REPORT : LA VEILLÉE FOODSTOCK


Photos de Virgile Guinard

Une soirée qui commence par un sunset & un shoot de Jameson est forcément de bonne augure.

 
Jeudi dernier, Paulette avait rendez-vous au NÜBA, pour la 7ème veillée Foodstock. 600 personnes étaient attendus sur l’un des plus beau toit de Paris pour une soirée pleine de promesses gustatives et sonores.


 
Six chefs étaient là, tous de nationalités différentes, pour donner un petit aperçu de ce qui se passe dans leurs restau de la capitale. Les heureux et chanceux détenteurs des tickets étaient inviter à aller de stand en stand pour déguster les bouchées. En faisant, bien entendu, des petites pauses aux différents bars à dispo.
 
Sven Chartier, déjà proprio de Saturne, également à la tête du tout frais Clown Bar, Wayfarer sur le nez, sourire aux lèvres et siphon remplit de yaourt de brebis à la main nous donnait un petit aperçu des assiettes à partager servis dans son nouveau spot près du cirque d’hiver.


 
Juste en face, l’australien Sebbie Kenyon avait réunit ses potes de l’industrie, Shay Ola le créateur de The Rebel Dining Society et le bartender Charlie Brock, pour proposer ce que le tout paris vient manger Rue du Nil, au Frenchie To Go : THE Pulled Pork Sandwich. De l’épaule de cochon fumée, marinée, servit dans un bun avec du coleslaw et une sauce barbecue. Un aperçu survolté de la Frenchie family.
 
Côté musique, quatre groupes étaient prévus plus un guest surprise. Le fooding l’avait annoncé sur les réseaux sociaux la veille. Après une bonne mise en bouche mustang-ienne, c’est finalement Talisco qui crée la surprise et entame son tube Home. Fini le chill ! la pelouse est debout. Enfin.


 
Pendant ce temps là, Salavatore Rotiroti faisait son show, dans un nuage de farine, comme il le fait tous les jours dans sa  petite pizzeria du 18è, Il Brigante. Associant ses focaccias, pétries et cuites à la minute, aux délicieux miels Rigoni di Asiago pour des accords sucrés-salés.
 
Puis, vient la petite parenthèse poétique de Florent Marchet seul au piano, un chouilla tristoune voir complètement mélancolique. Heureusement Nicolas Ullmann, le monsieur loyal de la soirée est là en poom poom short…et surtout Kadebostany débarque avec sa fanfare et enchaine un live ultra punchy.


 
Les braseros sont bel et bien bien allumés et l’ambiance se transforme. C’est définitivement le début de l’été, tee-shirt et cocktails frais pour tous.
 
A l’intérieur du Nüba, le chef Christian Nguyen, dans sa cuisine ouverte, épurée et futuriste s’activait devant sa planche à snacker. Confit de joue de boeuf croustillant, salade de papaye et mangue verte. Délice.


 
De l’autre côté de la terrasse, l’équipe du Mary Céleste était venue en nombre. Débarqué de Vancouver, le chef Haan Palcu-Chang et son second à moustache avait préparé une salade ultra relevée: Chou-fleur rôti, vinaigrette de nunc man, citron vert, chili et noisettes grillées. Côté liquide, Carlos Madriz, bartender dans ce même paradis céleste avait crée pour Jameson, un double shot intitulé WILD et c’est peu dire. Un shot de whisky accompagné un shot d’Amaro, citron jaune, menthe et sel fumé. Hop ! Un dernier pour la route et la veillée Foodstock s’achève déjà  sur un riff de Yarol Poupaut, le guitariste de FFF.



> Article de Lucile Arnaud x Deuxième Service
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *