SOLEIL, ATTENTION À VOTRE PEAU !

 

Malgré la grisaille parisienne de ces derniers jours, le soleil est bientôt de retour. Pique-nique dans un parc, apéro au bord de l’eau, déjeuner en terrasse… On cherche à tout prix à profiter des premiers rayons printaniers. Mais à nos risques et périls ! 

C’est bien connu, en mai, on fait ce qu’il nous plait. Quitte à mettre notre épiderme à rude épreuve. Contrairement aux idées reçues, le soleil printanier reste tout aussi nocif que celui d’été. La raison ? Nos mélanocytes (les cellules qui pigmentent notre peau) n’ont pas été stimulées durant l’hiver. Résultat: coups de soleil à gogo. Et même plus qu’en été !

“Aujourd’hui, nous prenons de plus en plus en compte les recommandations médicales sur l’exposition solaire, pendant l’été (horaires d’exposition, protection solaire…). Mais peu d’entre nous se préoccupe du soleil avant les mois de juillet et août et les départs en vacances”, explique Dr Elisabeth Berrissoul, dermatologue et co-fondatrice de la start-up Epiderm qui fournit des conseils dermatologiques. Boutons, démangeaisons ou plaques: les allergies solaires de printemps existent et peuvent être évitées. Voici les plus fréquentes. .

> La lucite estivale bénigne

Après une après-midi au soleil, vous voyez apparaître des petits boutons rouges qui vous grattent ? Ne cherchez plus, vous souffrez d’une lucite estivale bénigne. Pas de panique ! Comme son nom l’indique, cette allergie solaire n’est pas bien méchante. Attendez-vous à des rougeurs sur les parties du corps comme le décolleté ou les avant-bras. A l’exception du visage. Elles disparaîtront avec le bronzage… mais reviennent d’une année à l’autre pendant 10 ans en moyenne. Cette réaction cutanée touche le plus souvent les jeunes filles. Vous voilà prévenues !

> La lucite polymorphe

Encore un drôle nom d’oiseau. Ce type de lucite concerne les jeunes adultes. Parfois difficile à reconnaître, elle prend des formes variées, de l’eczéma à l’urticaire. Que ce soit après une petite pause café au soleil ou une journée entière dédiée à la bronzette, vous pouvez voir apparaître des éruptions sur les zones découvertes tout comme celles non exposées. Restez vigilantes ! N’hésitez pas à mettre de la crème solaire indice 50. Votre peau vous en remerciera.

> La photodermatose juvénile

Promis, c’est la dernière. Généralement, elle se manifeste après une exposition solaire au printemps par temps froid. Des petits boutons pointent le bout de leur nez sur les oreilles. Ils se transforment ensuite en croûtes avant de disparaître sans cicatrice en une quinzaine de jours. Avis aux Georges, cette allergie vous concerne aussi !

Pour plus de conseils de prévention par des dermatologues certifiés, rendez-vous sur le site d’Epiderm.


> Article de Caroline DRZEWINSKI

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.