SÉANCE DE LUMINOTHÉRAPIE AVEC THE AMPLIFETES


Après un premier album éponyme en 2010, ce groupe venu du froid vient nous (re)souffler un vent de fraîcheur pop et électrisante.
On connaissait l’entraînant Somebody New , c’est désormais c’est sur des titres comme You/Me/Evolution ou encore You want it que l’on se trémoussera sans fin lors de nos nuits fauves. Leur dernier album Where is the Light, qu’ils ont présenté à la Maroquinerie en décembre, est un vrai concentré d’énergie électronique. En plus d’être terriblement charismatiques, le quator nordique a accepté de lever la lumière sur leur dernier opus. Après quelques minutes d’entretien, sans aucun doute on en veut encore !
 
Paulette : Votre groupe s’est formé il y a quatre ans environ (2008),  qu’est-ce que vous faisiez avant ?
The Amplifetes : Nous étions producteurs et auteurs depuis des années et nous nous sommes rencontrés à Stockholm il y a 13 ans, car on faisait partie de la même société d’édition. Le projet est né entre 2007-2008 car nous voulions faire de la musique et des chansons ensemble, mais sans réelle intention de créer groupe. Puis nous avons découvert assez rapidement que la musique que nous faisions ensemble était unique et n’aurait pu être la même avec d’autres personnes. Notre première chansons It’s my life a été reprise par une campagne de publicité de la marque Roberto Cavalli, ça a nous a donné un coup de pouce et apporté beaucoup de confiance en nous.
 
À ce propos, comment expliquez-vous le succès de votre musique dans le milieu créatif, pourquoi autant de vos titres sont repris dans la publicité ou dans les défilés de mode (Somebody new est apparue dans une publicité Fructis, ndlr) ?
The Amplifetes : Nous n’avons jamais visé d’apparaître dans les publicités. Ce n’était pas un idéal à l’origine, sauf que si ta musique n’a aucune visibilité tu n’auras pas de succès donc on est plutôt content que notre musique soit reprise, même si on n’a jamais rien fait pour.  
 

 
Une autre de vos chansons s’intitule Blinded by the Moonlight , et vous avez lancé à l’occasion de la sortie de votre dernier album « Where is the light » un jeu vidéo du même nom avec des faisceaux lumière. D’où vous vient ce rapport particulier avec la lumière ?
The Amplifetes : C’est probablement parce que nous ne la voyons pas beaucoup en Suède. C’est un endroit assez sombre à vivre pendant 7 mois de l’année et l’été, c’est totalement l’opposé et nous avons une overdose de lumière. Mais l’idée de lumière est aussi quelque-chose d’inhérent à notre musique ; comme une réponse au monde qui change et devient trop sérieux. Dans nos sonorités, on veut apporter quelque-chose de très joyeux, très pop, qui pétille.
 
Sur le mini-site www.whereisthelight.com créé pour la sortie de l’album, vous proposez un jeu vidéo permet de remporter un voyage dans le cercle arctique, une invitation à voir les aurores boréales. C’est assez particulier comme cadeau, pourquoi avoir décidé d’offrir cela à vos fans ?
The Amplifetes : C’était une forme de cadeau et de remerciement pour nos fans et les gens qui nous suivent depuis le début. Nous avons passé un an à développer ce jeu afin de leur offrir une expérience exceptionnelle et unique pour leur témoigner de notre reconnaissance.
 
Le graphiste de la pochette de votre dernier opus, Storm Thorgerson est aussi celui des Pink Floyd et Led Zepplin, comment l’avez vous rencontré ?
The Amplifetes : Nous étions vraiment excité d’avoir la chance de collaborer avec lui car nous connaissions son travail mais nous n’avions pas de relation personnelle avec lui. C’est nous l’avons contacté, il a creusé notre univers et est revenu avec une proposition.
 

 
Au sujet de votre nouveau clip, You/Me/ Evolution, vous mettez en scène un univers assez spécial, entre merveilleux et étrange. Quel est le message que vous souhaitez transmettre ?
The Amplifetes : Nous avons contacté le réalisateur suédois Mikel Cee Karlsson pour lui envoyer la chanson et les paroles mais c’est lui qui est revenu vers nous avec cette idée géniale de traiter de la situation étrange de jeunes gens qui ne sont pas autorisés à vivre comme des enfants. Pour nous, c’est une résultante du capitalisme et la vidéo montre que nous sommes dans une société où ne laissons pas les enfants avoir leur place. Ils sont très vite propulsés dans le monde des adultes, c’est plutôt triste.
 
Vous avez présenté votre nouvel album en décembre à la Maroquinerie, à quand la tournée en Europe ?
The Amplifetes : Nous reviendrons au Printemps en Europe avec une date à Paris le 15 avril mais aussi d’autres en France !
 
Pour finir, avez-vous une citation à partager avec les lectrices et qui vous caractérise ?
The Amplifetes : Bienvenue dans le monde de la musique ! (rires).
 
Très onirique…
The Amplifetes : Plus sérieusement, "Faites ce que je dis pas ce que je fais" ou plutôt un vrai conseil aux artistes d’aujourd’hui, ce serait  "Assure toi d’avoir de l’argent pour réaliser tes rêves".
 
Pragmatiques The Amplifetes ?
Découvrez une petite vidéo qu’ils ont réalisé rien que pour vous les Paulette !


THE AMPLIFETES ::
WHERE IS THE LIGHT
Believe Recordings
Sortie le 11 février
En écoute sur Spotify
 
 
Concerts :
15/04 à Paris
16/04 à Lille
18/04 à Bordeaux
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW