REPORT : LE SZIGET FESTIVAL A BUDAPEST


Attention ce que vous vous apprêtez à lire est l’éloge du meilleur festival d’Europe, tout simplement !
Alors voilà, le 10 aout, j’ai commencé une aventure très intéressante. Je me suis rendue en, Hongrie, plus précisément à Budapest où se déroulait le Sziget Festival. En Hongrois Sziget veut dire Ile, et c’est précisément sur une île que le festival se déroulait. On la surnomme d’ailleurs l’ile de la liberté. Et on peut dire qu’elle porte bien son nom. Durant cette semaine c’est bien un vent de liberté qui soufflait sur ce festival.

Tout d‘abord, le lieu était assez impressionnant et démesuré, je crois que j’ai bien mis 3 jours avant de pouvoir circuler sans me perdre dans toutes ces immenses allées toutes super bien décorées. Lumières, sculptures, guirlandes, tableaux, photos, côtoyaient les tentes des campeurs installés sur toute l’ile. Il faut dire qu’il y avait beaucoup de festivaliers à loger.

 

« L’Apéro camping », un camping dédié aux francophones était également présent sur le site. Tout était vraiment très bien organisé et en prime la joie et la bonne humeur, était aussi de la partie. C’est d’ailleurs cela que je tiens vraiment à mettre en lumière. Au-delà de super programmation et des prix attractifs, je voudrais vraiment insister sur l’ambiance globale du festival. J’ai vraiment été frappé par la joie et la bonne humeur tout au long de cette semaine. Imaginez 90 000 personnes par jour qui viennent comme vous profiter d’une semaine de vacances musicales mais tout ça sans aucune embrouille. J’ai eu la chance de discuter avec des Belges, des Suisses, des Italiens et même des Australiennes. Tout cela de façon complètement improvisée, au bord d’une table lorsque je mangeais pour la plupart du temps des pitas hongroises.

Je ne sais pas si cela vient du fait que ce festival était vraiment immense comparé à ceux que j’ai déjà fait en France, mais il y avait vraiment quelque chose de spécial concernant l’ambiance générale. Pour vous donner un exemple, un grand nombre de personnes, possédaient des pistolets à eau qu’ils utilisaient tous les uns sur les autres tout en se marrant et en se checkant les mains. Je crois qu’en France il y aurait forcément quelqu’un qui aurait râlé.

Là bas tout était léger, les gens étaient parfois loufoques et c’est ce qui a vraiment rendu ce festival spécial pour moi. Parlons maintenant de la programmation divine à laquelle j’ai eu le droit. Robbie Williams, Florence and the machine, Jungle, Kasabian, Major Lazer, Selah Sue, Kings of Leon, C2C, The Script et j’en passe. Avec pas moins de 50 scènes et 500 artistes, il y en avait pour tous les goûts. Jazz, électro, classique, rock etc.

Autre richesse de ce festival, la musique n’était pas le seul art présent. Le théâtre, le cirque, la danse, ou encore le design, étaient omniprésents. Il y avait également énormément d’animations en tout genre organisées par les différents partenaires du festival. L’immensité du site permet à ce festival d’avoir une dimension vraiment unique. Un autre petit rendez-vous bien sympathique était celui qui se déroulait tous les jours à 19h autour de la Main Stage. Flag party, confetti party, balloon party, Color party, bubble etc. Cette initiative fabuleuse permet une fois de plus de partager un très agréable moment avec des inconnus dans la joie et la bonne humeur.

Autre point qu’il est impératif d’aborder les Paulette :les prix ! 269 € pour le passe 7 jours camping et concerts. De plus une centaine de stands de nourritures très variées étaient présents. Il y en avait pour tous les goûts. Pizzas, salades, saucisses, grillades, vegans , végétariens ou bien kebab. Personnellement j’ai vraiment adoré les pitas hongroises. Le pain utilisé est différent de celui des pitas traditionnelles. Il est moelleux et aux herbes. Les prix des consommations étaient également vraiment très intéressants. Environ 1,10 € la bouteille d’eau et 2,20€ la pinte de bière. On est bien loin des prix exorbitants que l’on trouve en France.

Pour la petite anecdote, En 2014 ce n’est pas moins de 550 000 litres de bières qui ont été consommé sur le festival. Je ne vous parle pas des cocktails qui eux étaient préparés dans de jolis sceaux colorés. Autre point vraiment important, c’est l’engagement et la solidarité dont a fait preuve le festival durant cette semaine. La présence des deux meneuses emblématiques des Pussy Riot, Nadia et Masha, connues, pour leurs activités militantes féministes et punk, opposantes à Vladimir Poutine ou encore la mobilisation pour aider les migrants grâce aux dons de tentes des campeurs en sont de belles preuves.
Vous l’aurez compris, le Sziget Festival a été pour moi une magnifique expérience. Je vous conseille donc vivement de vous y rendre l’année prochaine afin tester au moins une fois dans votre vie l’ambiance de ce Woodstock Européen.

Article écrit par Paule Thomas Bayard

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *