Saviez-vous que seulement 6 % des Français·e·s payent une assurance santé à leurs boules de poils adorées ? On les adore, ils adoucissent notre quotidien, nous font rire, nous agacent, nous étonnent, nous rendent gaga. Mais aussi : ils nous coûtent cher ! Alors, Alban de Préville et Raphaël Sadaka lancent DALMA, le premier abonnement santé 100 % digital pour les animaux.

© DALMA
© DALMA

En effet, le budget moyen des Français pour un chien est de 350 €/an et il augmente chaque année ! Une petite patte cassée est vite arrivée, les vaccins, le vermifuge… Nos amis les animaux ont besoin d’être autant (ou presque) chouchoutés que leurs maîtres et maîtresses (c’est là que les non-amateur·rice·s d’animaux nous perdent complètement…). Mais pour la team Pet Lovers rassurez-vous, on se comprend. En Suède, 80 % des chats et chiens sont assurés, au UK, 40 % d’entre eux, selon DALMA. Il se pourrait bien que ce soit notre tour…

Un abonnement qui défie toute concurrence

25 % moins chère qu’ailleurs. C’est la promesse que nous font les deux fondateurs sur cette nouvelle assurance lancée fraichement, il y a un mois. Le CEO, Alban de Préville, estime que « (…) jamais personne ne devrait choisir entre la santé de son animal et son portefeuille ». C’est pourquoi, dès 7,99 € par mois pour un chat, et 10,99 € pour un chien, tous les frais vétérinaires sont remboursés en 48 heures ! Une volonté de réactivité hors pair, à prix cassé. La start-up annonce la couleur d’un service motivé par le bien-être des chiens et des chats.

Des expert·e·s disponibles pour vous

Une fois abonné·e, DALMA permet de poser des questions en ligne à des vétérinaires agréé·e·s. Ainsi, pour tout questionnement lié au bien-être, à la santé ou même à l’éducation de l’animal, les expert·e·s sont disponibles pour répondre rapidement aux propriétaires. Un marché qui semble florissant et très prometteur sur le sol français, puisque selon DALMA, l’assurance santé animal croit de 15 % par an. DALMA affinera son offre au besoin des animaux et de leurs propriétaires. Pour le moment, la start-up lève 2 millions d’euros auprès de GFC* et Frst*.

Alors, ça vous tente?

*GFC, Global Founders Capital accompagne depuis plusieurs années les entrepreneurs à travers le monde.

*Frst est un fonds de Venture Capital

Un article de Margot Hinry