PAULETTE TALKS : « HOME BODY », LE NOUVEAU RECUEIL DE LA POÉTESSE RUPI KAUR

"home body", de la puissance du retour à soi

Après avoir tant aimé les autres, parfois jusqu’à s’y perdre, l’autrice Rupi Kaur semble avoir retrouvé le chemin qui mène à elle-même. Dans home body, son troisième recueil, la poétesse et artiste féministe explore ses blessures et ses traumatismes pour mieux renaître à la vie et se connecter à l’essentiel.

En 2014, Rupi Kaur, alors étudiante en art, auto-publie son premier ouvrage, lait et miel. De sa plume inspirée des textes sacrés sikh autant que d’Anaïs Nin, de Virginia Woolf ou de Warsan Shire, elle aborde des sujets qui lui sont chers – la souffrance, l’amour, la rupture, la guérison – tout en les accordant à des dessins faits de traits noirs, fins, délicats. 

Le livre, dont les poèmes sont distillés au compte goutte sur le compte Instagram de l’autrice, tourne rapidement au phénomène. En 2015, il dépasse déjà les 500 000 exemplaires vendus.

En 2017, la poétesse présente son deuxième livre, le soleil et ses fleurs, lui aussi best-seller à travers le monde. De nouveau, l’autrice y pensait l’amour, la rencontre des corps, la sensualité, la sexualité. 

Avec home body, troisième recueil désormais disponible en français chez Nil Editions, Rupi Kaur change de cap. Le temps est, peut-être, à une plus grande maturité. L’artiste semble s’être détachée du regard de l’Autre. 

Dans cet ouvrage qui ne diffère pas dans sa forme (des vers, peu de prose et des dessins aux traits noirs), elle prône l’importance capitale de la bienveillance, de l’amitié, de la sororité, et surtout, de l’amour de soi. Elle proclame la reconquête de son corps autant que de sa psychée. Elle est revenue, plus forte, plus lumineuse, de ses blessures les plus sombres, de son passé traumatique. Elle renaît de ses cendres, plus connectée à elle-même que jamais, consciente de ce qu’elle est et d’où elle (re)vient.

Lire la poésie de Rupi Kaur est toujours un voyage, une promenade dans les mots et les sensations. home body ne fait pas défaut à cette règle, s’offrant en plus le plaisir d’être une ode particulièrement douce à l’acceptation de soi et à la résilience.

home body, Rupi Kaur, Nil Editions, 17,50 €, 192 pages

Un article de Marine Stisi

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.