Quand on change de saison, il prend souvent aux féru·e·s de décoration la lubie de dépoussiérer leur intérieur à coup de babioles dans l’air du temps. Ça tombe bien, avec l’arrivée de l’automne les combinaisons possibles se multiplient, pour conférer à sa maisonnette une influence chaleureuse et cocooning. Tour d’horizon des trouvailles décoration de la rédaction !

Habiller ses assises

Peu importe la teinte du canapé ou des fauteuils, on recouvre le tout de couvertures et plaids aux coloris chauds et aux matières douces et réconfortantes. L’objectif ? Raviver la flamme de son mobilier et n’avoir qu’une envie : s’emmitoufler dedans, une tasse de chocolat chaud à la main.

Vivifier son sol

On pense souvent à parsemer les murs d’objets décoratifs, mais qui dire de ce qui se trame sous nos pieds ? Investir dans un imposant tapis apportera à la pièce principale un supplément d’âme, surtout une fois la page été tournée. Néanmoins, trouver la perle rare n’est pas une mince affaire…

Pour cette raison, voici les tips de la rédaction : jouer sur les textures et les motifs (ethniques, géométriques et arrondis) & miser sur un panaché de tonalités chaudes à l’instar de l’ocre ou du pourpre, elles-mêmes entrecoupées d’un bleu nuit ou d’un blanc cassé pour harmoniser.

Faire main basse sur des objets chinés

Qui a dit qu’une belle vaisselle devait obligatoirement sortir flambant neuve d’un magasin ? De plus en plus, les services chinés ont le vent en poupe. On se prend facilement au jeu de donner une seconde vie à ces contenants chargés d’histoire.

L’idéal pour une tablée spéciale Thanksgiving : installer sur une table en bois brut ou une nappe couleur sable des assiettes au style Belle Époque ainsi que des couverts cuivrés.

Confectionner une composition florale automnale

En termes de composition florale, le champs des possibles est ouvert, et ce, quelle que soit la saison mise en lumière. Bien évidemment, à l’approche d’Halloween on plante le décor avec une flanquée de cucurbitacées aux gabarits différents. On les accompagne de quelques bougies aux senteurs gourmandes et boisées. Et bien évidemment, on termine avec de belles fleurs séchées, à l’image des grappes de blé.

De quoi pimper son intérieur en mode cosy !

Ça y est, les chapeaux, maillots de bain et autres accessoires estivaux ont retrouvé le banc des oubliés dans le placard. Il est dorénavant temps de se réchauffer et de s’emmitoufler dans des vêtements et autres laines douces et réconfortantes. Le moral dans les chaussettes ? Pas de panique, l’automne détient lui aussi son lot de belles surprises, pour rayonner même en temps de pluie.

Les tonalités empreintes de chaleur

La robe automnale se pare d’un panaché de teintes : ocre, pourpre, jaune moutarde, doré… La liste est longue, mais il en demeure un camaïeu embrasé et flamboyant, qui n’est pas sans rappeler le caractère majestueux de la nature en activité.

Pourquoi ne pas dégainer ces tonalités en décoration dans la maison ou même sur certaines pièces de sa garde-robe ? Affaire à suivre…

Les boissons chaudes

Scénario : arrivé·e à la maison, on met en route le sacro-saint Netflix et on se hisse sous un plaid comfy et molletonné. Néanmoins, un élément manque à l’appel pour une soirée 100 % chill : la boisson chaude à glisser entre les mains.

Et avec l’arrivée de l’automne, on se fait plaisir en réinventant les classiques chocolats chauds et latte. On incorpore ainsi à son breuvage préféré un bâton de cannelle, des épices, voir un sirop de potiron épicé avec en résultat final un pumpkin spice latte.

Cuisiner des légumes oubliés

Des siècles auparavant, les légumes anciens contribuaient pour beaucoup à la popote familiale. Pas très appétissants à la base, ils reviennent pourtant sur le devant de la scène, en tête de gondole des étalages de maraîchers.

Dès que la saison automnale pointe le bout de son nez, on se rue sur les potirons, butternuts, topinambours ou panais. Une fois en possession des ingrédients, on fait tinter les casseroles en cuisine pour concocter soupes, veloutés et purées.

L’astuce : ne pas hésiter à agrémenter les préparations salées de châtaignes cuites au four ou d’oléagineux grillés, apportant une texture croustillante.

Des becs sucrés aux alentours ? La cultissime « pumpkin pie » (soit tarte au potiron) de Thanksgiving est à tester d’urgence !

Faire d’oniriques balades en forêt

Se balader en forêt ne correspond pas à une activité anodine. En effet, tous les sens sont en éveil, et à l’automne cette symphonie touche son paroxysme !

Sentir le crépitement des feuilles sous les chaussures, s’enivrer de la prenante odeur des bois humides et s’arrêter devant un kaléidoscope de coloris allant du doré au rouge vif : voilà à quoi s’attendre lors d’une promenade en sous-bois.

Fêter Halloween

Halloween reste la fête anglo-saxonne préférée des frenchy ! A la clé ? Une foule d’activités dérivées pour les petits et les grands ! Creuser une citrouille en lui donnant un aspect des plus terrifiant, pâtisser des biscuits d’Halloween ragoûtants ou créer un affreux chapeau emplie de toiles d’araignées ….

Le 31 octobre à la nuit tombée, après avoir enfilé sa tenue démoniaque, on part pour la démentielle « Trick-or-Treat » dans les ruelles sombres de la ville…

Alerte aux amateurs de sensations fortes : on opte pour une escapade au Manoir de Paris, que l’on n’oubliera pas de sitôt…

Avec ce florilège d’idées, il y a de quoi se complaire dans ces agréables journées automnales.

Contrairement à l’opinion populaire : l’automne ne craint pas, c’est même tout l’inverse. La preuve par vingt-six.

On est aux premiers jour de l’automne. Il pleut, il fait froid, on est ronchon. La semaine dernière, le soleil nous invitait encore en terrasse, nous et nos mini-jupes sans collants. Aujourd’hui, on se retrouve en baskets trempées sous des nuages menaçants. Le contraste ne nous réjouit guère : on saisit l’occasion des dix minutes d’attente à l’arrêt de bus sous la bruine dégueu pour envoyer des emojis sanglier et feuilles mortes dans le groupe WhatsApp qui soutient notre cause, celle du blues automnal. 

Heureusement, Halloween arrive bientôt et Noël juste après. Ça nous donne faim. On reprend un peu de poil de la bête. C’est vrai que c’est pas si mal d’un point de vue culinaire, l’approche de l’hiver, quand on est fan de raclette. Ça, et la possibilité de traînasser tranquille sous un plaid, boisson chaude et sucrée à la main, devant une tonne de films d’amour aussi nuls que satisfaisants. 

En réalité, maintenant qu’on y pense, il existe un paquet de petits plaisirs à s’accorder depuis qu’il ne fait plus 30 degrés (ni 20, ni même 15 d’ailleurs). Assez en tout cas pour rédiger une liste non-exhaustive qui réconciliera sans doute les haters de la saison avec les mois à venir.

  • Marcher longtemps dans la rue, sans craindre de suer sous le masque.
  • S’installer au resto, sans craindre de suer sur la chaise.
  • Ne plus culpabiliser de louper une journée de beau temps quand on passe son week-end à l’intérieur à ne pas foutre grand chose, si ce n’est binge-watcher Gilmore Girls en bouffant son poids en petits marbrés Bonne Maman.
Crédit : Warner Bros. Television
  • Ressortir ses plus beaux pulls à col roulé qu’on enfilera désormais sans soutif, résolution no bra post-confinement oblige.
  • Redécouvrir le plaisir du chocolat chaud à dix-sept heures, et celui du vin chaud à dix-huit.
  • Regarder la pluie tomber dehors, en se félicitant de n’avoir pas répondu présente à une invitation sournoise à braver le froid.
  • Rester blottie dans les bras de son aimé·e au son du (faux) feu dans la cheminée.
  • Rester blottie solo dans son canapé au son du (faux) feu dans la cheminée.
  • Se refaire Harry Potter, livres ou long-métrages, et la tribune anti-transphobie écrite par Daniel Radcliffe au passage.
  • Ecouter Harry Styles, parce que toutes les raisons sont bonnes. Et surtout pour pomper son style, ou plus précisément le caban de Sign of the Times qu’on portera sur le flare taille haute de la couverture de Fine Line, ou alors son costume Gucci des Brits Awards 2020. Les options ne manquent pas.
  • Profiter des grasses matinées sous la couette.
  • Se faire envoyer le Christmas tea de chez Harrod’s par une âme charitable outre-Manche.
  • S’enfermer avec une jolie sélection de la rentrée littéraire, Présentes de Lauren Bastide ou Balance ton corps de Bertoulle Beaurebec, pour ne citer qu’elles. Et le thé.
  • Passer des heures sur Twitter à trouver le meilleur costume d’Halloween. Pour l’instant, « slutty Didier Raoult » est en tête de liste.
  • Bloquer tous ses lundis soirs pour mater la saison 15 de l’Amour est dans le pré. Et trouver que Jérôme a décidément le même rire que François Damiens (en plus d’un fétichisme pour les yeux flippant).
  • S’essayer à la réalisation d’un Pumpkin Spice Latte maison, et (potentiellement) échouer lamentablement en se rabattant sur un thé à la menthe qui pue le placard.
  • S’essayer à la sculpture de citrouilles, et rencontrer à peu près le même résultat.
  • Acheter les bottes aux genoux que la « France entière » portera dans deux semaines parce qu’elles nous narguent tous les jours sur Instagram.
  • Se dire qu’il est temps d’arrêter de parler comme les Marseillais dans Les Marseillais vs le reste du monde, qu’on continuera malgré tout de suivre tous les soirs à 19h50 avec délectation.
  • Ecouter le podcast Ciao Paris, sorti au début de l’été, et rêver d’humer les odeurs d’arbres aux feuilles jaunies en pleine forêt plutôt que le goudron mouillé. 
  • Se dire qu’un jour, ça deviendra peut-être notre réalité.
  • Se prélasser dans un bain fumant pour se réchauffer, en saisissant tout le sens du terme « self care » pendant que les petites bulles de la mousse nous régénèrent.
Crédit : Warner Bros. Television
  • Finir par écouter son intuition en partant s’isoler dans une maison en pleine nature avec des potes, de la bouffe, des films et du bon vin. Juste un week-end, pour commencer.
  • Regarder (encore) Love Actually et hésiter entre un amour inconditionnel pour la rom-com emblématique et une critique nécessaire de certains des agissements qu’elle décrit. Au hasard, l’hypersexualisation des Américaines ou le destin de Sarah qui finira seule parce qu’elle s’occupe de son frère malade psychiatrique, et qu’à en croire le scénario, c’est vraiment pas sexy.
  • Se cajoler, prendre le temps, se reposer vraiment.
  • Se réjouir à l’idée que Noël est dans moins de trois mois, finalement. 

Article de Pauline Machado

Desigual et María Escoté s’unissent le temps d’une collaboration ultra pop inspirée par un univers urbain, coloré, floral avec des connotations de mangas. En bref, un cocktail bien frais pour la rentrée !

Desigual x María Escoté

Pour cet automne, Desigual et María Escoté lancent une collection audacieuse qui rappelle que la mode est une forme d’expression et qu’il faut s’amuser avec ses formes. On retrouve là un mélange de couleur, d’imprimés fleuris et de passions qui représentent l’optimisme et l’espoir. Le tout, dans un climat actuel difficile soit un joli boost pour le moral de chacun avec une collection aux énergies positives !

María Escoté, la créatrice urbano-pop 

María Escoté est une styliste espagnole qui a lancé sa marque éponyme en 2008. Ses créations ont fait le tour du monde. Elle a habillé les plus grandes, Beyonce, Katy Perry, Miley Cyrus, Zendaya… Elle est connue et reconnue pour son côté rebelle, créatif, passionné, coloré et différent, tout comme ses créations. 

Desigual, la marque extravertie

Desigual est née à Barcelone en 1984 et a vu le jour grâce à Thomas Meyer, avec un but bien précis : « Habiller avant tout des personnes, non pas des corps ». Un univers méditerranéen, libre, authentique, optimiste qui fascine depuis trois décennies. La griffe espagnole pousse à l’amour, à la différence. Leur mantra star depuis 2020 : Love Different

Desigual x María Escoté

Desigual x María Escoté

« J’ai voulu m’inspirer de la décennie des années 90, lorsque j’ai découvert Desigual en me promenant dans ma ville de Barcelone. J’ai toujours été passionnée par l’illustration et la culture asiatique et à cette époque, j’étais obsédée par le manga, voilà pourquoi j’ai toujours rêvé de créer mes propres illustrations. », confie la créatrice espagnole. Une collection vive et lumineuse avec des nuances de rose, rouge, noir, lilas et jaune. 

María Escoté a puisé son inspiration des années 90, son adolescence. Elle utilise ses propres imprimés, totalement exclusifs où elle n’hésite pas à mixer fleurs et pois. La collection se compose de robes cintrées, pièces casuals, des survêtements, des looks total denim, des pulls oversize et des accessoires assortis. 

La collection est disponible en exclusivité monde aux Paulettes ! Profitez de 10% de réduction en vous enregistrant sur le site desigual.com

Article d’Alicia Desrivieres

Imaginée et créée pendant cette période particulière, « Fétiche » de Sézane est la collection parfaite pour créer son « vestiaire de rentrée rêvé ». 

https://www.instagram.com/p/CEdr_o_nP7R/

Sortie un jour avant la rentrée, « Fétiche » se compose de pièces incontournables pour la rentrée. Sézane, marque française fondée en 2013 par Morgane Sézalory, a imaginé une collection de « pièces ‘fétiches’ imaginées pour être adoptées, adorer les porter et aimer les retrouver année après année ». De quoi retrouver la mode avec plaisir pour cette nouvelle saison qui approche. 

Les pièces 

Manteaux, blouses, pulls, cardigans, vestes, robes, jupes, pantalons, bijoux… La collection « Fétiche » est assez complète pour renouveler l’intégralité de notre dressing. Beaucoup de pièces sont dans des couleurs douces, telles que le noir, le beige, l’ocre ou le blanc, afin de les accorder avec tout. Mais Sézane a aussi pensé des créations plus audacieuses. Vous pourrez donc retrouver par exemple des imprimés floraux, minimalistes, des rayures, des couleurs, de la dentelle, et même des jupes en cuir. 

La création 

La création de « Fétiche » fut assez particulière dans cette période « chamboulante ». Elle a été le « fruit d’un cheminement de plusieurs mois de recherche ». Mais toujours avec cette volonté de créer une collection plus durable, écologique et qualitative.

Plus qu’un challenge, « Fétiche » fut « un enchainement de longues journées à apprendre, faire, défaire, refaire, améliorer, embellir. Puis soudain un instinct qui sait que même la recette la plus imparfaite est complète, avec l’envie de surprendre encore une fois.« 

Et pour vous procurer cette collection, il suffit d’aller sur leur site. Un réassort arrive très bientôt ! 

Article de Clémence Bouquerod

Chaque automne, le retour des jours pluvieux donne envie de se réchauffer avec une boisson chaude et des pâtisseries. Les tendances culinaires changent tous les ans et en 2019, c’est la cannelle qu’on retrouvera sous toutes ses formes.

Le mois de septembre a commencé et chaque jour nous rapproche de l’automne, la saison d’Halloween et des citrouilles, du feuillage rouge et des écharpes chaudes. Depuis plusieurs années maintenant aux Etats-Unis, le paysage culinaire de l’automne a été dominé par le pumpkin spice (épices goût citrouille), et surtout le fameux Pumpkin Spice Latte de Starbucks (que l’on retrouve sans faute en France). L’an dernier, la tendance culinaire était le chocolat chaud, qui envahissait Instagram entre deux recettes à la citrouille. Cette fois-ci, c’est la cannelle qui est mise à l’honneur et que l’on va probablement voir partout. Oui, c’est une épice qu’on a l’habitude de voir, mais souvent quelques mois plus tard, en plein hiver.

https://www.instagram.com/p/B1CtCcUBpw6/

Le 30 septembre, une nouvelle saveur de Coca-Cola sera commercialisée aux États-Unis : le coca à la cannelle. L’hiver dernier, le Royaume-Uni avait déjà pu essayer le Coca Zéro à la cannelle. Même si elle est présentée comme une saveur hivernale, la nouvelle boisson arrive à point nommé pour l’automne. Mais Coca-Cola n’est pas la seule grande marque à parier sur l’épice comme nouveau goût à la mode. La chaîne de restaurants américaine Dairy Queen vend des milkshakes à la cannelle et la nouvelle crème glacée de Ben & Jerry’s, Justice Remixed, est aromatisée à la cannelle.

De nombreuses façons d’incorporer la cannelle dans ses aliments

Si vous avez hâte de voir le Pumpkin Spice Latte (et toutes ses versions) débarquer sur le menu Starbucks tous les ans ou que vous avez déjà essayé d’en faire un maison, vous savez peut-être que la cannelle est l’une des épices que l’on trouve dans le pumpkin spice, ce mélange américain d’épices pour tarte à la citrouille et autres délices. Cette année, les boissons chaudes à la cannelle se font une place sur beaucoup de menus dès l’automne, sans avoir besoin d’être mixée avec d’autres épices. Des cafés, des lattes, des thés chai… sont saupoudrés de cannelle.

Les roulés à la cannelle (cinnamon rolls ou buns) ne sont pas une nouveauté. Les Américains, les Suédois et bien d’autres sont habitués à manger une version ou l’autre de cette délicieuse pâtisserie. Mais ces jours-ci, des muffins, du pain perdu, des churros et bien d’autres – toujours aromatisés à l’épice – apparaissent sur les réseaux sociaux. En plus des tartes aux pommes, vous pouvez faire des cheesecakes, du glaçage ou du pudding à la cannelle pour vos desserts.

Mais pourquoi l’ingrédient est-il si populaire ? C’est une épice qui peut tout accompagner, des repas salés aux desserts sucrés en passant par les boissons chaudes. On peut l’utiliser avec des viandes (la cuisine turque est parsemée de plats à la cannelle comme de l’agneau) mais elle accompagne aussi particulièrement bien les pommes. Ajouter un peu de cannelle aux tartes aux pommes est une pratique assez répandue, mais certains font aussi du cream cheese (fromage à tartiner style Philadelphia) pomme cannelle. La cannelle a des propriétés bénéfiques, elle réduit le taux de cholestérol et a des effets anti-inflammatoires. Les gourmets ont décidé de ne pas attendre l’hiver et le vin chaud pour la savourer cette année. L’automne 2019 sera sa saison !

Article de Juliette Cardinale