NAOMI OSAKA SE RETIRE DE ROLLAND GARROS POUR PRENDRE SOIN DE SA SANTÉ MENTALE

Et c’est très important. Parce que la santé mentale des sportifs·ves est encore trop tabou aujourd’hui. Énorme soutien à Naomi Osaka.

Ce lundi 31 mai, Naomi Osaka, joueuse de tennis professionnelle, a annoncé son retrait de Rolland Garros. La raison ? Une volonté de préserver sa santé mentale. Et c’est l’effet d’une bombe dans le milieu sportif professionnel.

 

Se protéger avant tout

Après sa première victoire, la tenniswoman avait déjà refusé de participer aux conférences de presse (pourtant obligatoires) de Rolland Garros. Sanctionnée à hauteur de 12 300 euros et menacée d’expulsion, elle décide alors de se retirer de la compétition. Et elle l’annonce sur ses réseaux sociaux.  « Je n’aurai jamais imaginé de telle situation. Mais je pense aujourd’hui que la meilleure décision pour le tournoi, les autres joueurs·ses et moi-même est de me retirer. Ainsi, tout le monde pourra de nouveau se concentrer sur le tennis à Paris. » Souffrant d’épisodes dépressifs et d’anxiété sociale, elle ne se sentait pas capable de tenir toute cette saison et surtout pas la pression médiatique. En même temps, on devrait encore avoir le droit de choisir si on veut s’exposer ou non ! Sur le même post, elle annonce également son retrait des courts pendant un certain temps…

Si vous connaissez le milieu sportif, vous savez à quel point cette annonce est importante. En effet, la santé mentale y est parfois taboue, voire délaissée. Naomi Osaka, par cette publication, permet de mettre le doigt sur un sujet primordial.

 

 

Le soutien des personnalités

Et justement ! Ce sujet est tellement important qu’il a relevé nombreuses réactions. Si certain·e·s ont très mal réagi sur les réseaux sociaux – on les connait, les haters –, de nombreuses personnalités ont au contraire soutenue publiquement Naomi Osaka. Parmi elles, l’ancienne joueuse de tennis Martina Navratilova, le pilote automobile Lewis Hamilton, le joueur de NBA Stephen Curry ou encore le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Tous·tes la félicite pour son courage. L’application de méditation Calm, quant à elle, lui apporte un soutien financier pour régler sa sanction – et s’engage à payer les sanctions des autres joueurs·ses qui refusent de participer aux conférences de presse pour des raisons de santé mentale. Une belle action !

À noter que l’INSEP a pour projet de mettre en place un bilan annuel de santé mentale… Et en attendant, on soutient la tenniswoman et on lui envoie beaucoup de bonnes ondes.

Vous pourriez aimer...