TA MÈRE AU THÉÂTRE


Après avoir assisté à La Mère, la dernière pièce de Florian Zeller qui se joue actuellement au Petit Théâtre de Paris, Paulette vous donne trois raisons en trois actes de vous précipiter voir ce spectacle… saisissant de justesse.
 
ACTE I. Du mauvais plis
Tu as l’habitude de ne pas décrocher ou de soupirer d’exaspération lorsque ta mère t’appelle sur ton portable parce qu’"Elle appelle toujours au mauvais moment !" ou que tout simplement "Elle me saoouuule !".

Tu lui réponds systématiquement que tu ne peux pas rentrer à la maison ce week-end car tu as "Pas mal de choses à faire", "L’anniversaire de Cécile", "Du boulot à finir pour lundi", "Un truc hyper important à faire avec Raph" ou tout simplement "Trop pas l’temps".

ACTE II. Du culot
Tu as la fâcheuse habitude de ne faire les efforts qu’il faut qu’en fin de mois, quand tu es "Un peu ric-rac", que tu as besoin de savoir "Comment me faire rembourser du dentiste, j’avais oublié ma carte vitale ?" ou encore lorsque tu voudrais savoir si "C’est possible d’emprunter la voiture pour descendre en Normandie avec Alex et Ben, de toute façon toi tu ne descends pas ce week-end ?"

Et bien mon vieux/ma vieille, méfie-toi. Oui, méfie-toi de ne pas trop "Pousser le bouchon" comme elle dit, ta mère, car sache que ton comportement lui fait de la peine, oui je le répète de la peine.
 

ACTE III. De la peine
As-tu déjà pensé à la tête que fait ta mère une fois que tu lui raccroches brusquement à la figure ?

As-tu déjà essayé de te figurer la peine qui voile son regard tandis qu’elle repose, résignée, le combiné du téléphone sur la table du salon avant de se remettre à faire ce qu’elle fait tous les jours de sa pauvre vie, à savoir : "Vider le lave-vaisselle", "Passer un petit coup d’aspirateur", "Étendre le linge", "Préparer deux trois trucs à grignoter pour ton père", etc.

As-tu déjà tenté de te représenter cette douleur de t’avoir perdu, toi qui as maintenant décidé d’être adulte et responsable. Dont actes.

Le meilleur moyen que tu pourrais faire pour te rattraper serait donc de l’emmener au théâtre,
oui, au théâtre, avec ton père si tu peux (en espérant qu’il ne soit pas parti pour l’un de ses "Séminaires sur le micro-crédit à Dijon") voir la dernière pièce de Florian Zeller (jeune écrivain à succès et professeur de littérature à Sciences Po), très justement intitulée La Mère.

Magnifiquement interprétée par Catherine Hiegel (ex sociétaire de la Comédie française), la pièce met en scène dans un décor lugubre une mère dépressive depuis le départ de son fils chéri (le beau gosse Clément Sibony) du nid. Le père de famille absent, joué par l’impressionnant de vérité Jean-Yves Chatelais, n’a que faire des gérémiades de son épouse et fuit perpétuellement la maison – donc la scène – pour se rendre à de douteux "séminaires". Tantôt hystéro, complètement parano, folle de bonheur, pleurnicheuse ou carrément à côté de ses pompes, la Mère alterne avec subtilité tous les états qui nourrissent son obsession : voir son fils rentrer au bercail. Peu lui importe que ce soit à cause d’une rupture avec sa jeune et jolie petite amie (Olivia Bonamy), elle veut qu’il rentre coûte que coûte. Sinon ? Sinon, c’est le chantage au suicide, le mélange de médocs et d’alcool, le lit d’hôpital qui vient se placer au centre de la scène et le début d’un cauchemar dont on ne sait si l’on va en sortir.

Les dialogues, véritable déroulé de lieux communs et impeccablement dits par les comédiens, n’ont rien à envier à la mise en scène ingénieuse de Marcial Di Fonzo Bo. Alors c’est le moment de prendre sa mère sous le bras pour aller au spectacle, avant qu’il ne soit trop tard !
 

    LA PIÈCE

    LA MÈRE :: Florian Zeller

    Mise en scène :: Marcial Di Fonzo Bo
    Avec Catherine Hiegel, Clément Sibony, Olivia Bonamy et    
    Jean-Yves Chatelais

    Petit Théâtre de Paris
    Depuis le 25 septembre 2010

    REPRÉSENTATIONS
   
Du mardi au samedi à 21h
    Matinée le samedi à 18h et le dimanche à 16h

    RÉSERVATIONS – 01 42 80 01 81

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *