PAULETTE TALKS : SAMUEL PATY, TENTER D’EXPLIQUER L’INEXPLICABLE

Vendredi, Samuel Paty, un enseignant d’histoire-géographie, est mort sous la lame d’un jeune homme de 18 ans, dans les Yvelines. Un assassinat horrible qu’on a bien du mal à comprendre, à expliquer – à très juste titre. Pourtant, des éléments de réponses sont à notre portée…

Samuel Paty, était un professeur d’histoire-géographie dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines et il a été assassiné par un jeune homme de 18 ans, quelques jours après avoir montré, lors d’un cours sur la liberté d’expression (au programme scolaire), des caricatures du prophète Mahomet. 

Toutes nos pensées se tournent vers Samuel Paty, sa famille, ses ami.e.s, ses proches, ses élèves, ses collègues, le corps enseignant. 

De la complexité de l’Histoire occidentale

Seumboy, du compte @histoire_crepues, a publié une vidéo pour mieux comprendre pourquoi de jeunes gens en arrivent à de telles atrocités.

Il revient sur l’importance des moyens qu’il est nécessaire de donner aux professeur.e.s pour enseigner la véritable histoire occidentale, bien plus complexe que celle qu’on apprend dans les livres – dont le rôle de l’Occident dans l’escalade de la menace terroriste. Une histoire qui mériterait d’être décortiquée et critiquée, décolonisée, détabouisée ; une histoire qu’il faut enfin oser « regarder en face pour apprendre de nos erreurs et imaginer des solutions à cette guerre infinie contre un Djihad indéfini. »

Les mots de Seumboy nous semblent très justes et nous aimerions les partager avec vous : 

« C’est un meurtre qui nous rappelle que l’enseignement de l’histoire est un sujet fondamentalement politique. Ça nous parle de radicalisation au sens large et nous pose aussi la question de l’accompagnement des jeunes en détresse. Aujourd’hui, on doit se demander quels sont les moyens qui sont donnés à nos enseignant.e.s pour former des futures générations de citoyen.ne.s capables de vivre ensemble avec leurs différences. Le peu de place qu’occupent l’histoire du monde islamique [et sa place dans l’histoire de l’humanité] et l’histoire coloniale dans les programmes scolaires a des conséquences directes. Ce silence, ce tabou, cette immémoire créent une incompréhension qui génère un sentiment fort de déracinement. Elle entraîne chacun.e à fantasmer un passé trop schématique et génère une méfiance qui aboutit à différentes formes de violences », comme celle, « spectaculaire », dont a été victime Samuel Paty. 

On ne peut que vous conseiller d’aller visionner la vidéo complète d’@histoires_crepues, elle permet de tenter de mettre des mots sur l’inexplicable qui vient une nouvelle fois de se produire :

https://www.instagram.com/p/CGf3OEkDvAJ/

Chronique de Juliette Minel

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *