RENCONTRE AVEC EXOTICA

Photos, Fanny Latour-Lambert pour Paulette

A l’occasion de la sortie de la 11e compilation Kitsuné Maison, Paulette est allée à la rencontre du duo parisien Exotica, composé de Clara et de Julien. Rencontre avec un couple désorbité du XVIe.

C’est la deuxième fois que l’on retrouve Clara et Julien sur une compilation de la très branchée marque de vêtements à l’insigne du renard. Fins limiers, Gildas Loaec et Masaya Kuroki, les créateurs de Kistuné, ont décidé de sortir aujourd’hui leur 11e compilation, The Indie-Dance Issue avec comme d’hab des petits nouveaux (Alexandre Dexter Jones, Polarsets, Creep, Nightbox…) et les copains d’avant comme Housse de Racket, le trio Is Tropical…

Pour Clara et Julien, il s’agit également d’une récidive car ils avaient déjà présenté sur l’album Kitsuné Parisien le titre Désorbitée, sorte d’hymne spatial et sensuel chanté en français. Sur cette nouvelle compil’, ils proposent un titre étonnant, Conte d’été, un duo chanté en anglais et en français et remixé dans une version afrofunk. En attendant la sortie de leur EP pour septembre et de l’album – Julien, membre de Chateau Marmont, a du pain sur la planche – ces deux-là on accepté de répondre à nos questions.
 


Paulette : Quand avez-vous commencé à faire la musique ensemble ?

Julien : Y a longtemps, ça fait 4 ans. On s’était déjà croisé, on avait essayé de faire des trucs ensemble mais ça n’avait pas marché. Et puis j’ai fait la batterie sur Koko Von Napoo (l’ex-formation de Clara) et on a commencé à travailler ensemble, comme ça.

C’est marrant comme nom Exotica, pour un duo très parisien…
Clara : Au départ on s’appelait Serpentine et puis on s’est rendu compte sur I-tunes qu’il y avait déjà un groupe qui s’appelait Serpentine. Un groupe suisse-allemand gothique, horrible, et donc on s’est dit qu’il fallait changer rapidement. J’étais en train de lire une bio de Depeche Mode qui parlait de la tournée de 1994, Exotic Tour, où c’était la première fois qu’ils allaient dans des territoires inconnus, donc voilà, on a repris le concept.

Quelles sont vos intentions musicales, vos influences ?
Clara : Il y a deux côtés d’Exotica, selon que je chante en anglais ou en français, ce n’est pas tout à fait le même univers. On aimerait faire une pop française de qualité, avec une production hyper soignée.
Julien : Quelque chose dans la lignée de Daho, de Chamfort, d’Elli & Jacno, de Lio… Mais quelque chose de moderne.
Clara : C’est très difficile aujourd’hui de trouver des groupes français pop de qualité, ce qui passe en radio est hyper pauvre. On aimerait bien proposer autre chose, pour que les gens qui écoutent la même musique que nous et de l’electro se reconnaissent.

Retrouve-t-on dans les textes une certaine naïveté propre aux duos des années 80 comme Elli & Jacno par exemple ?
Clara : On ne peut pas parler de naïveté non, car je ne parle pas des détails concrets du quotidien, je m’adresse plutôt à l’imaginaire. Je n’ai pas envie de mimer le quotidien comme Bénabar, c’est déjà assez chiant comme ça, je préfère faire rêver.

Sur Désorbitée, le texte était assez sexuel non ?
Clara : Haha, tout le monde me dit ça ! Même si j’adore les textes sensuels à la Tellier, sur Désorbitée, c’était plus quelque chose sur le vague à l’âme qu’un double-sens sexuel.
Julien : Oui la métaphore était plutôt spatiale, en fait, sur le voyage de l’âme. Après l’interprétation est assez sensuelle, c’est vrai.

Question d’une fan, Pauline, qui vous demande si Désorbitée n’a pas été inspiré par un vieux titre, Dance with me de Lords of the New Church.

Clara : Je connais ce morceau, d’ailleurs je l’écoutais avant de venir, mais ça n’est pas du tout inspiré de ça. Pauline a sûrement vu une ressemblance dans l’utilisation de la basse slappée, que l’on retrouve sur Désorbitée. C’est assez rare la basse slappée aujourd’hui, c’est pour ça…
Julien : A l’origine c’était plus un clin d’oeil à Haine pour aime de Jane Birkin, on voulait plus faire un truc dans ce genre là.

Sur Conte d’été, vous chantez en duo, Clara en anglais et Julien en français…
Clara : Oui c’est sûr que l’on a pas forcément envie de tout le temps chanter en français, l’anglais est une langue incontournable aujourd’hui. Avec l’album, on vise un public international.

Que trouvera t-on sur l’EP en septembre ?
Clara : On retrouvera les deux morceaux Kitsuné avec un autre morceau en anglais dans l’esprit disco gothique, plus sombre. Et la version originale de Conte d’été qui sera notre single, avec la même basse que sur Désorbitée.
Pour l’album, on a quatre morceaux en cours avec des morceaux en français et des prods plus à la Talking Heads, en anglais.

Pour terminer un petit conseil mode à Paulette ?
Julien : Evitez les pantacourts !
Clara : Oui, les pantacourts ne seront jamais cool.

Un conseil beauté ?
Julien : Pas de maquillage permanent sur les sourcils s’il vous plaît.
 

KITSUNE :: COMPILATION MAISON 11

Sortie le 16 mai 2011

Acheter

Soirée Kitsuné le 30 juin – Social club, Paris 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW