Avis à tous·tes les fans d’apéro entre ami·e·s ! Préparez-vous à voir débarquer en force la Hard Seltzer, l’eau pétillante alcoolisée. 

Hard Seltzer, quèsaco ? Le nom parlera peut-être à ceux et celles qui se sont rendu·e·s aux États-Unis ces derniers temps – quoiqu’on doute que ce soit très récent. Mais pour les autres, c’est en réalité un nouvel alcool, parfait pour les verres entre ami·e·s. Enfin, ce n’est pas aussi simple que ça. On vous explique. La Hard Seltzer, c’est une eau pétillante aromatisée – souvent aux fruits, et alcoolisée, oui, mais très peu. Pour être précis, aux alentours de 4 à 6 %. De quoi rivaliser facilement avec l’indétrônable pinte de bière ou le classique verre de vin. 

Une popularité soudaine

Selon une étude du cabinet Nielsen repérée par Forbes, « les ventes globales de Hard Seltzer auraient grimpé de près de 193 % aux États-Unis en 2019 ». Et si les Américain·e·s en ont fait la boisson de l’été 2019, les Français·e·s ont commencé à s’y intéresser seulement maintenant. 

  • Hard Seltzer de la marque Natz
  • Hard Seltzer de la marque FEFE
  • Hard Seltzer de la marque White Claw
  • Hard Seltzer de la marque Snow Melt
  • Sparking Walter Citron Gingembre

Pourquoi ? Peut-être parce que, comme tous les êtres humains, les Français·e·s adorent la nouveauté – ou peut-être parce qu’on s’est lassé·e·s du Spritz. Et la popularité a été très soudaine. Si bien qu’il n’existe actuellement que trois marques françaises de Hard Seltzer : FEFE, Natz et Sparking Walter. Les leaders du marché étant évidemment des marques américaines : White Claw et Snow Melt -qui vient d’ailleurs de débarquer en France pour notre grand plaisir !

Alors, les Paulette, pour vous c’est in or out ? Nous, de notre côté, on a trop hâte d’en faire des cocktails ! 

Article de Clémence Bouquerod 

Une fois le boulot terminé, on a parfois envie de sortir, de se mêler à la foule et de boire un verre accompagné·e de quelques grignotes. Des bouteilles et spiritueux de qualité, des mets simples mais raffinés, le tout agrémenté d’une ambiance survoltée : difficile de combiner l’ensemble de ces facteurs, même en plein cœur de Paname. Pas de panique, à la rédaction, on a dégoté de petites perles qui vous feront vivre une expérience culinaire inoubliable et sans fioritures. Ready ? Tour d’horizon des meilleures caves et tables à manger.

MONBLEU – La fromagerie 2.0

Qui a dit que le fromage était ringard ? Chez MONBLEU, ce produit « parfumé » retrouve ses lettres de noblesse. En effet, l’enseigne à l’identité marquée se scinde en trois entités : une fromagerie, un restaurant et un comptoir. On passe la porte du comptoir et l’on sent de suite (en plus du brie de Meaux) la joie de vivre qui se dégage du lieu ! Tapisseries aux murs, canapés patinés et coussins dépareillés : l’esprit « titi parisien » nous enivre.

On s’installe sur l’une des chaises hautes du bar et l’on déguste de régressives coquillettes au jambon blanc surmontées de reblochon gratiné ou encore un arancini à la fourme de Montbrison et sa crème de poivron. L’option bis : se concocter un plateau de fromages, en choisissant parmi une imposante sélection sourcée. Pour la note sucrée finale, on fonce sur des figues rôties, jointes à un fromage blanc fermier.

Alerte aux aficionados de plateaux de fromages : De 15 à 19 heures, pour l’achat de trois fromages, un petit quatrième surprise est offert !

Frenchie Pigalle – La table à manger la plus sexy de Paris

C’est un fait : le quartier éclectique et bouillonnant de Pigalle rime avec convivialité et rencontre. Et ça, Greg Marchand, le fondateur, l’a bien compris. Dans son antre aux tonalités urbaines et boisées, pimpé de fleurs séchées, il fait tinter les casseroles et propose des assiettes de « snacking » haut de gamme, fun et travaillées !

On raffole notamment de son best-seller : les tagliolini à l’encre de seiche, moules, chorizo et bouillabaisse. En bouche, se produit une explosion de saveurs, faisant atterrir les papilles en plein bassin méditerranéen. On chavire également pour les audacieuses nuggets au ris de veau. Côté douceurs, on est séduit·e par une tarte aux fraises confiturées, agrémentée de thym citronné.

Buvette Paris – L’adresse au sourcing 100 % terroir

Légumes, fromages, café ou encore olives : savez-vous ce qu’ont en commun ces produits ? Leur sourcing made in France, mettant à l’honneur des producteurs passionnés distillant un savoir-faire incroyable. Ce crédo affiché par Buvette Paris est suivi sept jours sur sept, au déjeuner comme au dîner dans un lieu intimiste et chaleureux.

Au programme des réjouissances culinaires : une tartine ratatouille et chèvre frais et des rillettes de saumon aux deux saumons. On termine en se délectant des douces gaufres au Nutella de notre enfance.

La Rôtisserie Gallopin – La tradition en mode street food

Dès l’entrée, les deux imposantes rôtissoires Gallopin plantent le décor dans une salle aux coloris bleutés, rehaussée de carreaux de faïence et de pierre de Bourgogne. Les apparences sont parfois trompeuses, et preuve en est, on est bien loin de la traditionnelle brasserie à la française. Ici, l’artisanat culinaire est respecté et sublimé dans un élan contemporain.

Concrètement, on mange quoi ? En guise de préambule, on découvre un chou-fleur rôti à la broche marié à du yaourt et de la coriandre. On continue l’escapade gustative avec un sandwich pita au poulet fermier ainsi qu’un pâté en croute en version finger food. On termine, chocolovers que nous sommes, avec une mousse au chocolat façon Snickers !

De quoi s’éveiller les papilles, même en plein milieu de la semaine !

Pour encore plus de bons plans et adresses insolites, go sur Paulette Map.

Après le boulot avec les collègues, entre copines ou même avec sa moitié, on apprécie partager de joyeuses assiettes à l’heure du repas. Originaires de la contrée du flamenco, les tapas ont le vent en poupe du côté de la capitale. De fait, les bouchées demeurent colorées, simples à manger et sans fioritures. Balayage des adresses parisiennes maîtresses dans l’art de l’amuse-bouche caliente.

Pepita : en avant la Méditerranée !

On entre chez Pepita et on se fond de suite dans une ambiance chaleureuse, solaire et comfy. La décoration, travaillée avec goût, laisse entrevoir des cruches en osier multicolores, des banquettes (ultra)bombées à la teinte dorée ainsi que des pierres apparentes, pour un lieu authentique.

Côté carte, il n’y a pas photo : c’est tout le bassin méditerranéen qui se dresse à nos pieds, pour notre plus grand plaisir. A la rédaction, on se met d’abord dans le mood avec un gaspacho accompagné de tapenade et de croutons aromatisés au romarin. Puis, en guise de plat, on chavire pour la salade « Méditerranéenne » à base de roquette, de burrata, de jambon de parme AOP et de tomates confites rouges et jaunes, le tout arrosé d’un pesto verde. On opte aussi pour la spécialité de la maison : la pizza « Pepita » comprenant de la roquette, du jambon à la truffe, de la stracciatella et de la pistache.

Alerte aux chocovores : on ne manque pas la brioche perdue à la crème de pistache et nocciola Bio, saupoudrée d’éclats de noisettes caramélisées.

Acà Pigalle : en avant Mexico !

On l’aura compris rien qu’à la dénomination, Acà Pigalle met sur le devant de la scène le patrimoine culinaire du Mexique, et donc le tacos. Celui-ci est cuisiné à toutes les sauces grâce à une base de galette à la farine de blé ou de maïs (sans gluten). A cela s’ajoute des garnitures au sourcing de qualité, des plus classiques aux plus excentriques.

On s’enivre de plaisir pour le tacos nopalqueso composé d’une galette de farine de blé avec, en son sein, du cactus et du fromage fondu. On est également tenté par deux préparations ayant pour support une galette sans gluten : le al pastor, autrement dit un mix sucré & salé avec de l’ananas et du porc mariné à l’orange et aux épices, et le tacos de pulpo au poulpe, piment vert et fromage super fondant.

IBRIK : en avant les Balkans !

Connaissez-vous les Balkans, cette région enclavée entre la Mer Adriatique et la Mer Egée ? On se laisse aller à l’ivresse culinaire de l’Europe du Sud grâce à un lieu parisien : Ibrik.

Dans cet antre propice au dépaysement, l’heure est à la générosité grâce à des assiettes richement garnies et emplies de saveurs et de couleurs pepsy. Plusieurs recettes décadentes et alléchantes nous tapent dans l’oeil : les poivrons rouges marinés, accompagnés d’un halloumi frit au miel et réhaussés d’une vinaigrette acidulée, le hummus de la maison aux légumes de saison rôtis, et enfin la PIDE, c’est à dire la version 2.0 de la pizza au fromage de brebis surmontée de légumes confits.

Que les becs sucrés se rassurent, il y a de quoi faire avec un moelleux aux pistaches d’Iran et rose et un cheesecake très léger aux framboises et cerises.

Boteco : en avant Rio de Janeiro !

Lumière tamisée, végétation luxuriante et shaker à donf sous un rythme endiablé : plus d’hésitation, on se trouve bien chez Boteco.

On commence en premier lieu par choisir son cocktail parmi une liste colossale de breuvages à glouglouter. A la rédaction, on a eu un gros crush pour la caipis Palominha, le cocktail faisant bouger le tout Sao Paulo, ici à base de jus de pamplemousse, de purée de coco, de sirop de sucre et de grenade.

On se laisse par la suite séduire par quelques douceurs salées : des gnocchi de banane plantin à la sauge et à la sauce au parmesan, ainsi qu’une casquinha de siri, soit de la chair de crabe à la noix coco, gratinée au parmesan.

Azulito : en avant l’Amérique du Sud !

Cette année, la terrasse du Monsieur Bleu laisse place à une ambiance ultra divertissante, puisque tout droit venue d’Amérique du Sud avec Azulito. Dans une sorte de bulle végétale où se fondent en harmonie oliviers et cactus, les clients prennent place, dégustant tacos et quesadillas.

On adore le tacos fish healthy, à base de daurade royale, de mangue, de concombre et d’avocat, ayant en guise d’assaisonnement du citron et du piment d’espelette. On se laisse également convaincre par un tacos veggie comprenant notamment de la feta, de la tomate, de l’avocat, du fenouil et du concombre.

Au niveau des boissons, on se rue sur un cocktail signature : le accapulco, dégageant des notes de fruits rouges comme la cerise, la framboise, la fraise et la myrtille.

Plus une minute à perdre : ce soir, on se hâte dans l’une de ces adresses solaires pour passer une soirée de folie !

Pour plus de bons plans culinaires, go sur la Paulette_map.

https://www.instagram.com/p/CD8lpP7Bgzg/