MYTHE : ACQUA DI PARMA

Illustration, Vilaine Frange

 
Il existe parfois dans l’histoire des accidents miraculeux… La création de l’Acqua di Parma il y a près d’un siècle en fait partie. Mais le véritable miracle est que nous avons su la conserver !
Comme son nom l’indique, l’histoire de cette acqua commence à Parme, en Italie, au début du siècle dernier, en 1916. Dans un petit laboratoire d’essences au cœur de la vieille ville, celle de Giuseppe Verdi et de Stendhal, d’habiles maîtres parfumeurs créent, avec une sensibilité clairvoyante, une fragrance étonnamment fraîche, claire et légère par rapport aux parfums forts et intenses de l’époque. Colonia d’Acqua di Parma.
Son alchimie racée connaît un succès immédiat et devient rapidement l’un des parfums les plus populaires dans les années 30 et 50. Jusque dans les années 60, Acqua di Parma incarne ce classicisme intemporel, cher aux connaisseurs face à toutes les évolutions que connaît alors l’industrie du parfum.
En 1993, trois richissimes hommes d’affaires Luca Cordero di Montezemolo (Ferrari),  Diego Della Valle (Tod’s) et Paolo Borgomanero (actionnaire du groupe La Perla) lancent une nouvelle société, Acqua di Parma. Et en 1998, est inaugurée la première boutique Acqua di Parma, Via del Gesù à Milan, parmi les plus grandes enseignes de la haute couture et du prêt-à-porter.
Au tournant des années 2000, LVMH flaire le gros coup et acquiert la société 3 ans plus tard. Le célèbre Colonia se voit alors décliné en gammes de maison, sacs et accessoires de voyage, toutes inspirées de la dolce vita italienne. Doit-on déplorer cette récupération du mythe à des fins de merchandising ? Peut-être. Malgré tout, on doit reconnaître que le parfum a été préservé tel qu’il a toujours été, fin et racé. Une élégance inimitable typiquement italienne, qui nous fait frémir les sens.
Craquez pour cette odeur unique, émouvante et son flacon Art déco magnifique !

Petit conseil : chaque matin, tamponnez doucement derrière le lobe de votre oreille avec l’Acqua di Parma. Vous serez à tomber !

À lire : La Chartreuse de Parme de Stendal 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *