REPORT : LE FESTIVAL BILBAO BBK LIVE

Du 9 au 11 juillet 2015 s’est déroulé le plus grand festival d’Espagne, le Bilbao BBK Live. Pour l’occasion, la capitale de la région Biscaye a accueilli 141 000 festivaliers. Un succès qui s’explique notamment par la programmation de nombreuses têtes d’affiche à savoir Muse, Mumford and sons, Azealia Banks, Alt-J, Ben Harper ou encore James Bay…

 
 
Et il faut dire qu’effectivement, ces monstres sacrés de la musique nous ont bien scotchés, à commencer par Muse. Avec 20 ans de carrière derrière eux, Matthew Bellamy et son groupe assurent le show, évidemment. Faisceaux lumineux qui balaient la foule, vidéoclips qui défilent sur les écrans géants, confetti géants et ballons qui tombent du ciel, le public est conquis -nous les premiers- et on en prend plein les yeux -et les oreilles, surtout-. Car oui, on a beau ne pas forcément adhérer au rock alternatif de Muse, forcé de reconnaître que les quadras fringants envoient du lourd !
Nos autres coups de coeur :
Delorean : Retour vers le futur avec ces quatre jeunes Basques qui nous ont fait danser et transpirer avec leur electro pop onirique et leur tube « Real love ».
 
Capital Cities : Le duo originaire de Los Angeles a emmené la foule du BBK Live avec lui. Avec leur look eighties assumé et leur son poussé au paroxysme du rétro, les garçons ont fait vibrer les festivaliers sur « Safe and sound » et « Kangaroo Court » avant de demander au public d’enlever un de leurs vêtements et de le faire tourner au dessus de leur tête. Patrick Sébastien’s style, les free boobs en plus.
 
La petite déception :
Alt-J : A force d’écouter en boucle « Hunger of the pine » et « Tessellate » et de considérer Alt-J comme un de nos groupes préférés, on attendait beaucoup du jeune trio londonien. La faute à l’horaire de programmation (un peu tard) ou au manque d’entrain de la foule, une chose est sûre, ils ont eu beau avoir fait un sans faute et être très pros (trop ?), la sauce n’a pas prise. Heureusement, en finissant le concert par « Breezeblocks », ils ont sauvé les meubles !
 

Alt J

La foule dansant sur Capital Cities


Capital Cities

BRMC


Azealia Banks – MusicSnapper


James Bay

Mumford and sons

The Tings Tings

> Le point festoche

 
Complètement novice en matière de festival espagnol, à peine arrivée à Bilbao, impossible de ne pas souligner les différences avec nos festivals français qui devraient en prendre de la graine.

Ici, tout est parfaitement organisé : des dizaines de policiers sont là pour veiller au bon déroulement du festival et à la rotation des navettes qui assurent le trajet du centre ville de Bilbao au site du festival (en résumé : on n’attend pas une éternité pour rentrer, personne ne gruge, aucun débordement à signaler et les festivaliers sont disciplinés).
Côté boisson, les petits plats ont été mis dans les grands, on compte des buvettes à perte de vue. Résultat, 5 minutes d’attente max pour une bière et si vous avez soif alors que vous êtes dans la foule, pas de souci, nul besoin de sortir de la marée humaine et risquer de perdre vos amis puisqu’une personne qui porte un fût sur son dos vient directement à vous pour vous resservir ! Et pareil côté toilettes (ça va de paire) on en comptabilise énormément sur le site donc vous ne faites pas la queue pendant de longues minutes en serrant les cuisses.
Ces éléments peuvent paraître anodins, mais on sait tous qu’en festival, ne pas perdre son temps à commander des verres et faire la queue pour se soulager est un sacré luxe. Et Bilbao l’a bien compris !
 
Enfin, en cas de pluie (le site est situé en haut des montagnes, le vent souffle et il est conseillé de bien se couvrir), les marques sponsors distribuent gratuitement des ponchos pour couvrir les festivaliers.
Ramener un k-way Pringles dans ses valises > niquer son perfecto Iro en cuir.
 

> Que faire à Bilbao ?
 
Si l’an prochain vous décidez de migrer dans le pays Biscaye, comme les concerts ne débutent qu’à 17h, voici un petit guide afin d’occuper vos journées !
 
Visiter le musée Guggenheim :
Inauguré en 1997 et imaginé par Frank Gehry, le musée d’art moderne de Bilbao compte aujourd’hui plus d’un million de touristes par an. La raison d’un tel succès ? Les nombreuses sculptures géantes que l’on peut admirer à l’extérieur (Le chien fleuri Puppy de Jeff Koons, L’araignée de Louise Bourgeois ou encore Le Pont rouge dessiné par Buren) et les collections permanentes et expositions temporaires à couper le souffle comme celles de Jean-Michel Basquiat et Jeff Koons présentées en ce moment et qui ont respectivement lieu jusqu’en novembre et septembre 2015, .
 
Se balader dans le vieux Bilbao et manger des Pintxos :  
Le Casco Viejo, avec ses petites ruelles étroites, ses pavés et ses fanions aux couleurs du pays basque, est le lieu idéal pour céder à la tentation des « pintxos ». Ces amuse-gueules se dégustent en extérieur, en terrasses de bars ou carrément sur les bancs des places publiques, entre amis ou en famille. Les lieux incontournables pour découvrir la tradition des pintxos : la Plaza Nueva, la Calle del Perro ou encore Somera.
Les pintxos les plus typiques sont élaborés à base de calamars, moules, champignons, morue, omelette et jambon ibérique. Attention, on peut vite devenir accros à ces petits sandwichs et devenir des “txikiteros”, soit des personnes qui vont de bar en bar pour prendre de petits verres de vin rouge et déguster des croquetas et autres tartines de jamón ! A bon entendeur…
 
Apprécier l’architecture :
Lors de votre séjour, entre deux pintxos, un détour obligatoire par l’Alhondiga s’impose. Il s’agit du centre culturel et sportifde proximité créé par Philippe Starck à l’intérieur d’un monument de 1909 imaginé par l’arhitecte Ricardo Batisda. Là, Starck a construit des nouveaux espaces : 43 colonnes supportent les charges d’un site comprenant un cinéma, une cinémathèque, une médiathèque, une salle de danse, un Théâtre, un auditorium et…. le clou du spectacle, une piscine au fond transparent où l’on peut voir nager les baigneurs !
A voir également : la Bibliothèque de Deusto, la Place Euskadi ou encore la Tour Iberdrola, de récents projets insérés ou dans le tissu urbain ancien ou dans le nouveau Bilbao.

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *