SINGTANK, UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Photos, Maxime Stange assisté de Pauline Darley pour Paulette
 
À seulement 26 ans, la belle et féline Joséphine de la Baume a déjà un beau parcours derrière elle. Actrice (Notre jour viendra, La Princesse de Montpensier), mannequin (Agent Provocateur, Mango) et chanteuse, Joséphine est aussi l’épouse du producteur Mark Ronson ! Avec son frère Alexandre, de deux ans son cadet, ils forment le duo parisien Singtank.  Rencontre.
Après avoir sorti un premier EP prometteur, "The Party", le frère et la soeur sortiront prochainement leur premier album accompagnés à la basse par Andrew Woodhead et Alberto Cabrera à la batterie, le tout sous la houlette bienveillante de Nellee Hooper (le producteur, entre autres, de Massive Attack et Bjork).
 
Paulette : Quels sont les surnoms que vous vous donnez ? 
Alexandre : Joséphine, je l’appelle Yussefa !
Joséphine : Et pour moi Alexandre c’est Popof. Tout le monde l’appelle comme ça depuis qu’il est petit.
 
Paulette : Quel est votre plus vieux souvenir en commun ?
Joséphine : Nos premières vacances au ski.
Alexandre : À l’époque je ne savais même pas encore marcher. La prof devait me prendre entre ses jambes pour que je puisse descendre les pistes.
 
Petits, vous vouliez faire quoi ?
Joséphine : Danseuse étoile !
Alexandre : Et moi je voulais être Bill Gates, mais le truc le plus impressionnant que j’ai fait c’est réparer l’ordi de mon voisin, alors j’ai vite déchanté…

 

"ON A TOUJOURS FAIT DE LA MUSIQUE ENSEMBLE" (JOSEPHINE)
 

Quand avez-vous décidé de fonder Singtank ?
Alexandre : On a toujours fait de la musique ensemble et, en grandissant, on s’est mis à écrire des chansons. On ne l’a jamais considéré comme un vrai travail, c’était plus par plaisir de faire de la musique.
Joséphine : Puis un jour on a envoyé des démos et nos chansons se sont retrouvées dans l’ordinateur de Nellee Hooper.
Alexandre : Il a beaucoup aimé notre travail et a appelé Joséphine pour lui demander qu’on collabore ensemble. C’est comme ça qu’on s’est retrouvés dans son studio pour enregistrer notre premier EP et prochain album.
 
Vous vous êtes tout de suite mis d’accord sur le style de musique ou vous avez galéré avant de trouver quelque chose qui vous corresponde à tous les deux ?
Joséphine : Petit, Alexandre était plutôt fan d’Elvis Presley alors que moi je préférais Michael Jackson mais, sinon, de manière générale, on avait et on a toujours des goûts assez similaires.
Alexandre : Oui, enfin, il y a quand même des chansons que j’écoute que Joséphine n’aime pas…
Joséphine : The Unicorns par exemple ! Je n’ai jamais compris pourquoi il écoutait ça !
 
Alexandre, à ton tour de balancer, qu’est-ce que Joséphine écoute et que tu n’aimes pas ?
Joséphine (le menaçant du regard) : Fais gaffe à ce que tu vas dire !
Alexandre (ton faux-cul) : J’aime vraiment tout ce qu’elle écoute, si si ! (Rires).
 
"ON INJECTE DE LA POP DANS LA MELANCOLIE" (ALEXANDRE)

Joséphine, c’est toi qui écris les textes. Comment t’y prends-tu ?
Joséphine : L’anglais n’étant pas ma langue maternelle, je lis beaucoup de poèmes anglo-saxons pour élever un peu mon niveau de vocabulaire et, surtout, pour rentrer dans une zone imaginative. Les phrases que j’écris n’ont peut-être pas de sens, mais elles ont le mérite d’être un petit peu poétique, enfin, j’espère !
 
Derrière le côté très pop de vos morceaux, il y a toujours une pointe de nostalgie. On peut dire que c’est le leitmotiv de votre EP, ce sera également le cas sur votre album ?
Alexandre : Oui, l’album sera dans la même lignée. On avait effectivement une volonté de faire de la pop efficace, avec des chansons légères, des airs qu’on retient mais pas seulement. On souhaitait surtout qu’il y ait une touche de mélancolie dans tous les morceaux. Je n’aime pas trop les artistes qui s’écoutent dans leur malheur pendant 8 minutes du coup, nous, on a injecté de la mélancolie mais on l’a encadré dans un format pop, pour que ça reste un minimum agréable à écouter…


Pour l’avoir testé, "The Party" est un bon remède contre la grisaille hivernale, vous avez une autre solution pour lutter contre la morosité ?  
Joséphine : Mais l’alcool bien sûr !
Alexandre : Je dirais même mieux, l’alcool consommé dans le magnifique endroit où nous réalisons cette interview, à savoir au Castor Club. Et hop, une petite pub bien placée !
 
Vous voyagez tous les deux beaucoup. Quand c’est vos amis étrangers qui vous rendent visite à Paris, quels sont les lieux que vous aimez leur faire découvrir ?
Joséphine : L’incontournable c’est Ladurée, celui de Saint-Germain-des-Prés. Après, j’aime aussi les amener au Marché des Enfants rouges ou encore à Anahi, un restaurent argentin aménagé dans une ancienne boucherie. 
Alexandre : Moi je trouve que ce qui fait toujours un carton c’est Robert et Louise dans le Marais. C’est un restaurant où la même famille est propriétaire depuis des générations. Très typique !
 
Une dédicace à Paulette ?
Joséphine : "Paulette, tu es la plus belle du monde…". Il y a une chanson de Luis Mariano qui dit "Maman, tu es la plus belle du monde" et, je ne sais pas pourquoi, ça m’a fait pensé à ça !
 

SINGTANK :: THE PARTY (EP)
Warner Music & Because editions
 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW