RENCONTRE AVEC JONONE

 Solutions 2084 106 x 107 Acrylic/Mixed/Canvas  

Paulette est allée rendre visite au street artist JonOne dans son atelier des Lilas. Rencontre avec un ange du graff.
 
John Andrew Perello alias JonOne est né en 1963 à New York. Il commence le graffiti dans les années 70 en écrivant son nom dans la ville et sur les rames de métro. "Ce qui m’a vraiment amené au tag a été de voir les autres peindre des graffitis dans toute la ville. L’école à laquelle j’allais était très stricte. Et tellement ennuyeuse ! Je me souviens qu’à l’époque, ceux de la rue avaient la liberté. "Je ne voulais pas de ce que l’Amérique me proposait : un travail, un joli costume et une jolie maison", raconte-t-il.
C’est à cette époque qu’il rencontre A-One qui avait l’habitude de traîner avec Jean-Michel Basquiat. "A-one était le lien entre la rue et le monde de l’art. Il voyageait en Europe et revenait avec beaucoup d’argent, simplement grâce à son art. J’écoutais ses récits de voyage et mes yeux brillaient d’envie", poursuit-il.

"Le futur est dans la toile" 

À la fin des années 80, JonOne passe sur toile en s’entêtant à reproduire l’élément fondateur de son style : la vision d’une rame de métro graffée engendrant des traînées de couleurs avec la vitesse. Ce qui distingue JonOne des autres artistes graffiti est précisément son attention apportée à l’agitation et au mouvement de la couleur plutôt qu’à la figuration. 
 
Ses maîtres ? Miró, Kandinsky, Matisse, et les expressionnistes abstraits américains Pollock, de Kooning, Joan Mitchell et Robert Motherwell. D’ailleurs, JonOne se décrit lui-même comme un "peintre graffiti expressionniste abstrait".
Ses œuvres récentes, colorées et d’un style épuré, expriment une vision optimiste par rapport au monde ironique qui nous entoure. Dans une série parallèle, il dévoile un égocentrisme de second degré en graffant son nom (JonOneRock) à l’infini.
 
Et lorsque nous sommes passés le voir dans son atelier des Lilas, il venait de recevoir des tapis siglés JonOne. Il nous a confié vouloir arrêter la peinture pour se consacrer à la sculpture et à la création de toys de luxe.

Provoc’ ? Attendez de voir la grande expo sur 1000 m2 qu’il nous prépare pour 2016…

 
Dans l’atelier de JonOne

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW