SKIP THE USE MET LE FEU

 
Tao Souad Kahlo pour Paulette
 
Paulette a rencontré le tandem de compositeurs de génie Mat Bastard et Yann Stéphani, du groupe Skip The Use, en plein marathon promo. L’actu du groupe est en effet plus que chargée : un album, "Can be Late " aux rythmiques explosives, avec un gros potentiel de tubes, un Taratata -qui sera diffusé vendredi 2 mars- et une nomination aux Victoires de la musique -samedi 3 mars-, catégorie révélation scénique. Une évidence pour leur public, qui suit leurs shows débordant d’énergie depuis leur naissance en 2007.
 
Paulette : Skip The Use, ça signifie "Casser les habitudes". C’est une philosophie de vie ?
Mat Bastard : On fait bien la séparation entre le côté musical et notre vraie vie, mais au niveau musical, on essaie de ne pas se fixer de barrières, quitte à se servir d’éléments complétement différents du rock, et les "rockifier ". Dans ma vie, je suis assez classique, Yann, lui… c’est un terroriste.
 
Vous êtes des mastodontes scéniques. Pas trop fatiguant pour vos proches ?
Mat Bastard : Moi je suis surtout un mastodonte papa !
Yann : Les gens me supportent encore, et je suis assez content de ça !
Mat Bastard : C’est pas vrai ça ! Non, en fait en ce moment, on a une actu assez intense, donc quand on rentre chez nous, on profite de nos familles, et on laisse le mastodonte au placard.

 
Alors justement, la nomination aux Victoires de la Musique, catégorie Révélation Scénique. Vous l’avez appris comment ? Racontez-nous !
Mat Bastard : Ah oui, la nomination pour la Coupe de France !
Yann : On a lu ça sur le Parisien ! On savait déjà par Universal qu’on était sélectionnés, mais on ignorait qu’on allait passer le dernier tour.
Mat Bastard : On était content. Bon, maintenant, on va essayer de jouer collectif, d’aller droit au but.
 
C’est une reconnaissance ? Une consécration ?
Yann : On a pas mal lutté depuis qu’on fait Skip, donc c’est une reconnaissance avant tout.
Mat Bastard : Ce n’est pas une consécration, c’est plus l’idée qu’on a bien fait les choses jusqu’alors. Maintenant, l’objectif est encore très loin, nos pieds sont bien ancrés dans le sol, on sait que la route est encore très très longue.

Photo, Mathieu Cesar

 
Dans cinq ans, vous vous voyez où ?
Yann : J’espère qu’on pourra s’imposer dans d’autres pays, c’est ce qu’on cherche depuis le début. On a faim de voir ce qui se passe ailleurs.
Mat Bastard : Notre album c’est "Can be Late ", et c’est vrai qu’on aimerait pouvoir prendre le temps de faire une énorme tournée qui commence à Lille et qui finit à Tokyo, et au niveau du studio, de se poser plusieurs mois pour faire un album dans les meilleures conditions. On est des éternels insatisfaits.
 
Une petite dédicace pour Paulette ?
Mat Bastard : Salut les Paulette, vous avez un nom mortel, nous on vient de Lille, s’appeler Paulette c’est un peu comme si vous veniez d’ici, vous l’assumez parfaitement bien. On vous souhaite d’être toujours des chieuses, de gratter là où il faut. Et on aimerait avoir une rubrique Skip The Use avec des actus toutes les trois semaines !
                                                           
 
SKIP THE USE :: CAN BE LATE                           
Polydor / Universal Music
Sortie le 6 février 2012  
 
 
Concerts :
16/03 : Caen
22/03 : Paris
24/03 : Angers
29/03 : Lille
 
 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *