ON Y ÉTAIT : LADY GAGA A BRUXELLES


Photos de Stéphanie Chermont
 
Toute cette histoire commence par un e-mail de Justine, red’chef web de Paulette : “Une rencontre avec Lady Gaga, ça te tente ?”. Et là, j’ai l’impression de n’avoir pas bien lu ces quelques mots… Lady Gaga ? Une rencontre ? Oui, une conférence de presse même avec des journalistes venus de toute l’Europe pour son nouvel album, en duo avec le crooner américain de 88 ans, Tony Bennett. Ça s’appelle “Cheek to cheek”, c’est du jazz et Lady Gaga laisse tomber toutes ses perruques pour chanter sans artifices – enfin presque.
 
Bien loin de son dernier album Artpop et toute autre Poker Face, Lady Gaga joue cette fois-ci la carte de la séduction à l’américaine, tenues élégantes pour un public loin de rester adolescent. Sur la Grand-Place de Bruxelles, le rendez-vous est fixé dans la Mairie de la ville, ambiance Harry Potter, avec toute la presse européenne prête à dégainer l’appareil photo ou la caméra. C’est lors de ce genre d’événement que l’on perçoit à quel point Madame Gaga est une lady, une star, capable de créer l’hystérie en Belgique et même une grosse polémique entre habitants qui pourront assister au concert de ce soir, et ceux laissés pour compte aux portes de la place.


 
Et la Lady se fait attendre, presque une heure, avant d’entrer dans la salle des mariages, vêtue d’une robe bleue en velours et de sa traîne façon mariée. À son bras, Tony Bennett, le sourire en coin, l’accompagne doucement. Ils s’installent, la salle les observe dans les moindres détails, une conversation est engagée sur leur collaboration et ce qu’ils ont appris l’un de l’autre en créant ce nouvel album… Tout va très vite, quelques informations filtrent sur Gaga et sa découverte du jazz à 13 ans, sur Bennett et sa personnalité humble, deux ou trois phrases sont balancées.
Lady Gaga à propos de Tony Bennett : “He is the best in the business”, Tony Bennett à propos Lady Gaga : “Elle a tellement d’idées, j’espère qu’elle arrivera à toutes les concrétiser”.
 
Un projecteur près d’une journaliste tombe, Gaga s’étonne et l’interpelle gentiment “Are you all right darling ?”. Quelques rires, neuf minutes se sont écoulées, Lady Gaga et son Tony sortent de la pièce. Rencontre express, une salle qui reste sur sa faim, un Salvatore Adamo au premier rang en fan de Tony Bennett, et les voilà déjà repartis… Serait-ce l’effet Gaga qui vient de se produire ?


 
> Gaga, l’étoile filante
 
Après un peu de champagne et des petits fours – Bruxelles a vu grand -, nous sommes reçus comme des princes, trois vigiles entrent dans la pièce et nous informent que Gaga revient faire son show. Enfin, son défilé plutôt. Elle entre, elle passe devant nous, s’arrête quelques secondes et elle repart. Toujours souriante, presque figée dans sa tenue de princesse et coiffée de son bibi des années 30. Une étoile bleutée, filante aussi.


 
22h30, tout est prêt pour accueillir sur la Grand-Place le duo “Tony Gaga”, 2500 personnes les attendent, c’est en extérieur dans un décor presque féérique. Tony Bennett donne un concert sans faute. La diva entre en scène, nouvelle robe dorée telle une sirène, et ils chantent plusieurs titres de leur album, “The Lady is a tramp”, “I can’t Give you anything but love”, “I won’t dance” et certaines chansons chacun leur tour, “Nature Boy” pour la Gaga, “On a clear day” pour Tony. Malgré un son légèrement bas, les deux assurent, la magie du jazz fait son effet, on a envie de danser, de chantonner. Leurs voix s’accordent à la perfection.
 
> Et si finalement, ce n’était pas Tony Bennett le chanceux dans cette histoire ?


 
23 :00, Gaga s’en va encore une fois, avec un ou deux mots adressés au public belge… Elle est contente d’être revenue sur scène, elle embrasse tendrement son mentor devenu son frère, Tony Bennett, sur la joue car oui, autant resté dans le thème de l’album, joue contre joue…
 
Retour en France, l’album déjà chargé dans mon iPhone, une sortie déjà classée numéro 5 des ventes. Si pop, si excentrique, Gaga devenue véritable Lady arrivera-t-elle à convaincre son public ? Après Amy Winehouse pour un duo, Tony Bennett s’accompagne de Lady Gaga sur tout un album qui met de bonne humeur, et si finalement ce n’était pas lui le petit chanceux de toute cette histoire ? Une chose est sûre, Lady Gaga et sa très belle voix ne font aucune ombre au crooner de soixante ans son aîné…
 
Voici deux vidéos du duo :
 


Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *