Oui, je parle bien du réveillon de la Saint Sylvestre. Cette année, je fais ma petite révolution et je m’y pointe avec mes Vans, semelles scotchées au chatterton pour le côté éternelle ado. Ma première résolution pour 2020 : ne pas commencer l’année chez ma podologue. 

La dictature du talon 

J’ai lutté des années durant au nom de la dictature du talon imposée par mes copines : “quand même Anaïs, tu ne vas pas mettre une robe et des baskets”. Si. Tant pis si j’ai les jambes aussi longues que larges, je commencerai l’année sans être écorchée vive sous les pieds et sans être contrainte de porter des tongs le lundi au bureau. Entre nous les filles, y aller en Vans, ça nous éviterait de prévoir une valise remplie de toutes nos baskets (et ballerines, pour les irréductibles qui refusent d’évoluer) de rechange qu’on essaie de faire passer en boîte sans payer de supplément aux vestiaires. Alors soyons honnêtes avec nous-même, nos pieds et notre scoliose, connaître 2020 les pieds à plat sera la meilleure des choses qui puisse nous arriver. 

unsplash

Se préparer aux hostilités

Pourtant, j’ai maintes fois essayé de faire partie du club de nanas perchées sur 10 centimètres, pour se sentir le temps d’une soirée femme. Si je jure de dire la vérité, rien que la vérité, je dois vous avouer que je me sentais surtout enfermée dans un moule qui n’est pas le mien. Loin de proscrire l’utilisation totale des talons; car un peu maso, j’aime tout de même m’infliger de temps en temps cette souffrance. Mais le réveillon de la Saint Sylvestre amène avec lui trop de galères pour être vécu sur des aiguilles. Il fait froid, Noël a laissé des traces sur nos hanches, s’habiller en conséquence devient une vrai galère et  il va falloir faire un semi-marathon pour se rendre en soirée. Face à tant de contraintes, vivre cette soirée comme n’importe quelle soirée hivernale emmitouflée dans ma doudoune, chaussettes et chaussures fermées, me permet de ne pas paniquer à l’annonce du programme de ministre planifié par ma bande de copines. 

https://giphy.com/gifs/runway-100gdj7h4ZX2UM
giphy

Faire le choix du nouveau cool

En 2020, le nouveau cool c’est les baskets. Pensez à tous ces bons vieux tennis qui vous accompagnent toute l’année, eux aussi ont droit à leur nouvel an. À qui le tour pour passer en 2020 dans la dignité ? Il est grand temps de défroisser cette tradition ancestrale qui consiste à porter une robe noire, sur des collants noirs, et quelques détails à paillettes par ci par là. Vans aux pieds, je vais pouvoir taper du pied une bonne partie de la nuit sans risquer l’entorse. Encore plus important, exit le sourire crispé sur les photos de plein pied. Pour finir dans un kebab à 6h du matin, nul besoin d’être une star des podiums ! 

L’industrie du talon ne chutera pas en bourse suite à mon acte révolutionnaire, je m’endormirai donc en paix pensant tendrement aux Jimmy Choo que je vais porter pour le mariage de ma sœur. Alors, qui me suit pour réveillonner à plat ? 

Article d’Anaïs Couture

Jordan et la maison de Haute Couture Dior viennent enfin de confirmer la sortie de leur première collaboration. Après la collaboration Adidas x Prada, c’est donc autour de Jordan et Dior de sortir leur nouvelle création.

 Air Jordan I High OG Dior. Un nom à la hauteur de cette collaboration. Une marque de baskets légendaires et une des plus grandes maisons de Haute Couture. Une collaboration qui semblait donc naturelle pour le directeur artistique de Dior, Kim Jones. « J’adore mélanger ensemble deux mondes différents, deux conceptions différentes. Jordan et Dior sont tous les deux un emblème absolu de l’excellence dans leur domaine. Les réunir ensemble dans cette collaboration unique permet de proposer quelque chose d’excitant et de complément nouveau.  » a t-il déclaré.

Un hommage aux deux marques

Cette paire de basket réunis toutes les caractéristiques majeures des deux marques. Le design mythique des Jordan et les détails et finitions luxueuses de Dior. Une chaussure fabriquée en Italie et dont le cuir provient de la maison de couture. La couleur grise utilisée pour le cuir est le mythique gris Dior, symbole de la maison de couture depuis son ouverture en 1947. On retrouve également le jaquart Dior oblique sur le logo Nike. Rien n’est laissé au hasard donc. Pour Martin Lotti, vice président Design chez Jordan, leur partenariat « va offrir un nouveau regard sur le style du basketball et alliera le streetwear haut de gamme avec la mode de luxe. »

Cette collaboration unique sera disponible à partir d’avril 2020 et uniquement dans une sélection de boutiques Dior.

Article de Charline Bouzon.

La marque de sneakers est de retour et autant vous dire qu’à la rédaction, c’est la joie. Les baskets que l’on adulait durant notre enfance et adolescence viennent désormais séduire les millenials. Au bureau, on sautille – on s’apprête à dégainer nos cartes bleues et on parle nostalgie. Il nous les (re)faut.

Ces shoes compensées rythmaient nos tenues durant les nineties et le début des années 2000. On se les arrachait, nos mums les portaient également et ce logo No Name – qui dépassait de nos pattes d’eph – s’imposait comme une marque de style à part entière et surtout so frenchy. Oui, car la marque No Name, on la doit finalement à notre jolie patrie. Depuis près de 30 ans, l’enseigne s’entraîne à nous chausser avec la promesse d’un confort inégalable à celui développé par ses autres camarades français sur le marché de la basket. No Name, qui fait partie du groupe Rautureau, est par ailleurs née avec l’idée d’un « no logo ». Qui en est finalement devenu un, tant ce fameux « zéro » fut par la suite adopté de façon massive car si tendance.

Bref, la marque se faisait plus discrète ces dernières années – et encore, les fanas des années 90 les retrouvaient à leurs pieds depuis quelques saisons – pour mieux revenir et ansi surfer sur le retour des survêtements et sneakers XXL de notre adolescence. Cet été, No Name vient ainsi rejoindre les vestiaires les plus streetwear comme les plus pointus avec trois modèles stars.

Nitro, la dad shoe que No Name lançait en 1993 revient sur le devant de la scène dans une version un tantinet plus futuriste. Elle prend de la place et s’intègre comme une pièce forte – voire incontournable – de notre penderie au printemps.

Flex, la petite préférée de la team Paulette, car elle représente la belle époque – celle du collège où l’on chaussait la même pointure que maman. Vous savez, cette période à laquelle on lui piquait sans scrupule la plupart de ses vêtements, jusqu’à ce qu’elle cède et nous offre notre propre paire de shoes. Elle est haute, casual, rétro mais surtout très cool. La sneakers Flex, on la porte aussi facilement avec une jupe en jean qu’avec une salopette délavée. Bref, notre chouchoute sans hésiter.

Plato, l’iconique No Name, qui allonge la silhouette avec style et cet inavouable laisser-aller qui fait craquer. Avec un jean, un patte d’eph en velours ou le plus classique des pantalons skinny, Plato se matche avec tout. Elle n’est pas difficile, se décline en d’innombrables coloris et matières pour ravir ses habituées comme ses récentes initiées. Une, deux ou trois paires : Plato est si confort qu’on ne risque pas de s’en lasser.

Reste à savoir pour lequel de ces modèles vous succomberez ? Une ou deux paires, ça se fait pour l’été.

Toutes les infos sont disponibles sur le site No Name

Vous nous suiviez ce vendredi 8 mars durant des ateliers Girl Power avec Puma. Et aujourd’hui, pour célébrer le mois de la femme et de ses droits, Puma met à l’honneur Selena Gomez et Cara Delevingne, égéries milléniales et méga influentes via une campagne engagée. Les deux jeunes femmes prêtent leur minois et leurs valeurs à des modèles de sneakers déjà iconiques, Cali by Selena Gomez et Nova 90 by Cara Delevingne.

Vendredi 8 mars, Puma nous conviait à des activités plutôt badass pour célébrer la journée des droits des femmes. Entre un atelier de customisation de sneakers et un cours endiablé de hip hop, la griffe sportswear soulignait sa volonté de voir ses consommatrices s’assumer et « foncer » vers leurs désirs les plus inavoués. Si cette initiative nous pousse à aimer d’autant plus l’univers Puma, elle intervient au même moment que le lancement girl power de sa nouvelle campagne publicitaire. Et vous allez aimer.

Always #DoYou, Boo

La marque au félin bondissant persiste et signe. Elle assume ses engagements et son soutien auprès des femmes et de leur épanouissement personnel, professionnel et sportif. Depuis 2 ans déjà, la plateforme #DoYou (« Sois toi même », ndlr) encourage les filles et les femmes du monde entier à trouver leur voix et leur voie à travers la mise en lumière de parcours de femmes inspirants. Les femmes ont une voix et doivent être encouragées à s’exprimer, disait Meghan Markle, future Duchesse du Sussex au Royal Foundation Forum en 2018. La série de documentaires #DoYou pilotée par Cara Delevingne en partenariat avec Puma donne précisément la parole aux femmes.

Who run the world? Girls!

Début 2019, la marque allemande frappe fort en faisant sortir de son silence médiatique et digital Selena Gomez, chanteuse et actrice aux 147 millions d’abonnés sur Instagram. Elle rejoint donc Cara Delevingne en tant qu’ambassadrice d’une marque sportive dont l’un des objectifs affichés est d’encourager les femmes de tous horizons à assumer leur féminité, leur créativité, leur assurance, leur pouvoir et leur liberté. Véhicule de l’expression de l’émancipation des femmes par excellence, le sport et les conditions de sa pratique sont un enjeu majeur. Puma l’a bien compris et multiplie les innovations technologiques ainsi que les partenariats favorisant la visibilité des femmes.

80s vs 90s

La Cali-fornia, modèle emblématique des années 80, prend un coup de neuf et voit son nom raccourci et son style modernisé. Avec une ambassadrice comme Selena Gomez, la paire de sneakers se veut très « Girl Next Door » avec un look simple et tendance, facile à intégrer dans toutes les garde-robes, qu’on soit blue jean retro et tee-shirt blanc ou perfecto en cuir sur robe à volants. La Nova 90 quant à elle se veut plus rebelle et déroutante à l’image de son ambassadrice Cara Delevingne, le modèle à forte personnalité par qui la starification des mannequins fut remise au goût du jour. De rien Gigi et Bella ! Tout comme leur égérie, ces sneakers actualisent le meilleur des années 90 en associant design rétro et couleurs du moment. Les influenceuses et adeptes de mode pointues se les arrachent déjà.

Article de PK Douglas pour PUMA