NOTRE ROMAN DU MOMENT : LE COURAGE QU’IL FAUT AUX RIVIÈRES

Crédits : Juliette Minel

Elles sont appelées vierges sous serment ou vierges jurées. Au cœur des Balkans, des femmes ont fait le choix de vivre comme des hommes, ne portant que des vêtements masculins et bénéficiant, en renonçant à leur féminité, des avantages réservés aux hommes dans une société traditionnelle patriarcale.

Ce sont ces femmes fascinantes qui font vivre le premier roman d’Emmanuelle Favier, dont la beauté résonne jusque dans son titre : Le courage qu’il faut aux rivières. L’auteure y conte le destin de Manushe qui, il y a bien longtemps, a prononcé son serment. Depuis, elle vit sa condition comme une évidence qu’elle ne questionne plus. Jusqu’au jour où Adrian, un être mystérieux, arrive dans son village et bouleverse le regard qu’elle porte sur elle-même, sur son corps, sur sa propre féminité dissimulée derrière d’épaisses couches de vêtements. Loin du documentaire tout en respectant l’histoire et la tradition, Emmanuelle Favier signe un roman au mysticisme captivant, qui questionne avec élégance et poésie le corps, l’identité genrée et le désir. 

Le courage qu’il faut aux rivières
, Emmanuelle Favier, Éditions Albin Michel, 17 € 

> Article de Marine Stisi @ohunmarin

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.