MISS FRANCE : GENEVIÈVE DE FONTENAY NE VEUT PAS D’UN CONCOURS PLUS INCLUSIF

L’ancienne présidente du comité Miss France a notamment réagi à la possibilité de la participation d’une femme trans. Pour elle, c’est inacceptable. Et pour nous, c’est cette transphobie qui l’est.

L’année dernière, on vous avait déjà partagé notre opinion sur Miss France – plutôt mitigée, il faut le dire. Déjà, ce problème d’inclusion nous faisait grincer des dents. Et il faut croire qu’un an plus tard, cela n’a pas évolué, au contraire. Suite aux dernières prises de parole de Geneviève de Fontenay, on ne grince plus des dents : on est en colère. Tout a commencé samedi avec l’élection de la nouvelle miss, lorsqu’Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, est invitée sur Europe 1. Elle y déclare qu’ouvrir les candidatures aux femmes trans serait envisageable. Plutôt positif, en somme. Mais ce n’est pas l’avis de l’ancienne présidente du comité.

Présidente du comité jusqu’en 2007

Pour celleux qui ne la connaissent pas, Geneviève de Fontenay était la présidente du comité Miss France de 1981 à 2017. Depuis 2017, c’est Sylvie Tellier qui a repris ce rôle. Mais cela n’empêche pas Geneviève de prendre la parole régulièrement. Dernière fois en date ? Après les déclarations de la ministre, elle a voulu réagir. Dans un communiqué de presse, elle explique être « très choquée par la possibilité de voir le concours Miss France ouvert aux candidates transgenres ». Sa raison ? Cela irait à l’encontre du règlement qui, pour participer, stipule qu’il faut être « née de sexe féminin ». Selon Geneviève de Fontenay, « Miss France n’est pas un concours contre nature ! C’est une élection qui symbolise l’élégance dans une ambiance saine et nationale. » Et elle a confirmé ces propos à CNews, « sans cacher sa colère » et en restant (très) campée sur ses positions… Nous, on est profondément choqué·e·s par ses propos transphobes et haineux.

Dans ce fameux règlement, pourtant, rien n’interdit à une femme transgenre de participer. En effet, il précise qu’il faut être inscrite à l’état civil comme étant de sexe féminin. Et même s’il faudrait enlever ce principe pour être plus inclusif, cela peut s’appliquer à certaines femmes ayant réussi à faire les démarches. « Pour moi, ce n’est pas un débat », tranche Sylvie Tellier sur Europe 1. « Parce que quand on s’inscrit à Miss France, on remplit un règlement, et que nous ne sommes pas là pour faire des enquêtes sur la vie de ces jeunes femmes. Je ne l’ai jamais fait et je ne le ferai pas. » Ce qui laisse entrevoir une ouverture… même timide.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Vous pourriez aimer...