RENCONTRE AVEC MOHINI GEISWEILLER

 

Paulette a rencontré la troublante Mohini Geisweiller sur le toit du Palais de Tokyo à l’occasion de la sortie de son album, Event Horizon.

Gracile, on la devine très fragile. D’emblée, elle nous avait touchés l’été dernier avec son premier EP, Milk Teeth, ultra-prometteur (lire l’article). Sa voix aérienne, suspendue, nous avait en effet littéralement retournés et les surprises que ce premier opus détenait, à savoir les remixes de Poni Hoax et de Koudlam, nous avaient rendus complètement accro !
Le clip de Milk Teeth, réalisé par Danakil, posait les bases de son univers (regarder le clip) : un monde a priori lisse, solaire, mais à la fois inquiétant, suffocant, quasi apocalyptique. Une ambiance de fin du monde, pré-2012 voire "post" (Paris 2013). Il faut dire que la jeune femme a un certain background : élevée dans une secte en pleine cambrousse dont les membres s’exerçaient à la télékinésie, elle passait la moitié de son temps "à chanter une espèce de litanie hypnotique et à répéter des mantras en buvant de la citronnade". Avec son frère, elle s’enregistrait à l’aide d’un mini Casio blanc à piles dans le grenier et reprenaient les classiques de Simon and Garkunkel et de Leonard Cohen.

Puis, en 2004, elle monte avec deux amis le groupe Sex In Dallas qui connaît un succès non négligeable avec leur album, Around The War (on se souvient notamment des morceaux Everybody Deserves To Be Fucked ou Five O’Clock). Partie vivre à Londres puis Berlin avec le groupe, Mohini se perd et dérape sérieusement : "On sortait toutes les nuits, je me réveillais trois jours après les concerts, dans la rue, persuadée que le concert n’avait pas encore eu lieu, ou aux urgences. A la fin l’ambiance est devenue atroce et j’ai pris la fuite."

Il lui aura fallu presque trois ans pour s’en remettre et nous livrer son projet solo, ce nouvel album Event Horizon, composé dans un no man’s land : "J’étais sur une île sans arbres, je mangeais du jambon en boîte et je buvais des litres de café lyophilisé, je partais marcher entre chien et loup, quand les phares se mettent à tourner et que l’île ressemble à une base lunaire".
 
Alors quand elle nous a invités à la retrouver sur le toit du Palais de Tokyo pour écouter ce chef d’oeuvre, on a foncé : et nous n’avons pas été déçus, bien entendu.

Rencontre avec Mohini Geisweiller – Palais de Tokyo
MOHINI GEISWEILLER :: EVENT HORIZON
Columbia/Sony Music

Sortie digitale : 7 février 2011
Sortie physique : 28 mars 2011

Myspace


Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *