PARIS : LES EXPOSITIONS À NE PAS LOUPER CET ÉTÉ

Cette année, l’été, c’est pas vraiment ça. Le soleil n’est pas au rendez-vous, la chaleur non plus… Alors plutôt que d’aller bronzer à Paris Plage, on s’est dit qu’on pourrait vous partager notre sélection d’expositions à voir ces prochains mois.

« Les Olmèques et les cultures du Golfe du Mexique », au Musée du Quai Branly 

L’exposition « Les Olmèques et les cultures du Golfe du Mexique » met en avant la culture olmèque avec plus de 300 pièces, dont certaines sont visibles pour la première fois hors du Mexique. De 1600 avant l’ère commune jusqu’à 100 après, vous découvrirez la diversité du monde précolombien des cultures du Golfe à travers de nombreuses traditions artistiques, de croyances et de rites.

L’exposition inaugurale, à la Bourse de Commerce

 

À l’occasion de l’ouverture de la Bourse de Commerce, découvrez l’exposition inaugurale du musée qui met en avant la photographie de Michel Journiac, Martha Wilson, Sherrie Levine, Cindy Sherman, Richard Prince, et Louise Lawler. Ces séries de photos datant des années 1970 à 1990 témoignent de l’engagement et du militantisme liés aux questions d’identité, de genre et de sexualité.

« Salgado Amazônia », à la Philharmonie de Paris 

 

Embarquez à la Philharmonie de Paris pour un voyage photographique direction l’Amazonie. L’exposition de Sebastião Salgado et Lélia Salgado est accompagnée d’une création sonore signée Jean-Michel Jarre à partir de sons concrets de la forêt amazonienne. Vous pourrez y découvrir les témoignages de communautés autochtones les plus reculées de la planète. Dépaysement garanti ! 

« Au revoir Paris », d’Henri Cartier-Bresson au Musée Carnavalet

Le musée Carnavalet et la Fondation Henri Cartier-Bresson s’associent pour cette exposition qui met en lumière l’importance de la ville de Paris et l’oeuvre du célèbre photographe. Ses images parisiennes témoignent de ses moments d’errance dans la capitale, mais aussi de ses reportages et commandes pour la presse internationale. À noter qu’il y a aussi l’exposition « Le Grand Jeu » sur Henri Cartier-Bresson en ce moment à la Bibliothèque François Mitterand, où 5 commissaires invités choisissent leurs clichés préférés du grand photographe.

« Peintres femmes », au Musée du Luxembourg 

 

Cette exposition retrace (comme son nom l’indique) les oeuvres des peintres femmes notamment celles d’Elisabeth Vigée Le Brun. Entre 1780 et 1830, le combat des peintres femmes trouve ses racines avec le droit à la formation, à la professionnalisation et à une place sur le marché de l’art. Vous pourrez y découvrir comment elles sont devenues les actrices de changements sociaux et de mutations de l’art au XIXème siècle.

« Pierres précieuses », au Muséum national d’Histoire naturelle 

 

Cette nouvelle exposition installée dans la Grande Galerie de l’Évolution présente une sélection exceptionnelle de 500 minéraux dont des diamants, rubis et autres objets d’art. En association avec la célèbre maison de joaillerie Van Cleef & Arpels, elle rappelle à quel point les pierres précieuses ont toujours été considérées comme des instruments de pouvoir, des objets de séduction mais aussi des sujets scientifiques.

« The Power of My Hands », au Musée d’Art Moderne 

 

« The Power of My Hands », au Musée d’Art Moderne, c’est un ensemble d’oeuvres produites par quinze femmes issues de différents pays africains, anglophones et lusophones. Avec leur art, elles mettent en avant la capacité de leurs semblables à s’emparer des questions sociales qui déterminent la condition féminine, à travers leurs histoires personnelles. Plusieurs thématiques y sont abordées : la sexualité, le corps, la maternité, ou encore la représentation de soi.

« Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière », d’Olivier Ratsi à la Gaieté Lyrique 

 

Cette exposition expérience met en avant l’artiste plasticien Olivier Ratsi en interrogeant notre perception sensorielle de la lumière et de la couleur. Le but étant de nous amener à réfléchir sur notre époque actuelle, nos postures, nos points d’attention, tout ce qui nous entoure. Des faisceaux lumineux sont ainsi projetés sur les murs comme pour créer des sculptures de lumière.

« L’Essentiel, expérience collective d’art éphémère », au Square Alban Satragne 

L’Essentiel, c’est quoi ? C’est simple, c’est 43 artistes sur 2 étages, soi 2000 m2 de peintures et d’installations en libre accès pendant deux mois. C’est dans le mythique immeuble Poste Immo que vous pourrez venir admirer cet art urbain et contemporain. Les oeuvres ont été réalisées in situ dans l’édifice qui offre des volumes immenses et singuliers.

Voilà de quoi occuper votre été si vous êtes de la capitale, ou de passage. En espérant que ces expositions vous plairont, n’hésitez pas à nous le faire savoir, d’ailleurs. Nous, on a hâte de connaître vos avis ! 

Article de Clara Schnebel 

 

Vous pourriez aimer...