S’ENGAGER MODE D’EMPLOI

 
À l’heure du tout Internet, les jeunes de 2012
ne se contentent pas que de surfer sur
les réseaux sociaux, écrire des sms
et télécharger des fichiers…
Quand il s’agit de s’engager, la génération Y
sait aussi se montrer créative. En effet, malgré
le contexte économique actuel, la jeunesse
ne baisse pas  les bras, et cherche
de nouveaux moyens de faire bouger
les choses.

Suite à de nombreuses affaires de détournements de fonds, et à la perte de confiance engendrée, donner de l’argent n’est plus un moyen satisfaisant de s’engager. Poser nu, boycotter la finance, lancer des cyber-attaques : la jeunesse choisit de s’impliquer directement, armée de son ordinateur. Et à l’ère d’Anonymous et des Indignés, plus besoin de leader ou de parti politique pour devenir un des maillons actifs du changement !
 
Quand on parle d’engagement, on pense forcément aux grandes organisations mondiales comme l’UNICEF, Médecins Sans Frontières ou encore Greenpeace. À l’instar de cette dernière, les organisations ont su se moderniser, au travers d’évènements innovants. Les flashmobs de Greenpeace sont par exemple une façon originale et concrète de défendre l’écologie à l’échelle mondiale.
 
Aider un artiste fait aussi partie des nouvelles façons de s’engager. Soutenir la création artistique permet de lutter contre le formatage imposé par les maisons de production, et  contribue à la découverte de jeunes talents. Par exemple My Major Company, le célèbre label musical communautaire, a permis aux artistes Grégoire, Joyce Jonathan et Irma de sortir leurs albums.
 
Enfin certains jeunes préfèrent s’investir dans des causes humanitaires à l’étranger. Mais il est souvent nécessaire d’avoir des compétences ou un diplôme spécifique pour devenir un membre actif. Il existe cependant d’autres moyens, comme le 4L Trophy qui permet aux étudiants qui le souhaitent de traverser le désert marocain afin de distribuer des fournitures scolaires et sportives.
 
Il est aussi possible d’agir à une plus petite échelle, près de chez soi. Par exemple, Carrotmob  agit par des actions coups de poings, lancées via les réseaux sociaux, où l’on se donne rendez-vous pour dévaliser la boutique du coin. En échange de quoi le commerçant s’engage à investir 10 à 100\% des bénéfices pour réduire son empreinte écologique. L’éco-shopping est la toute nouvelle méthode d’activisme qui accroît le pouvoir du consommateur en récompensant les commerces les plus socialement et écologiquement responsables.
 
Dans un autre registre, il est aussi possible de devenir bénévole dans un festival près de chez soi. Et donner de son temps peut parfois rapporter gros. En effet, en échange de 4h de bénévolat Orange Rockcorps offre une place de concert avec des artistes partenaires comme Nadeah, Aaron, Lilly Wood & the Prick, Ben l’Oncle Soul…
 
Et pour terminer, pas besoin de partir bien loin pour défendre des causes humanitaires. Le nouveau concept "buy one give one" est une manière simple d’aider une personne dans le besoin. En achetant une paire de lunettes chez Jimmy Fairly, un enfant du Tibet en reçoit une à son tour. Des associations comme l’AFEV ou la Croix Rouge disposent d’antennes locales dans lesquelles  il est possible de faire du soutien scolaire, de distribuer des repas aux plus démunis, ou encore d’accompagner des malades.
Parce qu’il n’y a pas besoin d’aller bien loin pour faire bouger les choses !
 
Allez, engagez-vous !
 
Informations pratiques :

 
 Retrouvez Julie et Lucile sur leur blog !
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *