RENCONTRE : TWIN SISTER

 
Forts du soutien de médias anglo-saxons influents comme Pitchfork ou Stereogum et après deux EP (Vampires With Dreaming Kids et Color Your Life) parus en 2010, le quintet de Long Island (NYC), formé en 2008, publie son premier album In Heaven chez Domino Records.
 
Leur son très personnel à la fois attrayant et effrayant, est une sorte de pop hypnotique à la Fleetwood Mac avec un côté visuel bizarre semblable à l’univers de David Lynch. La musique chillwave, indie pop de Twin Sister s’impose grâce au charme enjôleur de la voix mélancolique et lascive de la jolie poupée Andrea  et du mélange harmonieux des mélodies avec des sonorités électro pop un peu vintage.
 
Paulette : Pourquoi ce nom de scène ? Il a été dit que vous mentiez beaucoup à ce propos en interview.
Andrea Estella : Parce que l’histoire est très ennuyeuse. Je peins beaucoup de sœurs jumelles. Je ne sais pas pourquoi. Je crois que c’est Eric, le guitariste, qui a vu une de mes peintures sur une couverture et qui a proposé de nous appeler Twin Sister.
 
 
Te considères-tu comme une artiste? Est-ce que tu arrives à vivre de ta musique ?
C’est un peu le bazar en fait. Je fais de la musique depuis 9 ans et aussi des arts plastiques. Je suis un peu sculptrice, peintre, directrice artistique. Peut-être que je ferai  ça plus tard. Genre, hors Twin Sister, diriger d’autres artistes dans leurs clips, ça me tente bien. Je ne le ferai pas maintenant, parce que là en ce moment, ce qui se passe pour Twin Sister est vraiment dingue ! Après,  je ne vis pas vraiment de ma musique. En fait, on doit donner encore plus de nous-même quand on fait de la musique, plus que dans un autre job, soit-disant régulier. Ça fait 2 ans que j’ai quitté mon boulot et je ne suis pas sûre de gagner autant qu’une pop star un jour !
 
Parle-moi de la scène musicale de Brooklyn. As-tu des groupes à conseiller ?
Je vis à Long Island mais passe très souvent à Brooklyn. C’est différent de quand j’étais plus jeune. J’ai l’impression que tout est plus intense, c’est devenu très populaire. Je pense aussi que je vieillis et du coup je m’aperçois que les jeunes groupes beaucoup plus jeunes que moi sont tellement excités d’être là ! C’est très salvateur pour moi, de voir des musiciens si contents d’être là ! Je conseille aux lectrices de Paulette d’écouter Oberhofer et John K., il vient de Philadelphie mais vit à Brooklyn depuis peu.
 
Tu as déclaré qu’Ariel Pink (de Haunted Graffiti) t’inspirait beaucoup parce que “Quand ça sent le mauvais enregistrement, un peu crasseu", tu aimes bien.  L’as-tu déjà rencontré?
Oui. Mais je suis plutôt amie avec Tim, son bassiste. Ce sont vraiment des mecs biens. C’est vrai qu’après avoir enregistré dans un vrai studio, le son de ma chambre m’a manqué quand j’ai réécouté les pistes au début.
 
Te souviens-tu du premier concert auquel tu as assisté ?
Oui, je devais avoir 9 ans. Mon père m’avait fait une immense surprise. Il ne m’avait pas dit où il m’emmenait. Et on est allé voir un girl band américain, trop cool, qui passait à la télévision à l’époque et dont j’étais éperdument fan.  C’était magique.
 

 

 
Tu es assez excentrique en matière capillaire. Quelle est la chose la plus bizarre que tu aies faite avec tes cheveux ?
Mais qu’est-ce que les cheveux, après tout ? J’ai tenté différentes couleurs. Je suis revenue au blond. Ce soir, je fais dans le soft, avec une tresse couronne. Mais j’ai particulièrement aimé quand j’ai eu des extensions. Mes cheveux étaient tellement longs, je pouvais m’amuser avec… Et en plus, je les avais teints en vert. C’était ma coiffure préférée.
 
Quels sont tes projets ?
Continuer Twin Sister, peindre, sculpter un peu, ouvrir une galerie d’art, me lancer dans la direction artistique, cuisiner, faire encore plus de musique. Je souhaiterais faire tout ce que je veux réaliser, dès maintenant et pour le restant de mes jours.
 
10 chansons que tu écoutes en ce moment…
 
Une dédicace Paulette ?
Merci d’être venue Paulette !
 
TWIN SISTER :: IN HEAVEN                                         
Domino Records
 
 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *