PORTFOLIO : JEAN ANDRÉ, LE TALENT BRUT



Rencontre avec Jean André, graphiste de 27 ans qui multiplie les collab’ entre musique et broderie.

 
Paulette : Jean André, qui es-tu ?
Je m’appelle Jean, j’ai 27 ans je suis aveyronnais de Rodez et ça fait huit ans que je fais du graphisme et de l’illustration. J’ai aussi fondé avec ma copine Agathe une marque de broderie Cheeky Booom.

Comment définirais-tu ta patte ?

Je n’ai jamais cherché à avoir un vrai style à moi. Les gens ne m’appellent pas pour avoir du Jean André. Je dessine depuis toujours, je peins. J’essaye d’emmagasiner le plus de choses possibles pour répondre aux commandes. Par exemple, quand on me demande de faire une affiche destinée aux enfants, je dois savoir faire un style enfantin. En règle générale, je travaille au noir à l’encre de chine et au pinceau. Je ne travaille pas sur ordinateur.


Si je te dis que tes dessins sont un brin provoc’, tu me répliques…
C’est peut-être parce que j’ai un style libre. En général, je ne passe pas beaucoup de temps sur mes illustrations, si je passe une heure dessus c’est mon grand maximum. Plus vite c’est sorti, plus vite je suis content, plus vite c’est livré. J’aime l’efficacité de la première idée, alors oui, c’est peut-être parce que j’aime les choses un peu brutes que mon style peut paraître provoc’.
 
"J’AI TATOUÉ LE SACRÉ-COEUR SUR PEDRO WINTER !"
 
Tu collabores avec des groupes comme The Shoes, des labels (Ed Banger), des magazines pointus (WAD, Ofive) des marques de sportswear (Nike)… Comment choisis-tu tes collab’ ?
Je ne sors pas, je ne vais pas en boîte, je ne vais pas en soirée. Les gens avec qui je bosse sont des potes ou bien des personnes pour qui j’ai un bon feeling. C’est quelque chose de très familial. Avec Ed Banger par exemple, on a commencé à faire une collab’ de tee-shirts brodés pour les 10 ans du label. J’avais rencontré Pedro Winter chez Because music et on a tout de suite accroché. Il a bien aimé mes dessins, ça a été un vrai coup de foudre. Je lui ai même tatoué un Sacré-Cœur sur la poitrine en hommage à son quartier, Montmartre ! J’ai besoin d’amour pour travailler.

Avec Agathe Rousselle, ta petite amie, tu as monté la marque de broderie Cheeky Booom, peux-tu nous en dire plus ?
C’était il y a plus d’un an en mai 2012. À la base, ça partait d’un besoin de faire quelque chose avec elle. On est en couple, on avait besoin d’un "bébé", de travailler sur quelque chose qui nous plairait. On a appris la broderie ensemble sur Youtube, Agathe a commencé à faire des culottes pour ses copines. Comme ça marchait bien, on a créé un site internet, j’ai travaillé le logo, l’identité de la marque. Très vite, on s’est retrouvés à faire des tee-shirts pour The Shoes, Sosh, Princesse Tam-Tam, Ed Banger…

Un rêve à réaliser ?
Je suis ultra fan d’un mec, Pablo Ferro, qui fait des génériques de films. C’est un univers qui me plaît bien. J’aimerais beaucoup faire des choses plus visibles, pour toucher le plus de monde possible. Je ne suis pas dans un star-système, je ne cherche pas à être un graphiste connu, ce qui m’intéresse, c’est que les gens puissent voir mon travail.

Des projets pour cette rentrée ?
Je vais bientôt m’installer comme tatoueur dans un nouveau salon dans le 18e arrondissement, qui jouxtera une boutique de fringues. J’ai passé ma formation de tatoueur donc je vais pouvoir officiellement tatouer les gens !

 
Un conseil aux Paulette qui veulent se lancer dans le graphisme ?
Surtout ne pas regarder ce qui se fait en graphisme, éviter le milieu du graphisme, ne pas chercher à rencontrer des graphistes. Il faut se cultiver beaucoup visuellement partout, il faut être ouvert à toutes les rencontres. Il faut travailler gratuitement et se former par soi-même.
 
Retrouvez l’univers de Jean André sur son site perso, jeandetremontels.fr  et sur cheekybooom.fr
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *