À l’occasion du reconfinement, on vous a concocté une sélection aux petits oignons des meilleurs restaurants asiatiques qui livrent ou font des click and collect ! 

Les meilleurs restaurants asiatiques qui livrent sur Paris

Afin de soutenir les restaurants et se régaler en même temps, la rédaction vous propose ses spots asiatiques favoris pour passer le confinement le palais comblé. Et si vous aimez spécifiquement la cuisine chinoise, on vous conseille aussi ici.

Tiger Tiger

Le petit nouveau de MAMAHUHU s’appelle Tiger Tiger. Actuellement ouvert sous forme de pop-up – avant son ouverture officielle, il est disponible en livraison et click & collect. Au rendez-vous ? Un cha chaan teng [ndlr, restaurant de quartier typique de Hong Kong] moderne et français. On y retrouve de délicieux wontons, du porc croustillant, du boeuf mariné, ou encore du poulet rôti à la cacahuète… Et nous, on est fan !

Adresse : 15 Rue René Boulanger, 75010 Paris

Tiger Tiger - © Quentin Tourbez
Tiger Tiger – © Quentin Tourbez

INÉ Paris

INÉ Paris c’est LA nouvelle adresse pour nos midis pressés. En effet, cette adresse propose des bentos faciles à manger, pratiques et surtout goûtus – et délicieux ! Au choix, un au poisson, un à la viande ou un végétarien. Le tout, accompagnés de petits légumes de saison et de riz. On y retrouve de nombreux goûts différents, pour un midi équilibré !

Adresse : Popu-up au Broken Arm Cafeteria au 12 Rue Perrée, 75003 Paris

INÉ Paris
INÉ Paris

Côté Sushi X Chic des Plantes

Plus besoin de présenter Côté Sushi… Par contre, on tenait à vous parler de sa collaboration avec Chic des Plantes, marque d’infusions de haute qualité. En résulte une box de 39 pièces de sushi, california, maki… Tous plus originaux les uns que les autres. Le thème récurrent ? Vous l’aurez deviné : les plantes ! C’est pourquoi les sushis sont revisités avec du basilic, des poivrons, de la betterave – en petite touches, rassurez-vous. Le tout, accompagné de l’infusion « Belle Plante » et du bouillon bio « Le Sud ». Parfait pour les beaux jours qui arrivent !

Disponible dans tous les Côté Sushi jusqu’au 6 juin.

Côté Sushi X Chic des Plantes
Côté Sushi X Chic des Plantes

Kitchen Galerie Bis

C’est notre petite triche de la journée. Pas seulement un restaurant asiatiquecar le chef trouve son inspiration dans toutes les cuisines du monde, on vous recommande Kitchen Galerie Bis pour son menu de raviolis croustillants, oscillants entre la France et la Thaïlande. « Si les recettes sont métissées, l’Asie a la part belle dans les assiettes» C’est elleux qui le disent !

Adresse : 25 rue des Grands Augustins, 75006 Paris

Kitchen Galerie Bis
Kitchen Galerie Bis

Dumpling Queen

Autre petit de MAMAHUHU, Dumpling Queen est spécialisé – comme son nom l’indique, dans les Dumpling et les Bao. Street-food taïwanaise, ces deux mets sont comme des explosions en bouche. Les goûts y sont puissants, les farces excellentes… Et vous pouvez même y trouver du poulet frit ! Point bonus pour le jeu de mot avec Dancing Queen… (Ça y est, vous avez la chanson en tête ?)

Adresse : 22 rue de L’Echiquier, 75010 Paris

Dumpling Queen
Dumpling Queen

Mamibaba by Quinsou

Mamibaba, c’est un pop-up du restaurant gastronomique Quinsou, par Antonin Bonnet. Avec cette nouvelle carte, le chef a voulu mettre la cuisine coréenne à l’honneur. La spécialité ? Les Mandoo-Guk, raviolis coréens. Excellents, et très originaux ! On craque pour le Yughoe, version coréenne du tartare de boeuf. Bref, de la cuisine fusion comme on l’aime !

Mamibaba by Quinson
Mamibaba by Quinson

The Hood Paris

Bobun revisité, poulet frit vietnamien, ban mi à l’aubergine rôtie… On ne compte plus les merveilles culinaires que nous proposent The Hood Paris pour nos déjeuners d’affaires (comprenez zoom) à la livraison ou en clic and collect. Le restaurant propose même des sauces maison, à acheter en quantité pour remplir son frigo et s’assurer d’être équipés pour le plat suivant. La spécialité de la maison The Hood Paris ? Le Pandan chiffon cake – il nous aurait bien fallu trois parts de ce gâteau nuageux et délicieux.

Adresse : 80 Rue Jean Pierre Timbaud, 75011 Paris

The Hood Paris

Double Dragon 

Avis aux amoureux·se·s du piment ! Le Double Dragon est une cantine asiatique ultra-branchée, créée par deux soeurs franco-philippines. On relève : la food très épicée. Le click and collect est mis en place sur le site, le take away, ainsi que la livraison dans tout Paris. 

Adresse : 52 rue Saint-Maur, 75011 Paris

Double Dragon

Petit Bao

Le Petit Bao a pour concept le partage. L’idée, c’est de prendre un panier bao et un plat par personne, puis de tout partager. Et si vous ne savez pas choisir, le site vous propose des plats signature. La livraison, le take away et le click & collect sont disponibles ! 

Adresse : 116 rue Saint-Denis, 75002 Paris

Petit Bao

YOOM

Yoom at Home est la petite soeur du restaurant Yoom – adulé à Paris pour avoir conçu une carte spécialement dédiée aux Dim Sum. L’établissement propose désormais un menu surgelé à livrer, partout en France. De chouettes kits afin de réchauffer soi-même et traditionnellement ces délicieuses petites bouchées et vapeurs asiatiques. Cuisinées à la main, avec une pâte extra fine qui laisse place aux saveurs des garnitures, elles viendront donc régaler petits et grands un soir de semaine ou le weekend. Des menus pour deux, trois voire toute la famille on par ailleurs été développés. Notre chouchou ? Les raviolis truffe noire édaname, sans hésiter. Alors, on essaie ? Vous pouvez commander à emporter ou vous faire livrer directement à la maison !

Rendez-vous sur le site Yoom at Home pour passer commande !

Yoom
Yoom

LiLi Peninsula Hotel

LiLi, c’est la fusion entre l’art de vivre à la française et la food cantonaise totalement maîtrisée par un chef hong-kongais. Pendant cette période, le restaurant vous propose une sélection de plats à emporter sur le site. 

Adresse : 19 Avenue Kléber, 75016 Paris

LiLi Peninsula Hotel

Brigade du Tigre

La Brigade du Tigre est le nouveau restau d’Adrien Ferrand qui s’est associé à Galien Emery pour cette belle adresse, ouverte depuis septembre dernier. Ici, se mêlent spécialités chinoises, thaïlandaises, cambodgiennes et malaysiennes. Le click & collect est disponible sur leur site et la livraison arrive prochainement. Notre coup de coeur ? Le crabe cake ou encore le tataki de boeuf, sans la moindre hésitation.

Adresse : 38 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris 

Brigade du Tigre

Neko Ramen

Neko Ramencest LA vraie adresse de ramen parisienne, et l’une de nos préférées. Le chef, Sedrik Allani, est français mais passionné de ramen. Et pas celles qu’on déguste en France : les ramen de Tokyo – où il a d’ailleurs été formé. Parfait, donc, pour tous les fans de ramen, mais pas que ! Le restaurant propose aussi des gyozas, des nouilles sautées, des Karaage, des boulettes de poulet frit japonaises, des mochis… Et en plus, les prix sont hyper raisonnables : entre 9,50€ et 12€ pour les trois ramens stars de la carte ! Foncez, si vous voulez découvrir le fameux goût Umami. Notre recommandation ? Le Tonkatsu, très original.

Adresse : 6 Rue de la Grange Batelière, 75009 Paris

Neko Ramen
Neko Ramen

Article d’Alicia Desrivieres, Margaux Rouche et Clémence Bouquerod

« Mulan », « pak pak », « fleur de lotus », « l’hindoue », « bol de riz », « mangeuse de curry », « la bridée »… Si vous avez déjà entendu une femme asiatique se faire surnommer de la sorte, ou que vous l’avez vous-même fait, demandez-vous pourquoi cela ne vous a pas tant choqué. Le racisme anti-asiatique est très ancré dans la société française, il est de fait invisibilisé et tabou. Ce racisme ordinaire peut aller de surnoms moqueurs jusqu’à des agressions physiques, en passant par le mépris envers les personnes « asiatiquetées » et sud-asiatiques. Et c’est ce racisme que dénonce @sororasie.

IMAGE : @artboe

L’« Asiatiquetage »

Asiatiqueté.e.s – définition par @sororasie : « Perception franco-centrée de l’asiatique/chinois.e qui serait bridé.e, jaune, petit.e, nem, chinois.e, soumis.e, gentil.le, souriant.e, au petit sexe ou étroite… » Ce qui est dénoncé par ce terme, c’est l’essentialisation des personnes asiatiques et les clichés physiques qui en découlent.

Heureusement, des initiatives mettant en avant la diversité au sein des femmes asiatiques (cisgenre et transgenre) prennent de l’ampleur. Sororasie en fait partie.

Contre les clichés racistes

Le but est de lutter contre les clichés racistes en publiant des témoignages de remarques racistes, en partageant des contenus éducatifs visant à déconstruire les clichés racistes ou encore en soutenant des artistes et créateur.trice.s asiatiques. En créant une communauté de femmes asiatiques, @sororasie cherche à leur créer un safe place tout en dénonçant les actes racistes qu’elles subissent.

Par ailleurs, les femmes asiatiquetées étant souvent l’objet de fétichisations racistes sexualisantes et infantilisantes, se réapproprier leur beauté et leur apparence physique n’est pas toujours chose aisée. C’est dans une optique d’empowerment panasiaféministe (féminisme intersectionnel asiatique ayant pour but d’être inclusif) que @sororasie a récemment mis en place des ateliers shooting photo, afin de montrer la diversité, la beauté et la puissance émanant des femmes asiatiques.

PHOTO : @sororasie

Une diversité asiatique souvent invisibilisée

L’objectif de Sororasie étant de montrer la diversité parmi les femmes asiatiques, le compte aborde aussi le sujet des discriminations subies par les femmes non-asiatiquetées et pourtant bel et bien asiatiques. Les femmes indiennes, pakistanaises, sri-lankaises, et plus généralement provenant de l’Asie du Sud sont souvent invisibilisées parmi la communauté asiatique, car elles ne sont pas perçues comme étant asiatiques. Cette perception renvoie une nouvelle fois à la vision simplifiée de l’Asie qu’ont souvent les occidentaux.ales, et témoigne d’une méconnaissance et d’un certain désintérêt pour la diversité asiatique.

Bravo donc à cette belle initiative qui permet d’aborder ces sujets trop souvent tabous et ignorés !

Article par Inès Paiva