NOMADLAND : UNE TRANCHE DE VIE AMÉRICAINE, SIGNÉE CHLOÉ ZHAO

Nomadland est sorti le 9 juin, et ça a été l’effet d’une claque. Voici pourquoi vous devez absolument aller voir ce film – et au cinéma, si vous le pouvez.

Depuis le 9 juin, vous pouvez voir Nomadland au cinéma, film qui dépeint la vie de vielleux nomades aux USA. Pour l’avoir vu, on vous le recommande grandement. Et à en croire ses 31 distinctions – dont un Lion d’Or, l’Oscar du meilleur film, de la meilleure actrice et de la meilleure réalisation ainsi que le Golden Globe du meilleur réalisateur et du meilleur film dramatique –, nous ne sommes pas les seul·e·s… Toujours pas convaincu·e·s ? Et si on vous disait que les plans (et les paysages) sont canons, que ça nous montre parfaitement la réalité des USA, ou encore que les acteurs·rices sont de vrai·e·s nomades ? Il nous semblait bien.

Voyager en 1h50

Regarder Nomadland, c’est s’embarquer dans un roadtrip (seulement d’1h50, soit) au travers des USA. Durant la totalité du film, vous voyagez au côté de Fern, veuve d’une soixantaine d’années, qui décide de partir en van après la faillite de la cité ouvrière dans laquelle elle travaillait – et qui a mené à la création d’une ville fantôme. Et durant la totalité du film, vous verrez de magnifiques plans, donnant presque envie de visiter l’Ouest américain à bord d’un van aménagé. Bref, ce film est contemplatif et même s’il a quelques longueurs, il tente surtout de dépeindre la réalité telle qu’elle est vraiment. Et ça fait du bien.

Frances McDormand au coucher du soleil
Frances McDormand dans Nomadland - © Joshua James Richards - 2020 20th Century Studios
Van sur une route
Van extrait de Nomadland - © Joshua James Richards - 2020 20th Century Studios
Frances McDormand à côté d'un van au coucher du soleil
Frances McDormand dans Nomadland - © Joshua James Richards - 2020 20th Century Studios
Frances McDormand assise sur un siège de camping
Frances McDormand dans Nomadland - © Joshua James Richards - 2020 20th Century Studios

Zoom sur la réalité

À part Fern, jouée par Frances McDormand, tous·tes les autres acteurs·rices jouent leurs propres rôles. Pour les caster, Chloé Zhao est allée chercher de vrais travailleurs·ses itinérant·e·s, vivant dans des vans. En ressort une criante réalité, celle de l’Amérique précaire et anti-système, celle des nomades qui décident de voyager et d’avoir des petits boulots plutôt que de suivre le chemin normé. Et c’est d’autant plus touchant qu’on y voit des seniors, plein d’espoir, souvent désabusé·e·s.

Fiction ou documentaire ? Ça, on ne sait pas. Mais on en retiendra une chose : Nomadland met en scène des personnes réalistes, auxquels on peut s’identifier facilement – mentalement comme physiquement. Mention honorable, parce que voir une femme agée à l’écran en tant que protagoniste et non en tant que maman, femme ou personnage secondaire, c’est très rare. Merci, le female gaze !

Alors, vous allez quand au cinéma ?

Vous pourriez aimer...