POURQUOI J’AI FAIT UNE PHLÉBITE ?

  Il y a trois mois, il m’est arrivé une belle tuile. J’ai fait une phlébite ! Vous savez, c’est ce caillot de sang qui s’accroche à une veine. Ce même caillot qui peut-être très dangereux si on ne le soigne pas et qui finit par remonter dans les poumons… Et PAN, embolie pulmonaire! 

Donc, le 7 mai 2013, je me lève d’un dîner chez des amis et là, j’ai très, très, mal au mollet, je n’arrive presque plus à descendre les escaliers ni même à marcher. Je vais donc me coucher. (logique).

 
Le lendemain, la douleur est insoutenable. Le 8 mai, je décide donc d’aller voir un médecin de garde (jour férié, toussa toussa). Il ne pense pas du tout à la phlébite car je n’ai ni le mollet chaud, ni dur, ni violet, ce qui sont généralement les signes pour ce genre de problème.
 
Le lendemain, je vais tout de même faire une radio des veines : un écho-doppler. Et là, le verdict tombe. « Je suis désolé, mais vous avez une phlébite Madame et il ne faut absolument pas que vous bougiez. Est-ce que quelqu’un peux venir vous chercher ? C’est relativement grave…  » . Euuuuh heureusement que mon copain était dans la salle d’attente !
 
 
>Quand les bas de contention s’invitent dans votre quotidien
 
Je vous épargne mes crises de larmes lorsque le médecin m’annonce que je vais devoir porter des bas de contention pendant 6 mois. Adieu l’été, la plage, le maillot de bain, les sandales et autres petites robes courtes.
 
Je vous épargne également les crises de larmes (encore et encore) lorsque je dois enfiler ces bas beaucoup trop serrés qui font si mal aux jambes et qui me donnent un style difficile à assumer. Surtout que je suis blogueuse mode et que je dois renoncer aux petits posts présentant mes tenues estivales… 
 
Le traitement est lourd et surtout, très contraignant. Une piqûre d’anticoagulant tous les jours, une prise de sang toutes les 48h pour voir si le traitement fait effet et un comprimé anticoagulant tous les jours.
 
Quelques semaines se passent puis, un matin, j’ai un peu de mal à respirer et surtout les douleurs inter-costales sont très rapprochées. J’appelle innocemment mon médecin qui me donne l’ordre d’appeler les pompiers SUR LE CHAMP. Il pense à l’embolie.
 
Après avoir passé une journée entière à l’hôpital à attendre, attendre et attendre encore, je reçois enfin le résultat de mon scanner injecté. Ouf, je n’ai rien. C’est tout simplement dû au stress. Il faut dire que, quand tu as une phlébite, tu croises tout un tas de personne avec des propos tels que « Oh mais une phlébite à 25 ans, c’est très rare! », « Oula, une phlébite, faites attention à vous, c’est grave », « Il ne faut surtout pas marcher et rester allongée », « Moi, on m’a dit qu’il fallait bouger pour faire circuler le sang » etc. MAIS CHUT !
 
 
>La faute à la pilule ?
 
Mais du coup, vous savez pourquoi j’ai fait une phlébite ? En général, ça arrive aux gens qui restent immobiles plusieurs heures : un trajet en avion, une jambe dans le plâtre, un long trajet en voiture, un gène héréditaire dans la famille… Ce qui n’est pas du tout mon cas.
 
A l’heure où je vous parle, je ne suis pas encore certaine de ce que j’avance car je ne pourrais faire le test que le 30 octobre 2013, mais c’est vraisemblablement à cause de ma douce et jolie pilule contraceptive, vous savez ce beau comprimé de 3ème génération, que j’ai fait ma phlébite. Et oui, je fais partie des filles qui ont pris une pilule 3ème génération pendant plus de deux ans.
 
Je vous confirmerai tout ça mais en attendant, les filles, faites HYPER attention à votre pilule, nous avalons une cochonnerie tous les jours et ce n’est pas sans conséquence pour notre santé…
 
Aujourd’hui, je vis donc sans pilule contraceptive depuis 3 mois car c’est interdit pendant le traitement. Je ne sais même pas si je pourrais la reprendre un jour mais, à vrai dire, je ne m’en porte pas plus mal.
 
Depuis cette histoire, j’ai un sentiment de jambes très lourdes même avec les bas de contention. Les grosses chaleurs de ces derniers mois n’ont pas arrangé la chose et je dois dire que je vis constamment dans la peur, avec cette petite boule au ventre qui va avec.
 
Alors certes, je ne suis pas la seule fille en France à avoir fait une phlébite à cause de la pilule mais si mon témoignage peut vous rendre service, vous ouvrir les yeux, vous faire prendre conscience ou tout simplement vous faire prendre rendez-vous chez votre gynécologue, mes jambes lourdes et moi serions très contentes !
 
>Retrouvez Charlène sur son blog http://www.charlenesurlenet.blogspot.fr

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *