Il y a quelques semaines, Paulette allait à la rencontre de ses lectrices new-yorkaises avec un appartement éphémère à Manhattan. Dimanche 8 septembre, nous avons organisé un shooting collectif en petite tenue pour célébrer le self-love.

Prendre confiance en soi, dans une société qui prône la maigreur à coups de régimes pour l’été et de chirurgie esthétique, n’est pas une mince affaire. Pendant #PauletteAndTheCity, du 6 au 11 septembre 2019, on vous a invitées à prendre la pose en sous-vêtements et à être fières de votre corps, peu importe ses différences et particularités. En découlent des photos collectives et individuelles inspirantes, avec des modèles magnifiques.

La soirée s’est continuée par une discussion sur la confiance en soi, toujours placée sous le signe de l’acceptation et du self-love, la lingerie de rigueur. Une journée qui s’inscrit dans le mouvement @allwomxnproject fondé par l’entrepeneure et mannequin grande taille @bonjourclem .

Représenter toutes les femmes

Lancée en 2016 par la Française Clémentine Desseaux et son homologue anglaise Charli Howard (@charlihoward), la campagne All Womxn Project rassemblait alors 11 top du monde entier. Barbie Ferreira (@barbieferreira) ou encore Elliott Sailors (@elliottsailors) se dévoilaient sans retouches dans la vidéo signée Olimpia Valli Fassi.

Ce mouvement a pour vocation de représenter toutes les filles et femmes, et prouver qu’elles sont toutes belles. Couleur de peau, marques de l’âge, cicatrices, poignées d’amour… tout est bon à accepter et à aimer sur son corps. Pas besoin de chercher à être toujours mieux ni à faire toujours plus. Les femmes sont assez et parfaites comme elles le sont. Le All Womxn Project invite chacune à organiser son propre événement et shooting photo, puis à poster les images sous le hashtag #iamallwomxn et à les envoyer via le site.

Des photos non retouchées pour des femmes vraies et une beauté naturelle, c’est la promesse All Womxn Project. La représentation de minorités permet d’amplifier leurs voix dans l’espace public, et de créer un endroit où les femmes se sentent en sécurité.

Article de Juliette Cardinale