Héroïne de Westworld et future reine Disney dans La Reine des neiges 2, Evan Rachel Wood est une actrice et chanteuse américaine. Ouvertement bisexuelle et victime de violences domestiques par le passé, elle utilise sa visibilité pour aider d’autres victimes de vioelnces domestiques et milite pour les droits humains.

https://www.instagram.com/p/B1p9UEglA_F/

Actrice prolifique dès le plus jeune âge

Evan Rachel Wood est née en 1987, à Raleigh, en Caroline du Nord, dans une famille artistique. Ses parents sont tous deux des acteurs, sa mère est également réalisatrice et son père metteur en scène et chanteur. Elle commence à jouer très jeune sous la direction de son père et obtient rapidement des rôles à la télévision tels que dans les séries American Gothic et Deuxième Chance. Elle obtient son premier rôle principal à 11 ans dans Digging to China (de Timothy Hutton, 1998) et, en 2003, elle interprète Tracy Freeland dans Thirteen (de Catherine Hardwicke), rôle qui lui vaut sa première nomination aux Golden Globes et une grande renommée. Elle joue dans de nombreux films, des productions indépendantes aux super-productions hollywoodiennes, aux côtés d’acteurs reconnus tels que Robert Redford, Nicole Kidman ou encore George Clooney.

Mais le rôle qui la révèle auprès d’un très grand public, c’est celui de Dolores Abernathy dans Westworld, la série de science-fiction sensationnelle diffusée sur la chaîne américaine HBO. Dolores est un androïde de Westworld, un parc sur le thème du Far West où les invités peuvent faire ce qu’ils veulent avec les robots (sans craindre de représailles). Profondément émouvante et parfois carrément effrayante, Dolores est le personnage principal et le préféré de beaucoup d’adeptes de l’oeuvre. Evan Rachel Wood a reçu de nombreuses nominations pour des prix prestigieux à la suite de son interprétation de Dolores, dont un Golden Globe et deux Emmy Awards. Elle a remporté un Critics’ Choice Television Award en 2016 et un Satellite Award en 2017.

C’est aussi une chanteuse

https://www.instagram.com/p/BvXddLgHTkj/

La musique fait partie intégrante de la vie d’Evan Rachel Wood. Elle a joué dans quelques clips musicaux, Wake Me Up When September Ends de Green Day (2005), At the Bottom of Everything de Bright Eyes (2005) et Heart-Shaped Glasses de Marilyn Manson (2007). Elle a interprété le personnage principal féminin dans Across the Universe (Julie Taymor, 2007), un film musical autour de chansons des Beatles. En 2016, elle a sorti deux EPs avec Zach Villa sous le nom Rebel and A Basketcase et elle chante régulièrement avec Zane Carney sous le nom de scène Evan + Zane.

Et une militante

https://www.instagram.com/p/B1eWMfDlXAd/

Evan Rachel Wood a déclaré être bisexuelle en 2011 et depuis, elle se bat pour les droits de la communauté LGBT+. Elle parle souvent de la biphobie et de la suppression de l’identité bisexuelle, des discriminations qui existent aussi à l’intérieur de la communauté LGBT+. Elle milite également pour le droit à l’avortement et les droits humains (elle s’oppose notamment à la situation des enfants immigrés clandestins détenus dans le sud des Etats-Unis). Elle a expliqué qu’elle essaye d’apprendre à son fils « que les sentiments ne sont pas un signe de faiblesse« , contrairement à ce que la majorité de la société considère comme la virilité.

L’actrice a déclaré avoir été une victime de viol et de violences domestiques devant le Congrès américain en 2018. Lors de son témoignage poignant, elle a expliqué avoir été attaquée par un ex-petit ami, plus de 10 ans auparavant, et toujours souffrir de stress post-traumatique. Elle se bat actuellement pour aider d’autres victimes de violences domestiques. Elle a créé une loi, le Phoenix Act, afin de prolonger le délai de prescription pour la violence domestique (qui est d’environ 2 à 4 ans dans de nombreux États américains) sous plusieurs conditions telles que des preuves ADN ou visuelles, des aveux ou plus de trois victimes dénonçant la même personne. L’objectif de la loi « n’est pas de punir plus sévèrement les auteurs de crimes, mais de donner plus de droits aux victimes« . Étant donné que de nombreuses victimes ont peur et souffrent, elles ne se manifestent souvent que bien au-delà du délai de prescription. Cette loi leur permettrait d’avoir le temps de sortir de leur situation épouvantable et d’être prêtes à en parler.

Article par Juliette Cardinale

Ava DuVernay est une réalisatrice afro-américaine. De part son identité, une femme afro-américaine, et les histoires qu’elle choisi de raconter, elle se bat pour les droits de sa communauté.

Ava DuVernay @ava sur Instagram

Il y a des stars de cinéma et des réalisateurs qui savent nous faire rire, sourire ou pleurer. Mais il y en a qui, en plus, nous poussent à réfléchir sur le monde qui nous entoure et nous inspirent. Ava DuVernay fait, sans aucun doute, partie de la seconde catégorie. Née en 1972 en Californie, elle est une réalisatrice, scénariste et productrice afro-américaine. Au cours de sa carrière, elle n’a jamais manqué de représenter des personnages afro-américains et de raconter leurs histoires. Elle prouve ainsi, à tous ceux qui auraient pu le contester, que leur voix vaut la peine d’être entendue.

Une carrière non attendue

Ava DuVernay n’avait pas prévu de travailler dans l’industrie cinématographique. Elle étudie la littérature anglaise et les études afro-américaines à UCLA (l’Université de Californie à Los Angeles). Elle veut travailler dans le journalisme et est chargée de couvrir le procès pour meurtre d’O.J. Simpson lors d’un stage pour CBS News en 1995. Cependant, elle décide rapidement de se tourner vers les relations publiques. Elle travaille alors comme publiciste pour plusieurs compagnies dont 20th Century Fox avant d’ouvrir sa propre agence de relations publiques, The DuVernay Agency, en 1999. Elle travaille surtout pour l’industrie du divertissement et, dans les années 2000, elle participe à des campagnes de marketing pour des films tels que Dreamgirls.

Elle se tourne vers la réalisation

En 2006, elle réalise un premier court métrage intitulé Saturday Night Life, sur une mère célibataire et inspiré par les expériences de sa propre mère. Elle se consacre alors au cinéma et en 2008, elle écrit, produit et réalise son premier long métrage documentaire, This is Life, sur le hip-hop. Elle réalise ensuite quelques documentaires musicaux ainsi qu’un documentaire sur l’ouragan Katrina.

In 2010, her first feature fiction was called I Will Follow and inspired, this time, by her aunt. It focuses on grieving and coming to terms with the death of a loved one. The same year, because she had troubles with finding financing for her movie, she created her own distribution company, ARRAY. Originally called the African-American Film Festival Releasing Movement, it aims at helping African-American and female storytellers.

En 2010, son premier long métrage de fiction s’intitule I Will Follow et est inspiré, cette fois, par sa tante. Il met l’accent sur le deuil et l’acceptation de la mort d’un être cher. La même année, parce qu’elle ade la difficulté à trouver du financement pour son film, elle crée sa propre compagnie de distribution, ARRAY. Appelée à l’origine African-American Film Festival Releasing Movement, elle vise à produire des histoires réalisées par la communauté féminine et afro-américaine.

Une militante qui raconte des histoire qui comptent

Rien qu’en étant une réalisatrice afro-américaine à Hollywood, Ava Duvernay change l’histoire. En 2012, son deuxième long métrage Middle of Nowhere – sur la femme d’un homme emprisonné – lui fait remporter le prix de la réalisation dans la compétition dramatique américaine au Sundance film festival. Elle devient ainsi la première femme noire à remporter ce prix. Deux ans plus tard, avec le film Selma, elle est la première femme noire nommée pour le prix du meilleur réalisateur aux Golden Globes, et la première réalisatrice noire à voir son film nommé pour le meilleur film aux Oscars. Selma raconte l’histoire de Martin Luther King Jr. et des marches de Selma à Montgomery en 1965.

En 2017, elle est nommée pour l’Oscar du meilleur documentaire pour 13th, un long métrage documentaire dans lequel elle discute des impacts durables de l’esclavage sur la discrimination à laquelle les Afro-Américains font encore face aujourd’hui, en particulier dans le monde de la prison. Le nom du documentaire provient du 13e amendement à la Constitution américaine qui a aboli l’esclavage aux États-Unis.

En 2018, elle réalise le film A Wrinkle in Time pour Disney. Bien qu’il ne s’agisse ni d’un succès critique ni d’un grand succès commercial, elle est la première femme afro-américaine à réaliser un film qui a rapporté au moins 100 millions de dollars aux États-Unis. La même année, elle fait partie du Jury du 71e Festival de Cannes alors que l’actrice Cate Blanchett en est la présidente.

https://www.youtube.com/watch?v=u3F9n_smGWY

When They See Us

En 2019, elle sort sur Netflix une série documentaire intitulée When They See Us, sur les « Central Park Five ». Elle a créé, co-écrit et réalisé la mini-série sur l’affaire du jogger de Central Park de 1989. Cinq adolescents de minorités ethniques ont été accusés et condamnés à tort pour avoir agressé sexuellement une femme blanche à New York. Après avoir vu Selma en 2015, l’un des 5 hommes a contacté Ava DuVernay sur Twitter, espérant qu’elle raconterait leur histoire. Bien que les preuves ADN aient prouvé leur innocence (et que le criminel ait avoué) en 2002 et qu’ils aient gagné un procès pour condamnation injustifiée en 2014, la série les a aidés à gagner le procès d’opinion publique. When They See Us a remporté un total de 16 nominations aux Emmy Awards.

Ava DuVernay a réussi à se faire une place dans une industrie qui ne favorise ni les Afro-Américains ni les femmes réalisatrices, loin de là. On espère qu’elle n’a pas fini de raconter des histoires qui ont besoin d’être racontées, de faire la lumière sur des questions importantes et d’inspirer les jeunes filles noires du monde entier.

Article par Juliette Cardinale