MOI, AU MASCULIN

"On ne naît pas femme, on le devient". Et si, Simone, tu me transformais en garçon ?

C’est vrai quoi, si jamais je pouvais me réveiller dans la peau d’un garçon, ça donnerait quoi…

Premier réflexe, ma main va dans la direction que mon corps me donne, et celle-ci se situe vers le bas de ma nouvelle anatomie. Je trouve quelque chose de droit et dur. Et qui retombe, mou. Je ne peux m’empêcher de toucher ce truc -génial, il faut l’avouer-. Et dire que quand j’étais une fille je me demandais pourquoi les mecs se touchaient tout le temps le zboub… Que j’étais naïve…
 
Ayant découvert l’érection matinale, mon nouveau moi masculin souhaite maintenant sortir pour retrouver les copains. Je me lave, m’habille et me coiffe comme un homme, c’est à dire : à l’arrache. Gain de temps absolu !
 
Dehors, aucun stress de savoir que je ne suis pas maquillé. Un jean, un t-shirt et  je suis bien dans ma peau. Profitons-en pour préciser que je n’ai plus froid. Gloire à mon nouveau corps !
 
Autour de moi, pas de regards pervers ni de sifflements… Normal, je suis un mec, c’est moi qui devrais siffler ! J’en profite et je me mets donc à siffler les jolies filles. Oui, je me la pète un peu ! J’attire leurs regards, je me dis qu’elles doivent toutes désirer mon corps… il faut dire que j’ai fait de la muscu, je suis certain que ça se remarque. Je ne leur dis pas, car elles s’en battent les ovaires, en revanche, je m’en vante auprès de mes potes !
 
Ça les énerve un peu, on se chamaille entre amis. J’aime la bagarre, ça montre qui est le plus fort ! "Bonjour, je suis la testostérone". Ensuite, avec mes potes, on va entre  »couilles » boire un coup et manger un sandwich. J’ai vraiment trop la flemme de cuisiner…
 
Quand je suis au restaurant, je mange pour dix et découvre que mon corps est mon ami, il ne grossit pas ! Je n’ai jamais les yeux plus gros que le ventre et, tout ce que je commande, j’arrive à le finir ! Et, surprise, même après un plat principal, je n’ai pas honte de commander un dessert. Vraiment, aucune honte de passer pour un goinfre ! D’ailleurs, rien que pour le plaisir, j’en prends deux. Deux desserts pour le monsieur !
 
Voyant les yeux envieux de ma copine (le moi masculin a une petite amie qu’il invite régulièrement au restaurant), qui n’a rien voulu commander car elle a "trop mangé", je lui propose de gouter mes profiteroles. Elle accepte volontiers et mange la moitié du plat.
 
Le moi masculin arrive à séduire en un claquement de doigts…enfin, de carte bleue plutôt. J’avais oublié qu’être gentleman, ça coûte cher ! Des fleurs, un resto, le cinéma… Mais quand on aime, on ne compte pas. Et quand on veut pécho, surtout, on ne compte pas.
 
Cette nuit, c’est le grand soir. Je vais enfin savoir ce que ça fait de faire l’amour avec un pénis.Pouvoir contrôler ce bâton magique, tel un Jedi. Oh, je m’y vois déjà, moi, nu, bombant fièrement le torse sans gêne, ni complexe, pointant bravement mon arme de séduction vers ma conquête. Pour plus de fun, une boîte de capotes fluorescentes. Ah mais d’ailleurs, à ce propos… Comment ça se met les capotes ? J’espère que les boîtes de préservatifs, c’est comme celles des tampons et qu’il y a la notice à l’intérieur !
 
À mon âge, quand tu es un mec, être puceau-du-zizi, ça ne se dit pas (en français non plus, d’ailleurs mais passons). Etre vierge, c’est tabou. J’entends déjà les rires gras de ma partenaire si jamais je le lui annonçais… J’appréhende. Vais-je être à la hauteur ? Vais-je avoir une panne ? Vais-je réussir à donner un orgasme à ma copine ? Parce que, mine de rien, c’est complexe une fille…
 
Bon, si jamais elle me fait une réflexion, je n’aurais qu’à lui dire que, moi au moins, je peux faire pipi debout !
> Retrouvez Laurine sur son blog http://webzine-topic.tumblr.com
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW