PLONGE AVEC DIANE

Interview avec la photographe, réalisatrice et chanteuse Diane Sagnier alias Camp Claude. Avec Mike et Léo de Tristesse Contemporaine, le trio vient de sortir sont premier album, Swimming Lessons, chez Believe recordings. Une plongée psyché aux sonorités 90’s.

Paulette : Comment est né le projet CC ?
Diane : J’ai travaillé avec Mike Giffts sur des vidéos pour son groupe Tristesse Contemporaine. Avec Léo, également membre du groupe, ils m’ont proposé de venir les voir en studio, début 2013. On a commencé à enregistrer et ficeler des titres. Fin 2013, ça sonnait plutôt bien alors on s’est trouvé un nom de groupe, Camp Claude, sorti trois titres Trap, Hurricanes et Lost and Found. J’ai travaillé sur quelques visuels pour former un univers. On a commencé à travailler les live et assez vite, on nous a proposé des concerts, un des premiers étant à l’audition des Inrocks Lab en acoustique… Le projet a mûri doucement jusqu’à notre premier album, Swimming Lessons (sorti le 8 avril dernier, ndlr.). On a eu la chance de faire de très belles dates et premières parties. Je pense à Queens of The Stone Age, Portugal The Man, Aaron ou Rock en Seine… Ce projet nous comble de belles surprises !

Quel est votre processus de composition ?
Mike et Léo sont à la base même de la production des morceaux. Parfois, j’arrive avec un texte ou une idée, on travaille les arrangements de voix avec Mike, Léo pose les guitares et matières et le feeling fait le reste.

Comment avez-vous abordé ce premier album, Swimming Lessons ?
Ça s’est fait pas à pas, les morceaux étaient très épurés au début, mais avec toujours la patte des garçons en production. Puis on les a étoffés avec le temps, mais je suis heureuse que l’on ait gardé une vibe proche de l’énergie initiale. Un peu de 80’s, un peu de 90’s…

Quelles sont les émotions que tu souhaites véhiculer au travers de tes chansons ?
Il y a l’envie de d’évasion, l’hypnôse des rythmes bouclés, la naïveté des paroles. Il y a du brouillard mais aussi des soleils brûlants. Une énergie vibrante et aérienne à la fois.

Ton look emprunte au grunge de Nirvana avec le bagout mode d’une Grimes. Comment définis-tu ton style en termes de mode ?
Oui j’ai une nostalgie post punk 90’s énorme, mais sur des pièces simples genre jeans, t-shirt chemises et gros pulls… Le plus important c’est d’être confortable, et si le tissu est doux c’est top ! Pyjama time mais avec toujours la même vibe de gentil cowboy – pirate des airs.

Tu as beaucoup contribué à Paulette en tant que photographe. Comment la photo nourrit-elle aujourd’hui ton projet musical ?
Je m’occupe des visuels du coup j’oriente des amis qui m’aident à cadrer/shooter, parfois des autoportraits, et quand je peux je fais un maximum de matière graphique à la main. Je continue mon métier de photographe et je me balade toujours avec un appareil argentique sur moi, ça n’a pas changé. Du coup, je puise aussi dans les images que je fais, j’ai de la matière originale mais aussi des souvenirs qui me touchent.

Tu as également réalisé l’artwork de l’album et le clip de Golden Prize. Quels sont les mots-clés qui ont guidé ton inspiration ?
Lorsqu’on a choisi le titre de l’album Swimming Lessons j’étais persuadée que cette image, gardée sous la main pour l’occasion, serait parfaite. Une immersion, un calme, mixés à la tension, aux vibrations de l’eau ! Les matières à l’intérieur de la pochette sont des images souvenirs. Pour Golden Prize, j’ai voulu du , la notion du doré, le soleil ardant… L’idée du road trip en somme, les heures de route et la chaleur, sans clim’, les hallucinations au loin…

Tu as eu la chance de faire partie de la scène Jeunes Talents de Rock en Seine il y a deux ans. Comment prépares-tu ton retour sur scène, notamment le 11 mai prochain à la Maroquinerie ?
On répète beaucoup avec les garçons ! On a travaillé un nouveau live plus propre et énergique. Je joue beaucoup plus de guitare, et rarement sans disto ! C’est défoulant et revigorant à la fois. J’ai hâte !

Où peut-on te croiser à Paris ?
Dans les rues du 9e où je vis, du 10e où souvent je travaille, chassant les recoins au soleil dans les hauteurs du 18e en temps de pause.

Les meilleures piscines pour nager ?
Entre la Piscine Pailleron dans le 19e, la piscine municipale de Lançon de Provence et la mer Méditerranée mon cœur tangue…

Ton dernier like Instagram ?
Une image hyper inspirante et étrange à la fois sur le profil d’Elisa Zaccanti.

Des gens à suivre sur les réseaux ?
@Babyanimalstagram héhé !

Dédicace aux lectrices ?
Big Bisous Baveux 😉

En concert le 11 mai 2016 à la Maroquinerie puis en tournée en France

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW