RENCONTRE : BIRDY HUNT

 
Le groupe Birdy Hunt s’est récemment produit en showcase au Citadium, l’occasion pour Paulette de les rencontrer avant leur passage à Rock en Seine.


Tom, bassiste, Manu, pianiste, Marius, batteur, Marc, chanteur et Luc et Nico, guitaristes, forment le sextet Birdy Hunt. Look soigné et cheveux hirsutes, les garçons  sortent un deuxième EP dont la brume de testostérone qui s’en dégage ne risque pas de laisser les Paulette indifférentes.
 
Paulette : Où et quand vous êtes vous rencontrés ? 
Tom : Marius, Nico, Luc et moi nous sommes rencontrés en janvier 2007, lors d’une soirée assez arrosée…puis on a eu envie de faire de la musique et on a croisé les chemins de Marc et Manu.  
 
Ce n’est pas trop dur de garder une cohésion dans un groupe quand on est 6 ? 
Marc : Si, c’est tout le temps la bagarre !
Marius : Ce n’est pas évident mais c’est très constructif, on essaie de gérer tout ça. 
Tom : Il y a de supers avantages à être plusieurs, en répétition par exemple on s’éclate ! 
 
Quelles sont vos inspirations justement ?
Luc : On aime tellement tous des styles différents qu’on ne peut vraiment pas citer de noms spécifiques…
Manu : Si, on peut dire que pour notre second EP notre inspiration commune a clairement été la Bretagne ! En début d’année on a fait un séjour tous ensemble là bas afin d’écrire nos nouveaux morceaux. D’ailleurs on a beaucoup hésité à appeler notre deuxième EP Bretonne mais ça avait déjà été pris par Nolwenn Leroy…
 
Est-ce qu’il y aurait un rapport entre l’air vivifiant de la Bretagne et la couverture de l’EP, où l’un de vous apparaît complètement nu ? 
Tom : Oui ! Après quelques semaines passées là bas on a commencé à faire du grand n’importe quoi et à prendre pleins de photos… dont une de Manu nu, et on s’est dit que ce serait pas mal comme pochette d’EP ! 



Comment définiriez-vous votre musique ? 

Tom : Atypique, percutante, dynamique.
Marc : C’est vraiment difficile de définir un style précis mais disons que la plupart du temps on nous classe dans la catégorie Indie-rock.
Manu : Même si en baissant notre musique de 10  bpm on serait plutôt dans de l’alternatif…
 
Qui compose dans le groupe ? 
Tom : On compose tous, on forme une sorte de jazz band (Rires). 
Manu : On fait une architecture, une fois qu’on a la basse, et ensuite on bosse avec des compographes, c’est hyper utiles les compographes…
 
Vous avez pris la décision de chanter en anglais, pourquoi ?
Marc : La Bossa nova en allemand ce n’est pas forcément top.
Luc : Disons que, d’un point de vue esthétique, c’est plus naturel. 
 
Vous allez prochainement jouer à Rock en Seine, quel effet ça fait de jouer auprès des plus grands ? 
Manu : Putain fait chier, je devais justement partir en vacances (rires) !
Tom : C’est juste génial de savoir qu’on va jouer au même Festival que des groupes qui nous ont influencés et qu’on va partager de supers moments avec eux.
Marius : Il y a un peu de pression mais on verra ça le moment venu…
 
Puisque vous êtes là dans le cadre d’un partenariat avec Converse, si vous deviez customiser vos chaussures vous dessineriez quoi ? 
Nico : Rien du tout, je les aime bien quand elles sont encore toutes neuves, encore immaculées…
Manu : Je ferais dessiner le logo Ricard sur le côté et je mettrais une Converse jaune au pied droit et une bleue au pied gauche.
 
Une dédicace à Paulette ?
En choeur : Les filles, venez plus nombreuses à nos concerts, vous êtes l’inspiration de nos chansons !
 
BIRDY HUNT :: BIRDY HUNT PT.II
(EP)
 
Soundclound

Concerts
16/09 : L’International, Paris 
30/09 : Le Rack’am, Brétigny sur Orge 
01/10 : La Clef,  Saint-Germain-En-Laye 

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW