserve encore plein de surprises et d’instants magiques !

Pour planifier au mieux votre séjour à Cannes, n’hésitez pas à consulter le site de l’Office du Tourisme de Cannes ici.

Article de PK Douglas

© @cannesisyours

Durant la saison estivale, la capitale offre aux habitants d’un jour et de toujours des bons plans et autres surprises décadentes. Nouveautés food, prélassement en chambre d’hôtel et réductions vous attendent. Ready ? C’est partie pour une farandole de bonnes affaires sur les terres de la Dame de fer.

S’octroyer une douceur raffinée à emporter au Ritz

Depuis le début du mois de juin, en attendant la réouverture du Salon Proust, un comptoir éphémère a vu le jour devant le célèbre palace du Ritz. Les becs sucrés ne pourront que rester gaga devant cette avalanche de créations alléchantes.

Pour chapeauter cette usine à rêves : François Perret, que l’on a la chance de rencontrer avec les membres de son équipe du mardi au samedi après-midi.

Au programme de cette quintessence gustative : des pâtisseries signatures à l’instar du Ritz au lait ou de l’entremet marbré. Et pour saupoudrer le tout, on ajoute des gâteries du terroir californien, twistées à la sauce Perret. Au final, ça donne un cookie géant, un cheesecake aux fraises des bois ou encore un taco, autrement dit une préparation croustillante à base de miel et d’abricot, garnie d’une mousse crémeuse aux pistaches caramélisées et au fromage blanc.

Prendre un petit-déjeuner israélien chez Motek

D’accoutumée, on ne se lasse pas d’envahir les brunch de Paname, à l’allure américaine et australienne. Et si on prenait un peu de hauteur en sortant des sentiers battus ? On tape dans le mille avec Motek, un nouveau bijou aux effluves orientales orchestré par des chefs israéliens.

Pour surfer sur la vague de la tablée en bande du dimanche, les cuisiniers ont eu l’ingénieuse idée d’organiser le petit-déjeuner israélien. Au menu par exemple : la cultissime tchachouka à base d’oeuf ,de merguez et de féta, la salade d’aubergines, le houmous de betterave et le tahini maison, sans oublier en guise de boisson le délicieux thé nahnah.

Profiter de l’offre onirique de l’hôtel The Hoxton

Nombreux sont les lieux cachés de la capitale, propices à la détente et au prélassement. L’hôtel The Hoxton Paris en fait d’ailleurs partie et dégaine une offre à ne manquer sous aucun prétexte.

Pour l’achat d’une nuitée en chambre Cosy, les petits veinards disposeront d’un crédit de 100€ à dépenser à leur guise durant le séjour. L’occasion donc de tester l’un des spots gourmands de l’enseigne hôtelière : la cuisine fusion asiatique du Rivié, le bar à cocktails aux influences marocaines Jacques Bar ou Planche, le lieu intimiste et boisé où boire un verre.

Tenté(e) ? On réserve de suite en usant du code promo STAYCAY sur le site ou directement par ici.

Siroter un cocktail au Laho Rooftop

Tout prêt de la Gare de Lyon, au 18ème étage d’un immeuble de standing, s’est posé le rooftop LAHO. On y vient pour la vue panoramique grandiose et le spectacle naturel du coucher de soleil s’offrant à nos yeux ébahis.

Et parce que les soirées sont chaudes et pesantes, on glougloute volontiers l’un des cocktails de la carte. Notre coup de coeur se pose sur le Quarzazate, avec un aller-retour direction le pays des Mille et Une Nuits, ainsi que le Virgin frizzante au concombre.

Déguster des fruits de mer chez Brasserie Bellanger

Le crédo de Brasserie Bellanger ? Profiter au maximum des douces soirées d’été. Une question s’en suit : comment ? Grâce au comptoir de la mer… On s’installera tout le mois d’août en terrasse pour apprécier de succulents produits iodés et sourcés, le tout accompagné d’un bon verre de vin blanc.

Les narines frétillent avec ces mets humant les embruns. On commence par débarquer à Utah Beach, avec les huitres charnues de l’ostréiculteur Jean-Paul Garnier, un as dans son domaine. Pour se marier au plat d’exception, on adore une sauce vinaigrette et échalotes.

On continue ensuite l’escapade avec une dégustation de bulots cuits dans le bouillon made in Brasserie Bellanger. Pour encore plus de gourmandise, on plonge le fruit de mer dans une mayonnaise muy caliente aux zestes de citron vert.

On clôt l’échappée avec la truite fumée des Pyrénées, jointe à une crème artisanale aux baies roses, en provenance directe d’Argelès.

Une petite soif se fait sentir ? On se rue sur un Gin Tonic piscine.

Les plages de sable blanc et les cocotiers n’ont qu’à bien se tenir : Paris entre dans la place.

Pour davantage d’adresses, go sur la Paulette map.

https://www.instagram.com/p/CDDzLmFBbHn/

Il y a quelques semaines, Paulette a eu le plaisir de partir à la découverte des deux plus grandes villes de la région de Québec, Montréal et Québec Cité – grâce à Québec Original et en partenariat avec Tourisme Montréal et l’Office du tourisme de Québec. On vous propose de revenir sur ce séjour de l’autre côté de l’Atlantique, qui a eu lieu aux dernières heures de l’été, et dont on est revenu.e le corps vivifié, l’esprit reposé et l’âme ressourcée. Que du positif pour affronter la rentrée du bon pied !

La rue Sainte-Catherine à Montréal (@ericbranover)

Outre les quartiers multiculturels et animés, les bons spots où boire de la bière artisanale locale, accompagnée d’une poutine (le plat régional, que dis-je national !) aux saveurs insoupçonnées et les multiples activités et balades que proposent Montréal et Québec Cité, on a été charmé par l’aspect plus doux de ce séjour citadin qui n’a pas du tout rimé avec atmosphère de grandes villes d’où l’on revient H.S.. Bien au contraire, notre séjour québécois a été l’occasion d’une reconnection des plus salutaires entre « mind, body and soul ». On vous raconte tout.

Vue sur le spa-sur-l’eau Bota Bota à Montréal (© M-R.Mattera)

My Body, My Temple

L’un de nos coups-de-cœur absolu ne fut autre que le sublime et relaxant spa-sur-l’eau Bota Bota dont la vue imprenable sur le centre-ville de Montréal suffit à émerveiller et redonner le sourire à tout.e explorateur.rice grisé.e. On parie ? On a eu la chance d’être initié.e au circuit d’eaux en trois étapes : d’abord le chaud (10 à 20 minutes dans un sauna sec ou un bain vapeur), suivi du froid (15 à 60 secondes dans un bain froid ou carrément dans le fleuve Saint-Laurent !) et enfin la détente (20 minutes dans l’une des différentes aires de relaxation). On a choisi les hamacs en suspension. Sensation de lévitation assurée (!) sur ce bateau flottant d’un calme enivrant. Les bienfaits du circuit d’eaux sont multiples : le relâchement des muscles, le soulagement des douleurs musculaires, l’évacuation des toxines de façon complètement naturelle, le resserrement des pores de la peau, la production d’endorphines, la stimulation des sens et bien plus encore. Tout ça, dans un environnement calme et paisible. Autant vous le dire tout de suite, vous n’aurez absolument pas envie de quitter les lieux à la fin du circuit d’eaux. Ça tombe bien ! Tout est fait pour passer des heures au Bota Bota, que ce soit sur le bateau, dans les aires de soins, dans les jardins, sur les terrasses ou au restaurant, en solo, en couple ou entre ami.e.s.

Vous trouverez toutes les infos utiles sur le spa-sur-l’eau Bota Bota ici.

Le bon plan food des alentours (Montréal, QC) : Tommy Café + Apéro sert un toast d’avocat à la grecque agrémenté de tomates cerises, oignons et fêta à se damner. Le « sweet brioche french toast » surmonté de quartiers de pêche caramélisés, mascarpone et amandes grillées ne vous laissera pas non plus indifférent.e.s. À ne rater sous aucun prétexte !

Le Monastère des Augustines en plein Vieux-Québec (@sashaexeter)

Free Your Mind

Grâce à notre guide Marie-Eve, québécoise de naissance qui sait tout sur tout, Paulette a eu vent d’un lieu atypique et intriguant, un havre de sérénité insoupçonné en plein cœur du Vieux-Québec, le Monastère des Augustines. Ouvert en 1639 par les sœurs hospitalières (c’est forcément un gage de qualité), ce lieu concocte des séjours dédiés à la détente, à la quiétude et à la déconnexion. Dans l’enceinte du monastère, les pensionnaires sont invité.e.s à débrancher tout appareil électronique pour mieux se brancher sur leur monde intérieur. Pas bête. La priorité est donnée à l’être plutôt qu’au paraître : de l’accueil au cadre de vie, en passant par l’assiette, vecteur primordial d’une bonne santé. « Mens sana in corpore sano ». Autre défi absolu, une retraite de silence de 3 jours est proposée ! On utilise uniquement sa voix intérieure. Et si vous y organisiez l’EVJF de la copine qui parle trop..? Brillante idée, non ? Si faire vœux de mutisme est un peu trop demander, d’autres activités bien-être comme les concerts méditatifs de bols tibétains ou les ateliers de confection de cadeaux de noël occuperont vos journées de joyeux.se.s retraité.e.s.

Vous trouverez toutes les infos sur le Monastère des Augustines ici.

Le bon plan food des alentours (Québec, QC) : Arvi est un restaurant nouvelle génération où le menu dégustation est tout aussi raffiné et délicieux que le service et le cadre. On a particulièrement apprécié la Limoilou Beach, bière locale de blé sure aux cassis.

Pow-wow international de Wendake dans la Nation Huronne-Wendat (© Tom Guarinoni)

Good For The Soul

L’autre moment fort de notre séjour québécois, toute une soirée à Wendake, territoire de la Première Nation Huronne-Wendat. Faisant partie des 11 premières nations encore présentes en Amérique du Nord, les Hurons-Wendats peuplent cette région depuis des temps immémoriaux. Fortes de la reconnaissance officielle par le gouvernement canadien des injustices et crimes d’antan, les Premières Nations veillent à faire vivre leurs traditions millénaires en s’ouvrant à un tourisme responsable et engagé. C’est avec une pointe d’émotion qu’on a suivi Danisse, notre guide, dans le Musée Huron-Wendat d’où regorgent toute la richesse et l’humanité de sa culture loin des clichés et des relectures historiques souvent véhiculés ailleurs. Cette soirée magique placée sous le signe des mythes et légendes s’est poursuivie dans la Maison Longue Nationale Ekionkiestha, demeure traditionnelle en bois de plusieurs dizaines de mètres de long. Au programme, éveil spirituel et reconnection avec les croyances ancestrales qui sont le coeur battant de la culture des Premières Nations. Un beau moment d’introspection et de convivialité que l’on s’empresse de conseiller à tous les amoureux d’authenticité.

Vous trouverez toutes les infos utiles sur Wendake et le Musée Huron-Wendat ici.

Le bon plan food des alentours (Wendake, QC) : La Traite est l’un des 3 restaurants de Wendake où on a pu goûter aux menus Découverte et Cercle de la vie et redécouvrir des saveurs oubliées.

Pour encore plus de bonnes adresses et revivre notre séjour québécois comme si vous y étiez, foncez vite sur @paulette_map !

Pour en savoir plus sur la région Québec et planifier votre futur séjour, c’est sur Québec Original.

Le bon plan pour s’envoler vers le Canada à petits prix, c’est avec LEVEL. La compagnie augmente ses vols vers Montréal à compter de fin mars 2020 (4 vols par semaine vers Montréal, à partir de 120€ l’aller simple. Toutes les infos ici.

Article de PK Douglas