SOLANGE KNOWLES, SON COUP DE GUEULE CONTRE LE RACISME

Vendredi soir, Solange Knowles a poussé un coup de gueule sur son compte Twitter, en expliquant pourquoi certaines femmes noires ne se sentaient pas en sécurité dans les « endroits fréquentés par des Blancs« .

Le 9 septembre, elle assistait à un concert du groupe allemand Kraftwerk à la Nouvelle Orléans en présence de son mari et de leur fils de 11 ans et de l’un de ses amis quand un incident s’est produit. 

« Nous faisions partie des 20 personnes de couleur présentes ce soir là parmi les 1500 participants. Nous entrons dans la salle et Kraftwerk joue une des mes chansons préférées. Je suis ravie d’expliquer à mon fils que le hip hop a samplé Kraftwerk. Nous nous mettons alors à danser » explique Solange. « Quatre femmes blanches plus âgées me hurlent dessus : »Assied-toi de suite ». Elle leur rétorque alors : “Je suis debout car je suis à un concert et je danse”.  

Après l’avoir menacée une dernière fois avec un « Tu dois t’asseoir maintenant », les femmes lui ont ensuite jeté des objets dans son dos.

« Je ne fais juste que partager mon expérience… Peut-être que certains comprendront pourquoi beaucoup d’entre nous ne nous sentons pas en sécurité dans des endroits fréquentés majoritairement par des Blancs… On ne crée pas de problèmes. Personne ne va au concert des Kraftwerk avec ses enfants pour « chercher des ennuis ». Mais c’est comme ça que vous aimez tourner les choses. » a finalement conclu Solange Knowles sur le réseau social.  

Mais parce que 140 caractères ne suffisaient bien entendu pas à exprimer tout le fond de sa pensée, Solange a écrit un essai sur son site, (que vous pouvez lire ici).

> The « white supremacy »

« Dans ce genre d’incidents, rien ne vous dit que les gens n’aiment pas les noirs, mais cette attitude est la conséquence d’une suprématie des blancs, qu’ils exercent sur vous sans tact, sans précaution. La plupart du temps, leur ton signifie : « I do not feel you belong here. » (Je ne pense pas que c’est ta place), explique Solange. 

 

Une tribune poignante qui finit sur une note sage, “Après l’altercation, j’ai lu des gros titres qui disaient “Solange se sent inconfortable avec les gens blancs”. Je voulais me justifier en répondant le classique “J’ai plein d’amis blancs” ou encore “La moitié des invités de mon mariage était des blancs” et expliquer que ce n’était pas les blancs que je n’aimais pas mais la manière dont beaucoup de blancs vous font sentir mal. Et puis je me suis dit que ça ne servirait à rien et que ces justifications ne changeraient pas la donne”.
Et de conclure “Au final, j’ai adopté la meilleure attitude ce soir là. J’ai continué à danser devant elles, avec mes cheveux balançant de gauche à droite, mon fils et mon mari noirs magnifiques et notre cher ami Rasheed à mes côtés, tous sautillant sur la musique qui disait “We belong. We belong. We belong. We built this.” (ndlr : Notre place est ici, notre place est ici, notre place est ici. On a construit cela.)

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *