SELF LOVE : ON PREND SON PLAISIR EN MAIN

69 % des Français·e· seraient plutôt satisfait·e·s de leur vie sexuelle. On profite d’une situation propice à se recentrer sur soi afin d’essayer d’atteindre les 100 % d’ici 2022. 

A l’occasion de la Saint-Valentin, le site de lovetoys amorélie dévoile un rapport d’un genre particulier. Ce sexreport dresse les tendances des Français·e·s en matière de satisfaction sexuelle, dans une étude menée avec TREND RESEARCH. Et comme on a décidé de dédier le mois de février au self love, on en tire des leçons utiles !

On n’hésite plus à s’allumer

29 % des célibataires interrogé·e·s disent avoir plus envie de faire l’amour. Pas facile à gérer, quand la pandémie se met en travers de rencontres potentielles. 38 % déclarent en effet avoir moins de rapports sexuels et 50 % moins de dates. Pourtant, même en solo on ne renonce plus à plaire, et à se plaire. 28 % des célibataires disent se masturber davantage, un tiers des sondé·e·s se masturbant plusieurs fois par semaine. 

Ce n’est pas forcément simple de faire tomber le tabou autour de la masturbation, en particulier féminine. Bien conscient·e·s de ce biais, 31 % des participant·e·s estiment que la masturbation devrait faire partie de l’éducation sexuelle. On mérite bien de se faire plaisir, et on ne devrait pas dépendre d’un·e (ou plusieurs) partenaire pour rejoindre le 7e ciel. 

En matière d’auto-satisfaction, les hommes continuent à être plus représentés. Une des raisons qui pourrait expliquer que les femmes aient plus de mal à se faire l’amour serait qu’elles se trouvent moins séduisantes. En effet, une femme sur quatre se sentirait mal à l’aise avec son propre corps. Un malaise renforcé par les réseaux sociaux pour 37 % des interrogées. Et si on se réappropriait alors nos corps ? Face à un miroir ou au fond de ses draps, on lui montre combien on l’aime, et combien il mérite d’être aimé.

Le self love en couple ?

Par ailleurs, la pandémie a affecté la vie amoureuse de 21 % des interrogé·e·s. Un impact qui n’est pourtant pas nécessairement négatif, car 21 % de couples avouent se sentir plus proches. Malgré cela, 22 % des femmes continuent à avoir du mal à atteindre l’orgasme pendant l’amour. Comment donc expliquer cette constante difficulté à partager ses désirs, alors même que les couples semblent être plus fusionnels ? 

On ne le dira jamais assez, mais la communication est centrale pour le plaisir à deux. A ce sujet, 33 % des interrogé·e·s ne parlent pas ou très peu de leurs désirs. Une tendance qu’on retrouve dans les chiffres des orgasmes simulés, chez 32 % des hommes et 68 % des femmes interrogé·e·s. Une situation qui n’est pas une fatalité : 42 % des hommes et 20 % des femmes aimeraient connaître les envies sexuelles de leur partenaire. Il n’y a donc rien de plus sexy qu’un·e partenaire qui sait guider son ou sa moitié.

Mieux connaître son corps et renforcer l’image qu’on en a ne peut qu’avoir des effets bénéfiques. En couple, c’est une sexualité partagée qui s’épanouit quand on se laisse le temps de se prouver à quel point on s’aime. Et introduire des lovetoys dans sa vie, c’est aussi pimenter les moments coquins à deux. D’ailleurs, 41 % des sondé·e·s en possèderaient déjà au moins un, et 38 % des autres peuvent s’imaginer en essayer un.

En solo ou à deux, on joue donc la séduction, et on laisse nos sens prendre le dessus avec amorélie. Alors heureux·ses ?

Un article par Shad De Bary

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *