DITES-LE FORT ET FIÈREMENT, « SAY GAY »

Nous sommes le 28 mars 2022. Aux États-Unis, en Floride plus précisément, le gouverneur républicain Ron DeSantis signe une loi interdisant d’aborder les sujets LGBTQIA+ dans les programmes scolaires, de la maternelle au CE1.

Cette loi, surnommée « Don’t Say Gay » (« ne parlez pas des gays », ndlr) par ses détracteur·rices, sera mise en vigueur à partir du 1er juillet 2022. Date à partir de laquelle les parents pourront poursuivre la direction de l’école si un·e professeur·e décide malgré tout d’évoquer les orientations sexuelles ou identités de genres. « Nous allons nous assurer que les parents puissent envoyer leurs enfants à l’école pour qu’ils apprennent, pas pour qu’ils soient endoctrinés », lance le gouverneur avant de signer, applaudi par l’assemblée. 

L’actualité choque, fait réagir. Et heureusement. Sans parler de la censure évidente que cette loi induit, on parle surtout d’une décision violente et LGBTQIA+phobe qui invisibilise une grande partie de la population. On parle d’enfants qui n’auront pas les clés pour se poser les questions sur leur identité, sur qui iels sont, sur qui iels aiment !

Depuis l’évocation du projet de loi début mars, de nombreuses manifestations ont eu lieu. Dans les lycées et les écoles de Floride, mais aussi au sein de l’entreprise Disney, qui n’avait alors pas assez pris parti contre cette loi. Sur les réseaux sociaux, dans les associations de défense des droits et dans les rassemblements, le slogan qui revient le plus souvent est : « Say Gay », pour « Parlez des gays ». Slogan qui a tellement plu qu’il a même été affiché sur plusieurs panneaux publicitaires dans de nombreuses villes en Floride. Comme le disent les journalistes de Gay Times : « Dites-le fort, dites-le fièrement : parlez des gays ! »

Vous pourriez aimer...