Maman, quadra, modèle, graphiste et grande optimiste, Fleur T. nous parle de son chemin entre maladie et féminité. Elle est la fondatrice de l’association La Belle et l’endo.

Fleur T. créatrice de La Belle et l'endo
Fleur T. - © Pauline Darley

À l’occasion de la semaine de prévention et sensibilisation à l’endométriose qui se tenait du 8 au 14 mars dernier, nous avons échangé avec Fleur T., (La Belle et l’endo) à propos de son chemin entre maladie et féminité.

Bonjour Fleur T. Quel a été le déclic face à cette maladie pour devenir une combattante, prête à soutenir les autres femmes ?

Premièrement, je ne me vois pas vraiment comme une « combattante ». Ce mot représente pour moi une forme de lutte, alors que je vis en intégrant cette composante dans mon quotidien. À l’époque, j’étais en convalescence. Je venais de subir ma neuvième intervention médicale (dont six opérations). Je suis atteinte d’une endométriose sévère depuis 16 ans, donc j’ai vu la maladie évoluer au fur et à mesure des années. D’abord, d’un point de vue médical. Puis, au niveau de mes proches. J’ai malheureusement accumulé une vaste expérience à propos de mon endométriose. 

Enfin, c’est le fait que je sois devenue maman qui m’a poussée à partager et fonder mon association. Beaucoup de femmes atteintes d’endométriose se battent pour être mères et je pense leur projeter une forme d’espoir.

Avant d’être diagnostiquée, quelle femme étiez-vous ? Quelle femme êtes-vous aujourd’hui ?

Avant le diagnostic ? J’étais jeune, passionnée par la photographie et certainement assez insouciante. Et je ne réalisais pas du tout ce qui m’attendait, dû au manque d’information à propos de la maladie à l’époque. J’étais stressée, mais je gardais une forme de candeur. J’étais très en accord avec ma féminité. Et pour cause, j’avais l’habitude de jouer avec mon image en tant que modèle photo, j’étais très à l’aise avec mon corps. Aujourd’hui, j’ai perdu mon insouciance. Mis à part cela, j’ai gagné en force et en sagesse. Il a fallu que je m’adapte à la maladie. J’ai appris et j’apprends encore à l’accepter. Et j’ai décidé qu’elle ne me définirait pas.

Combien de temps a-t-il fallu pour vous diagnostiquer ?

À l’époque, la maladie était quasi inconnue. Et après plus de dix médecins, c’est un professeur qui a suspecté une endométriose. J’ai subi une ménopause artificielle pendant six mois, qui s’est conclue sur ma première opération. C’est seulement après, et ça se passe encore ainsi aujourd’hui, qu’ils ont diagnostiqué mon endométriose. Ainsi, j’ai appris que je n’avais qu’un an pour tomber enceinte. Cette nouvelle m’a effondrée. Pour conclure, c’est 10 ans d’errance médical puis 1 an pour poser un vrai diagnostic. 

Sur votre site, vous vous qualifiez de "beauty-addict". L'association La belle et l’endo, c’est votre manière de prôner la beauté au-delà de la maladie ?

Beaucoup ne le savent peut-être pas. Mais, les traitements hormonaux proposés pour amoindrir les symptômes de cette maladie ont beaucoup d’effets secondaires. Les cheveux peuvent tomber. Le poids change très souvent, on est enflée même si l’on ne mange pas. D’ailleurs, certaines souffrent « d’endo belly », c’est un gonflement du ventre semblable à près de 6 mois de grossesse qui apparaît lors d’une crise.

Alors, psychologiquement, ces symptômes abiment l’estime de soi. L’endo-belly par exemple, c’est subir des remarques de grossesse alors qu’on ne peut plus ou pas avoir d’enfant. L’endométriose touche aussi à l’intimité, au couple, au désir. Le corps est terni par les traitements, il nous fait souffrir.

Personnellement je ne pouvais pas faire de concessions à propos de l’apparence et de la beauté. Malgré la maladie, ce n’était pas acceptable de me laisser aller. J’ai choisi de m’aimer et de me sentir belle avec une endométriose et de le partager avec bonne humeur et espoir.

Comment créez-vous un lien avec les abonné·e·s à La Belle et l'endo ?

Je reçois beaucoup, beaucoup de messages en privé. Ce sont des femmes en détresse, souvent de très jeunes filles. J’essaye de répondre à tout le monde, sans donner aucun conseil médical. Je partage uniquement mon expérience personnelle. Dans mes articles, je précise également toujours que ce qui est bon pour moi ne l’est peut-être pas pour elles. En effet, il y a autant d’endométrioses que de femmes, il n’y a pas de règles. Du coup, je me dois d’être vraiment précautionneuse sur mes conseils. J’essaye d’être sincère et de m’adapter à chacune en les orientant vers des centres spécialisés. Je leur conseille également de toujours consulter plusieurs médecins avant d’agir. 

Maintenant, j’ai conscience que ce flux de messages atteint sa limite. Afin de pouvoir partager mes messages plus massivement, j’ai lancé l’association. Et mon objectif, c’est également de sensibiliser les proches des malades. 

Vous dîtes répondre quotidiennement à de nombreux messages. Pensez-vous que ces dernières années, la maladie est devenue mieux considérée au sein de la société ?

Oui. Mieux considérée aujourd’hui qu’il y a 16 ans. Le problème est ailleurs. Beaucoup disent encore que l’endométriose est un mal lié à l’endomètre. Pourtant, des recherches récentes prouvent que cela serait lié à des tissus semblables à la muqueuse utérine. Si le corps médical semble ne pas être en accord avec l’origine de cette maladie auto-immune, comment trouver une solution, un remède ? 

Mais il y a tout de même du positif,  pour en citer : l’étude compare. C’est un questionnaire élaboré par une équipe scientifique qui recueille des donnés chaque année. Également, et ce créé très récemment, la fondation sur la recherche pour l’endométriose. Il semblerait que nous soyons encore aux prémisses ! Par exemple, vendredi dernier Olivier Véran a annoncé une mission visant une stratégie nationale contre l’endométriose. Ça va enfin devenir un sujet de santé publique, et c’est énorme.

Comment voyez-vous La Belle et l’endo évoluer d’ici quelques années ?

Évidemment, dans un monde idéal, j’aimerais que l’asso ne soit plus d’aucune utilité. Et je pense à ma fille de six ans, j’aimerais qu’elle n’ait pas à endurer ce que j’ai vécu, physiquement et mentalement.

Je m’adapterai au fil de l’eau, face à l’évolution des mentalités. J’ai créé des miroirs et des bracelets « La belle x l’endo » que je vends sur mon site. Ils ont fait fureur, mes abonnées ont adoré, je n’ai plus eu de stock en une semaine. À mon échelle, je souhaite sensibiliser grâce à  des petits objets tendance, que j’aurais aimé trouver à l’époque de mon diagnostic. D’ailleurs, je proposerai d’ici quelques jours des bracelets de couple, à porter en duo, en guise de soutien. Et mon prochain post abordera pour la première fois le fait d’être mère avec une endométriose. Pour toutes ces raisons, je souhaite beaucoup de courage à toutes, il ne faut pas oublier de s’aimer et de se sentir belle !

Article de Margot Hinry

Pour se donner un coup de boost au moral, on se la joue cocooning et self care cet hiver ! C’est aussi l’occasion de prendre de bonnes habitudes tout en se faisant plaisir. 

Etouffés sous les bonnets, attaqués par le froid et soumis au stress, nos cheveux demandent plus d’attention en ce début d’année. On en profite donc pour les bichonner avec des produits responsables et des exercices 100% confort. 

Hydrater et protéger 

On ne le répétera jamais assez : le masque est le meilleur allié de vos cheveux. Entre soins maison et bains d’huiles végétales, il existe une multitude d’options pour chouchouter les tignasses. Le gel d’Aloe Vera, par exemple, est le must-have de l’hydratation. On en applique alors à volonté sur les pointes et les racines. Et pas besoin d’aller bien loin, c’est disponible en grande surface bio en général, notamment chez Mademoiselle Bio. On n’hésite pas non plus à mettre quelques gouttes d’huile de Jojoba sur ses cheveux avant de sortir, pour les protéger du froid. Toujours chez Mademoiselle Bio, cette huile est d’ailleurs 100% bio certifié. Enfin, on craque pour un masque réparateur, comme celui de chez Cattier.

Passer au shampoing doux

Exit les shampoings génériques, on passe au shampooing personnalisé. La marque parisienne Juste en particulier, propose des cosmétiques sur mesure. Après un diagnostique, la marque développe une formule aux petits oignons, sans sulfate, sans silicone, sans paraben, sans conservateur de synthèse ni PEG (dérivés de pétrochimie), fabriquée en France. Bonus, les packagings sont ultra personnalisables et recyclés. Ou alors on essaie le shampoing solide. La marque Pachamamaï en propose d’ailleurs toute une gamme, ciblée selon les types de cheveux. En collaboration avec des associations responsables, dont la PETA et Zero Waste France, la marque affirme aussi son engagement responsable et on adore! 

Ranger son séchoir électrique 

Bien que ce ne soit pas l’appareil qui consomme le plus d’énergie, il reste très agressif pour nos cheveux. Et pour garantir un séchage rapide, on lui préférera une serviette en micro-fibre. Pour une alternative responsable, on a alors déniché les serviettes en viscose de bambou, beaucoup plus absorbantes que le coton, chez Les Tendances d’Emma

Masser son cuir chevelu 

Pour stimuler la pousse et la circulation sanguine, rien de tel que le massage ! On s’offre un moment cocooning, et on se masse (ou se fait masser ! ) le cuir chevelu du bout des doigts, en mouvement circulaire. Non seulement c’est pratique et gratuit, mais c’est aussi particulièrement agréable! C’est encore plus efficace avec du gel d’aloe pour hydrater, ou un gommage pour se débarrasser des résidus qui résistent au shampoing. On a adopté par exemple le gommage au sel marin Mademoiselle Bio, éco certifié et respectueux des les peaux sensibles.

Gommage capillaire au sel marin Mademoiselle Bio : 10,90€

Changer de brosse

Parce qu’une bonne brosse peut faire énormément de bien aux cheveux, on investit dans du matériel de meilleure qualité. Les brosses Sisley, par exemple, sont idéales pour plusieurs raisons. Premièrement, les poils de sanglier (récoltés de façon responsable comme le stipule la marque) sont plus doux pour les chevelures sensibles ou cassantes. Ils ont aussi pour intérêt d’aider à la répartition du sébum sur le cheveux, ce qui aide à en prendre soin au long terme. Et pour un démêlage en douceur, on opte pour des picots souples, qui par ailleurs aident à masser le cuir chevelu au quotidien.

Le mot d’ordre c’est donc de prendre soin de soi ! Et en choisissant des méthodes plus responsables, on chouchoute aussi la planète.

Une article de Shad De Bary

« Loin des yeux près du coeur ». Oui, Givenchy Beauty continue de prendre soin de vous, de vous bichonner, même à distance. Comment ? Grâce à la mise en place de sa nouvelle plateforme digitale spécialement conçue pour vous. Présentation de ce projet innovant. 

Le Studio 

Le Studio, c’est tout simplement une plateforme créée par la Maison Givenchy Parfums pour vous proposer un suivi beauté exclusif et personnalisé, en ligne. Première étape, sélectionner son type de coaching parmi trois catégories : « L’art de se parfumer », « Les conseils maquillage de nos experts » et « Prendre soin de sa peau« . L’étape suivante vous permet de choisir de quels conseils vous souhaitez bénéficier, ainsi que la durée du rendez-vous : 15 ou 30 minutes. Pour finir, il ne vous reste plus qu’à opter pour une date afin de découvrir l’expert·e qui vous fera part des ses meilleurs tips beauté. Pour tester, rendez-vous directement sur le site Le Studio.

Sublimez-vous 

En plus d’être gratuit, il est possible de partager ce moment de bien-être seul·e ou accompagné·e car les rendez-vous ont lieu soit par téléphone, soit par visioconférence. Et histoire de vous inspirer ainsi que de mieux cibler vos besoins, la plateforme propose régulièrement des sujets d’actualité tels que, un « maquillage pour les fêtes”. 

Suite à ces consultations skincare et make up seront vos nouveaux meilleurs alliés. Plus de secrets entre vous ! Trouver LE parfum qui vous correspond, adopter LES bons gestes pour illuminer votre teint et sculpter votre visage, changer de routine en fonction des saisons, savoir comment se maquiller sous le masque… Tout ça deviendra un véritable jeu d’enfant ! 

En bonus, un code vous est attribué à la fin de chaque rendez-vous. Il vous offre un cadeau à l’achat d’un produit Givenchy disponible sur le site. A l’approche des fêtes, c’est un grand oui !

Un article signé Exaucée Nzoigba.

Vous n’avez pas encore acheté votre calendrier de l’Avent, et vous en avez marre d’attendre Noël avec du chocolat ? Cette sélection est pour vous. 

On sait, on est déjà le 2 décembre. Mais on sait aussi que certain·es d’entre vous n’ont pas eu le temps d’aller acheter leur calendrier de l’Avent, avant. Alors, pour tou·te·s les retardataires (et ceux et celles qui en ont marre du chocolat), la team Paulette vous a concocté une sélection. 

Les calendriers de l’Avent beauté 

  • Calendrier de l'avent Diamond & Ice 24 cases
  • Calendrier de l'avent Diamond & Ice 12 cases
  • Calendrier de l'avent Wild Wishes 24 cases
  • Calendrier de l'avent Wild Wishes 12 cases
  • Calendrier de l'avent Make it real 12 cases

Cela commence à faire quelques années que ces calendriers sont devenus populaires. Et on ne sait pas vous, mais nous, on en raffole. Ils nous donnent vraiment l’impression d’avoir un pré-cadeau de Noël chaque jour avant sa célébration. Le problème, c’est qu’ils sont souvent très chers. 

Ce calendrier Nyx est disponible en 24 ou 12 cases. Highlighter, rouge à lèvres, poudre, fard à paupières, celui de 24 cases contient une belle sélection de maquillage. Quant à celui de 12 ? Il propose une belle sélection de produits pour les lèvres. 

Mélange de soins et de maquillage, ce calendrier de l’Avent ravira les indécis·es. De quoi se pimper en amont des fêtes, pour se sentir beaux et belles. Disponible aussi en 24 ou 12 cases. 

  • Make it real – The Body Shop – 50

Le calendrier de l’Avent de The Body Shop est parfait pour tou·te·s les fans de soins qui nous lisent. Au bout des 24 jours, vous aurez refait le plein de produits pour vos dimanches cocooning. Et en plus, quelques accessoires de bain vous y attendent. Cool, non ? 

Les calendriers de l’Avent thé

  • Calendrier de l’avent de thés et produits de beauté
  • Calendrier de l’avent de thés
  • Calendrier de l’avent de thés Clipper

Avis à tous nos tea addicts, cette sélection est pour vous ! Les calendriers de l’Avent thé, c’est la certitude de commencer la journée du bon pied, et avec un goût nouveau. Et le mieux, c’est qu’il y en a à tous les prix, et pour tous les goûts.

  • Calendrier Clipper – 3,99 €

Ce calendrier, c’est l’alternative petit budget de cette sélection. Mais petit budget ne veut pas dire mauvaise qualité, et bien au contraire. La marque Clipper vous ravira avec ses infusions et thés pendant 24 jours de pur plaisir.

  • Calendrier Dammann Frères – 23

Plus besoin de les présenter, les thés Dammann Frères ont déjà conquis nos cœurs. Alors que demander de plus qu’un beau calendrier de l’Avent de leur marque ?  En plus, vous aurez une case pour le jour de Noël, et pourrez découvrir huit nouveautés 2020 !

  • Wild Wishes Thé & Beauté – Sephora x Kusmi Tea – 39,99 €

On a trouvé encore mieux pour les indécis·es que le calendrier soin & beauté Sephora, le calendrier beauté et thé, de Sephora x Kusmi Tea. Soins, maquillage, thé… Chaque jour, ce sera une vraie surprise. 

Les calendriers de l’Avent insolites  

Thé ou maquillage, ce n’est pas votre truc ? Pas de panique, on a aussi une sélection de calendrier de l’Avent insolites. Sextoy ou bière, il n’y a plus qu’à faire son choix. Ah, et vous pouvez même régaler votre chien ! 

On vous en a déjà parlé… Mais on rêve toujours du calendrier de l’Avent Amorelie. Confinement ou pas, on a toujours autant le droit de vouloir se faire plaisir. Et une fois par jour nous paraît tout juste raisonnable. 

  • Calendrier de bières – Le cercle de l’Orge – 76,90

Pourquoi attendre Noël pour se faire plaisir ? Ce calendrier est parfait pour tous les amateur·rices de bières d’entre vous. Et en plus, il est composé de bières 100 % françaises, et pour ça, on applaudit ! 

  • Calendrier pour chien – Lily’s Kitchen – 11,99 €  

Vous avez déjà le vôtre, mais avez peur que votre compagnon à quatre pattes soit jaloux ? Celui-ci est fait pour vous. 24 friandises, histoire de faire patienter votre chien jusqu’à Noël. De quoi en profiter pour lui apprendre de nouveaux tours ! 

On espère avoir rassuré les retardataires, et vous avoir donné une idée pour attendre Noël tout en vous faisant plaisir… 

Article de Clémence Bouquerod

La marque de produits de salle de bain ouvre un pop-up store vendredi 4 décembre, l’occasion de découvrir le label et sa promesse écologique.

  • Pop-up store 900.care dans le marais
  • Pop-up store 900.care dans le marais
  • Pop-up store 900.care dans le marais
  • Pop-up store 900.care dans le marais
  • Pop-up store 900.care dans le marais

La marque très prometteuse ouvre son pop-up store dans le Marais, à Paris. Au programme, 50m2, quatre univers différents, des baignoires remplies de produits et la possibilité d’en tester certains en direct. Curieux·se ? Rendez-vous du 4 décembre au 31 janvier, au 4 rue Pavée. 

900.care, c’est quoi ? 

Pour tou·te·s ceux et celles qui ne connaissent pas encore, pas de panique ! On vous explique. 900.care, c’est un label de produits de salle de bain à recharger. Quèsaco ? « 900, c’est le nombre de secondes que l’on passe en moyenne à prendre soin de soi chaque matin et chaque soir. Convaincus que ces 900 secondes devraient être aussi joyeuses que respectueuses de l’environnement, [900.care] crée des produits bons pour soi et pour la planète », explique la marque. Les fondateurs Thomas et Aymeric ont un rêve : celui de « faire de votre salle de bain l’endroit le plus propre de la Terre ». 

Aymeric et Thomas, les fondateurs de 900.care
Aymeric et Thomas, les fondateurs de 900.care – © 900.care

Des produits pratiques

Après un lancement très réussi sur Kisskissbankbank et les réseaux sociaux, il est temps de faire tester leurs produits. Et pour l’instant, ils vendent du gel douche, du dentifrice et du déodorant. Mais pas n’importe lesquels ! Le gel douche tient sous la forme d’un bâtonnet à dissoudre avec de l’eau, et est vendu dans sa bouteille réutilisable. Le dentifrice, quant à lui, est ré-imaginé en pastilles à croquer, et le déodorant en recharges à clipser sur un étui. Bonus : les bouteilles et contenants sont designs, et iront dans toutes les salles de bain. 

Produits 900.care
Produits 900.care – © 900.care

Écologique et éthique

Comme vous vous en doutez, tous ces produits rechargeables sont forcément bien meilleurs pour la planète. Les packagings sont réutilisables, et composé avec environ 50 % de plastique recyclé fait pour durer plusieurs années. Toutes ces innovations permettent de consommer moins plastique (environ 3 kilos par foyer par an), et donc reviennent à moins de transport. Parfait pour l’écologie. 

C’est écologique, ok. On adore. Mais 900.care est aussi une marque éthique. Et pour cause ! Tous ses produits sont fabriqués en France, et, après de nombreux tests, sont tous composés d’environ 95 % d’ingrédients naturels. On vous le donne en mille : les produits 900.care sont donc aussi bons pour notre santé. 

Pour voir leurs produits en vrai, rendez-vous du 4 décembre au 31 janvier à leur pop-up store, au 4 rue Ravée et entre 11 et 20 heures. 

Article de Clémence Bouquerod

Byredo présente ses ombres à paupières déclinées en cinq couleurs et invite à l’expression personnelle.

Byredo

En septembre dernier, Byredo a lancé sa première ligne de make-up avec des rouges à lèvres, des eye-liners et du mascara. Aujourd’hui, la marque suédoise commercialise un nouveau produit pour rejoindre la gamme : l’Ombre à Paupières 5 couleurs

 L’Ombre à Paupières 5 couleurs

Ces fards à paupières sont disponibles en trois harmonies de chacune cinq coloris : Sciomancer, Syren et Corporate Colours. Incrustés dans des écrins-coquilles dorés, ces fards oscillent entre nostalgie et glamour, résolument modernes. Ils possèdent une texture crémeuse qui permet de jouer avec l’intensité du rendu. Le plus : ils promettent une longue tenue, un toucher doux et peuvent être superposés, fondus ou estompés au doigt ou au pinceau. Bref, une infinité de combinaisons !  

« Ces objets font appel aux sens, dont le toucher : ils sont personnels, presque intimes et sensuels. Le clapet, le son qu’il produit, son aimant… Je voulais que leur qualité et qu’une certaine forme de performance se ressentent au travers de l’architecture et du poids de ceux-ci », explique Ben Gorham, fondateur et directeur créatif de Byredo.

Sciomancer

Sciomancer est la palette la plus audacieuse de la collection. Elle rend hommage au musicien Yves Tumor, qui représente l’individualisme, à travers sa musique glamour et psychédélique. Fabuleux et extravagant, tout comme ces teintes allant du violet vif métallisé au bleu électrique, avec des paillettes biodégradables. 

Sciomancer

Syren

Syren symbolise un féminisme hypnotique. Un rose frais, un bronze lumineux, un vert-or irisé, des teintes qui expriment la vision du beau, selon Byredo. 

Syren

Corporate Colours

Ici, on retrouve un rouge brique mat poudreux, un beige délicat, un expresso intense. Une palette de neutres en référence à la modernité, au minimalisme. 

Corporate Colours

Les palettes sont disponibles au prix de 62 euros l’unité, dès maintenant sur le site Byredo

Article d’Alicia Desrivieres

Dermalogica lance son masque 2-en-1 pour une simplification des routines beauté. 

Dermalogica

Depuis plus de 30 ans, la marque américaine s’impose comme la préférée des professionnel·le·s de beauté. Leur philosophie : La santé de la peau avant tout. « Notre passion pour la santé de la peau est proche de l’obsession, et nous sommes convaincus que chacun doit pouvoir trouver des soins adaptés aux besoins de sa peau », déclare Jane Wurwand, fondatrice Dermalogica. 

L’hydro masque exfoliant

C’est le dernier chouchou en date. Il exfolie et hydrate en un geste pour retrouver une peau pleine d’éclat ! 

Selon Dermalogica, nous disposons de moins d’une minute pour hydrater notre visage après une exfoliation. Autrement, l’épiderme commence à tirailler et à s’assécher. L’hydro masque exfoliant permet de garder une peau propre, exfoliée et hydratée en cinq minutes top chrono ! Il possède une texture unique qui s’active par le toucher, lisse et régénère la peau pour un aspect sain et lumineux. 

Ce masque 2-en-1 contient du bambou, de l’extrait de champignon trémelle, de jojoba et de concombre. Ces ingrédients naturels composent le cocktail idéal pour une peau douce, apaisée et en bonne santé. 

Dermalogica

Rendez-vous sur le site Dermalogica pour retrouver ce produit, disponible dès maintenant. 

Article d’Alicia Desrivieres

Le phénomène du « mascné » ou « maskné », qu’est-ce? Un mixte de « mask » in english et d’« acné » en français. C’est le terme employé pour désigner les irritations cutanées causées par le port du masque. Si vous aussi vous en êtes victimes, voilà quelques conseils skincare qui devraient vous plaire. On vous le garantit, cette pandémie n’aura pas votre peau !

Crédit : @isotretinoinwiths Instagram

Quelles sont les causes de ce phénomène ? Comment se manifeste-t-il ?

La COVID 19. Oui encore elle… Suite à l’épidémie, des mesures ont été prises dont l’obligation de porter un masque. Désormais, il existe toutes les couleurs et tous les styles imaginables de cet accessoire qu’on aime franchement qu’à moitié. Du masque chirurgical au masque en tissu, en coton ou même en soie… Il y en a pour tous les goûts. Malheureusement, d’après de nombreux témoignages, le fameux masque aurait quelques conséquences sur notre visage. Mesdames et messieurs, l’époque de la puberté fait son come-back ! Beaucoup (dont moi même) ont vu fleurir sur leur nez, leur menton ou  leurs joues des boutons d’acné. Souvent, il s’agit d’une aggravation de problèmes cutanés déjà présents (irritations, eczéma, psoriasis, rosacée…). Pour d’autres, c’est tout nouveau et ça craint.

Pourquoi notre peau réagit-elle au masque ?

C’est en grande partie dû au dérèglement du microbiote. “ En effet, nous avons tous des centaines de bactéries, de champignons, de petits parasites qui vivent sur notre visage. Et, ils sont habitués à certaines conditions précises : de température, d’humidité de l’air, de sécrétion de sébum, etc… Quand tout va bien, les différentes espèces de microbes se régulent entre elles, et avec notre système immunitaire. Il suffit de dérégler un de ces paramètres pour que certains microbes puissent se développer davantage que d’autres. Et cela peut causer différents problèmes de peau ” explique la médecin dermatologue Dermato Drey dans une de ses vidéos à ce sujet. En clair, notre peau réagit car elle n’est pas habituée à avoir un bout de tissu qui lui colle à la peau toute la journée. Beurk.

Quelles sont les astuces pour se soigner ?

Heureusement, il existe des gestes simples pour contrer ce processus : on s’hydrate, on se nettoie le visage matin et soir, avec de l’eau bien froide. On privilégie les masques en coton ou en soie, moins agressifs pour la peau et on change ses taies d’oreillers au moins une fois par semaine. Surtout, on nettoie régulièrement ses serviettes de toilette. Ah, et on remercie La Petite Gaby pour tous ces tips beauté.

Côté Paulette, on vous recommande de ne pas charger en maquillage – au risque d’enfermer la peau et de la confronter uniquement à des couches de produit et tissu. Aussi, on évite de se tripoter le visage mais ça, vous le savez déjà.

Crédit : @zitsticka

Quels produits adopter ?

Concernant les produits à utiliser, il n’y a pas de produit miracle. Mais, le Dr. Georeges Roiter, vice-président du syndicat national des dermatologues-vénérologues conseille d’adopter une routine simple avec des produits naturels de type savons de Marseille, savon d’Alep, savon noir ou nettoyant au pH neutre. Afin de ne pas décaper sa peau, les exfoliants contenant des grains sont à bannir. Enfin, les crèmes hydratantes légères apaiseront votre peau.

Skin positive

Finalement, problème de peau ou non, ce n’est pas ça qui définit votre beauté, loin de là. Si vous en doutez (le mindset joue aussi sur la qualité la peau donc mieux vaut le croire) allez jeter un coup d’oeil aux illustrations de @brielamour89, elles sont un vrai petit baume au coeur.

Un article signé Exaucée Nzoigba.

Melyon est une nouvelle marque de beauté destinée aux peaux foncées et adaptée à toutes les carnations.

Melyon

Melyon est une marque suédoise fondée en 2020 par Roger Dupé. Elle propose des produits de soin qui conviennent à tout le monde, quels que soient le genre et la couleur de peau. Son point fort : elle est inclusive dans une industrie exclusive. Melyon interprète la beauté à travers la diversité et milite pour que les minorités aient une voix dans le monde d’aujourd’hui, en leur apportant confiance en eux. On soutient cette belle initiative, qui s’inscrit totalement dans les valeurs de Paulette. 

Une ligne beauté Less is More

Melyon se concentre sur les problèmes couramment rencontrés par les personnes à la peau foncée, tout en convenant à tous et toutes. Avec des racines en Afrique de l’Ouest, la marque de lifestyle scandinave est un joli cocktail entre nature, éthique et science ! 

La ligne beauté possède quatre produits, qui sont les bases de chaque routine de soin :  un lait nettoyant, un sérum detox, une crème de jour et une crème de nuit. Tous contiennent de l’huile de baobab. C’est une huile connue pour être apaisante, nourrissante, régénérante, et réparatrice. Elle est riche en vitamines C et est antioxydante. Cette gamme beauté est vegan, sans paraben et écologique. Par ailleurs, elle contient d’autres ingrédients naturels, comme le gingembre, la papaye, l’aloe vera, le brocoli… 

Le packaging est entièrement écoresponsable puisqu’il est fabriqué à partir de matériaux recyclables et éco-friendly !

Rendez-vous sur le site Melyon pour plus d’infos sur les produits. 

Article d’Alicia Desrivieres

La Bouche Rouge vient de lancer sa gamme complète de maquillage écoresponsable. Et pour l’occasion, ils ont fait appel à la photographe hollandaise Viviane Sassen, pour une campagne elle aussi engagée. 

Avis à tou·te·s les fans de maquillage qui veulent aussi prendre soin de la planète ! La Bouche Rouge est une marque faite pour vous. Et ils viennent de lancer leur gamme complète de maquillage écoresponsable, recyclable et sans micro-plastique. Perfectionnistes, même leur campagne est réalisée dans des conditions « écoresponsable ». 

  • Photo de la campagne La Bouche Rouge Paris X Viviane Sassen
  • Photo de la campagne La Bouche Rouge Paris X Viviane Sassen
  • Photo de la campagne La Bouche Rouge Paris X Viviane Sassen

Viviane Sassen et une campagne éthique

Pour créer sa campagne publicitaire, La Bouche Rouge a voulu collaborer avec la photographe hollandaise Viviane Sassen. Et pour la marque comme pour elle, réaliser une campagne éthique était primordial. « Chaque jour nous offre l’opportunité de faire la différence. Dans le monde de la beauté, la révolution se joue dans la recherche de l’équilibre entre l’esthétisme, la performance et l’écoresponsabilité », explique Nicolas Gerlier, Fondateur de La Bouche Rouge Paris. « Du lieu de tournage (une réserve écologique aux Pays-Bas) jusqu’au vestiaire (les modèles sont habillées par Atlein), l’ensemble du tournage a été réalisé autour de l’idée d’écoresponsabilité et esthétisme pour rester fidèle aux valeurs de La Bouche Rouge. » Cette campagne, c’est la volonté de montrer les produits de La Bouche Rouge, sans oublier de montrer la beauté de la nature. 

La Bouche Rouge Paris

Pour ceux qui ne connaissent pas, La Bouche Rougec’est une marque de maquillage très engagée pour l’environnement. Du rouge à lèvres, en passant par le mascara, les soins et les poudriers, tout est réfléchi pour faire le moins de mal possible à la planète. Par exemple, les poudriers sont rechargeables, pour éviter les emballages inutilesLes ingrédients sont au maximum naturels. Le plastique toujours recyclé. Le contenant du mascara est en verre… Par contre, si les formules sont toujours vegan, un packaging en cuir est également disponible (réalisé avec des chutes – pour ne pas « produire de cuir en plus »). Alors attention à ne pas le choisir si cela ne correspond pas à vos convictions.  

Article de Clémence Bouquerod 

Temple de la clean beauty, la pharmacie s’est imposée comme le lieu parfait pour accueillir cet événement Caudalie. Choyées par des experts, les beautistas ont pu redécouvrir l’engagement green de la marque de vinothérapie. La révolution verte est en marche !

Au coeur des Halles, dans le flagship de 2050 m² de Pharmabest, on s’enivre de beauté. Il faut dire que cet environnement de pharmacie a toujours été le cocon privilégié de Mathilde et Bertrand, les fondateurs de Caudalie. En 1995, alors que les Spice Girls chantent Wannabe, Caudalie va à la rencontre des pharmaciens pour présenter leurs 3 premiers produits aux polyphénols de pépins de raisins. Aujourd’hui, il s’agit toujours du canal de distribution favori et principal de la marque. En toute logique, c’est donc sous une grande croix verte (le green… comme par hasard) que Caudalie a donné rendez-vous à Paulette.

Mathilde Thomas de Caudalie.

Une expérience très VIP

L’expérience client est indissociable de la marque Caudalie. Comme Instagram et ses photos de blogueuses, comme Batman et Robin, comme le raisin et le pépin… l’un ne va pas sans l’autre !

Déjà adepte des animations en pharmacie, ce rendez-vous à Paris était une vraie démonstration du savoir-faire des experts beauté. La bonne découverte au programme ? Un atelier mixologie à suivre aux côtés de Mathilde Thomas. Non l’idée n’était pas de se faire des cocktails mais bien d’apprendre à mélanger vos soins pour créer une routine sur mesure. Quel fond de teint avec quel sérum ? Comment faire le meilleur nettoyage pour ma peau en plusieurs étapes ? Les experts vous traitent comme des stars en scannant votre peau comme dans Men in Black pour répondre à toutes vos questions.

Caudalie.

Un afterwork qui permet aussi de découvrir que le tapis rouge déployé pour les clientes est finalement très vert… Grâce aux produits à disposition autour du corner Caudalie. On découvre des textures, on est séduit par le naturel des parfums et … on craque pour les packagings qui semblent avoir été créés pour nous ! Une beauté améliorée et aucun risque pour la santé, les produits Caudalie sont définitivement à consommer sans modération.

Par Pauline ARNAL

Novëm, c’est la nouvelle marque skincare qu’on recommande. Une marque française et naturelle, que demander de mieux ? 

Le concept de la marque, c’est de ralentir. « On vit à 1000 à l’heure, avec toujours la pression de bien faire, de faire mieux, de consommer plus, de rentrer dans les clous et de toujours se surpasser. J’adore l’idée de repousser ses limites mais il faut parfois apprendre à dire stop, à prendre le temps, faire une pause et s’écouter. J’ai imaginé novëm comme un monde où on s’évade et où on prend le temps de se faire du bien. A travers novëm je veux utiliser au mieux ce que la nature nous offre, à commencer par les oléagineux, chers à ma région d’enfance. Novëm c’est prendre le temps de découvrir ce qui se trouve autour de nous avec toujours le même mantra : slow your life, feel good », explique Maegan Rocca, fondatrice de novëm.

Leur produit

Masque exfoliant à la noix
Masque exfoliant à la noix – © Novëm

Pour l’instant, seulement un produit est disponible : le masque exfoliant visage à la noix. Il est à 99,9% naturel, vegancruelty-free, et fabriqué en Haute-Savoie. Même le packaging est recyclable et rechargeable ! En effet, le pot du masque renferme une capsule recyclable (avec le produit à l’intérieur), qui est interchangeable à l’infini. Et le carton qui l’entoure est « fabriquée en papier ensemencé sans utilisation de colle, ce qui en fait un packaging écoresponsable car 100% zéro déchet. Vous pouvez donc « planter » votre pack afin d’y voir grandir des fleurs ou des plantes aromatiques selon les graines présentes dans votre emballage. » Et je crois que niveau écoresponsabilité, on ne peut pas faire mieux.

Pour quelle utilisation ? Comme son nom l’indique, ce masque est exfoliant. Mais en plus de ça, il est aussi hydratant et adapté à toutes les peaux. Il est composé – entre autres – d’huile et de coquille de noix, de framboise, d’algue et d’aquaxil. 

Produit disponible en précommande sur leur site, pour le prix de 35€. 

Article de Clémence Bouquerod