PLAYLIST D’UNE PSYCHOSE

Illustration, Lucie Birant 

21 heures. Vous enfilez votre costume de zombie sur le beat frénétique de Twisted Charm en grommelant. Votre robe en forme de meringue vous donne plus l’air d’aller à un bal de promo qu’à une fête d’Halloween.

Les assauts complètement déstructurés de ce morceau incendiaire vont font rater l’étape maquillage. Vous sursautez quand le synthé imite un saxophone possédé, et renversez votre vernis à ongles rouge sang sur la dite-robe. La touche finale est assurée. Votre transformation en morte-vivante désarticulée aura été plus rapide que prévu.

Tic tac, tic tac, vous attendez vos convives avec un ennui non dissimulé… Screamin Jay Hawkins vous susurre "I put a spell on you", entre deux hurlements hystériques. Avachie sur le canapé du salon, vous vous dites qu’il n’y avait bien qu’un génie possédé comme lui pour faire de cette chanson d’amour larmoyante un hymne à la folie.

L’ambiance inquiétante de la soirée commence à s’emparer de vous quand les premiers accords de Stupid Band, du premier album des Britanniques de Neils Children, vous réveillent de votre torpeur.

On sonne à la porte. Les petits cris stridents du chanteur font joliment écho à ceux poussés par les convives masquées qui pénètrent dans votre appartement. Sur votre canapé trône alors une belle brochette de freaks. José n’est pas très rassurant dans son costume de vieux fou édenté. Quant à Jeanine, vous vous demandez quels projets macabres parcourent sa tête peinturlurée.

Les riffs salvateurs de Human Fly, des Cramps, achèvent de semer dans votre esprit des pensées sinistres. Vous soulevez l’idée d’étriper quelqu’un, histoire de donner tout son sens à votre costume. Le hasard fait bien les choses, c’est l’heure de la récolte de bonbons.

Votre stéréo entonne le psychédélique "She put the baby in the microwave", de quoi faire déguerpir les mioches venus réclamer des bonbons. Mais ils ne démordent pas, les mal-élevés ! Le groupe s’appelle The Mutilators, c’est un signe, il valait mieux ne pas insister.

Ni une ni deux, vous vous lancez dans une course poursuite, entraînée par le surexcité Lifestyle Problems des Dicks. "Et le respect des aînés, alors !" Ils courent vite, ces mouflets, et votre robe-meringue n’arrange rien.

Flip your face de Contortion, signe votre retour au bercail sur fond de guitares dézinguées. Éméchée et troublée de vous être laissée emporter par votre rôle de méchante d’un soir, vous vous dites qu’après tout, il n’est pas trop tard pour endosser votre costume d’adulte civilisée.
 

 
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *