PENDENTIF, ORIGINE FRANCE GARANTIE


Si l’on pouvait labéliser leur futur album, on collerait une étiquette tricolore sur la jaquette. Dessus, il y aurait marqué : "Ingrédients : l’amour, l’amitié, les souvenirs,  toutes les choses de la vie" suivi de "100\% pop française, peut contenir des trace de new wave, conditionné sous atmosphère protectrice à Bordeaux. À consommer maintenant."

C’est par une fin de journée ensoleillée que les membres de Pendentif se retrouvent à causer coupe de cheveux de la rentrée autour d’une bière fraîche. Cindy alias "La Jonquille" (chant) optera prochainement pour un tie & dye blond, Ariel (claviers, guitare, chœurs) va couper court, quant à Benoit (guitare, chant) et Mathieu (basse, chœurs), ils n’iront pas chez le coiffeur. Après cette mise à jour capillaire, l’interview peut commencer.

 

> Pendentif, de 2010 à nos jours
Cindy, Mathieu et Benoît sont amis depuis belle lurette. Jonathan, le batteur (absent le jour de l’entrevue) et Ariel, ont rejoint Pendentif sur le tard mais tous s’accordent sur une définition : "Pour être un groupe de musique, il faut qu’il y ait une cohésion humaine et musicale. Et même plus humaine que musicale."
Leur premier EP est sorti début 2011. Depuis, ils ont fait une trentaine de concerts et beaucoup de belles rencontres : Cracbooms, Mustang, Frànçois & The Atlas Mountains, Breton, La Grande Sophie… Le clip de Jerricane est en ligne depuis juillet dernier. Des concerts sont prévus cet hiver et une nouvelle vidéo illustrera une chanson inédite début 2013.


 

Leur premier album, qu’ils terminent d’enregistrer ce mois-ci près de Bordeaux et qui sortira au printemps 2013, marquera un virage artistique : "On a envie de faire des trucs plus groovy, plus électro, plus modernes et par moments un peu plus dark." Car les Pendentif sont réputés pour leur son DIY qui fleure bon les virées à la plage entre amis. "On a envie d’aller vers autre chose. Notre univers évolue très vite, chaque mois. On est dans une phase où on se cherche mais on est content de l’évolution que ça prend. On reste un jeune groupe. Il faudra encore un an pour savoir où on veut aller musicalement."
 
> La langue française mariée à la classe anglaise 
"Il n’y a pas tant de groupes que ça qui surfent sur cette tendance. Y a juste un groupe qui s’appelle Hexagone et qui a une chanson nommée « Archipel »… Tu sens que les mecs ont envie de mettre les pieds dans le plat (rires). Toute cette scène pop française, ce sont des mecs qui ont démarré il y a deux-trois ans, de façon instinctive, comme nous. "  Benoît est le parolier de la bande, même si la composition reste très collective. "J’essaie d’écrire pour Cindy, de penser un peu comme une fille. On a une nouvelle chanson qui parle d’un mec qui essaie de choper Cindy et qui n’y arrive pas. Une autre qui parle des filles qui matent le cul des mecs dans la rue. Je me suis bien mis à la place de Cindy là. (rires)"  L’unique fille de la tribu m’assure qu’elle arrive à se faire respecter mais Benoît ne tarde pas à lancer une pique: "En fait, le truc, c’est qu’elle est plus masculine que nous… (rires)"
Quand on leur demande avec qui ils aimeraient partager une date, les Pendentif répondent en chœur : Lescop, Paradis ou Metronomy. Et c’est vraiment ce que l’on peut leur souhaiter en attendant leur album qui risque fort de faire danser les Paulette. AHOUP !

 

Tame Impala – Apocalypse Dream

Une dédicace aux Paulette ?

Mathieu : "Paulette, Paulette, tu es la reine des paupiettes… "
Cindy : Girl Power.
Ariel : Sauvez les Pussy Riot ! Ahaha
 
PENDENTIF :: JERRICANE (SINGLE)
 
Concerts :
16/11 : Le Chabada, Angers
23/11 : Olympia, Paris (en première partie de la Grande Sophie)
7/12 : Les Trinitaires, Metz
13/12 : Lo Bolegason, Castres

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *