MINOU : CHATONS FROM BLOIS

Sabine et Pierre du groupe Minou ont sorti leur dernier titre “Pense à moi” en octobre. En concert dans toute la France, certaines Paulette ont peut-être déjà eu la chance de les voir à notre soirée féline… Rencontre.

 
Paulette : Pouvez-vous vous présenter ?
Sabine : Je suis Sabine, je fais de la basse, du  chant et du clavier.
Pierre : Je suis Pierre, je chante et joue du clavier. Charlie Poggo, notre batteur et aussi notre coup de pouce pour la scène, il est présent pendant la tournée.
 
Comment l’aventure de Minou a-t-elle débuté ? Comment vous vous êtes rencontrés ?
Pierre : Elle a débuté depuis 10 ans. Avec Sabine, on se connaît depuis 10 ans. On était dans le même lycée à Blois, un lycée assez dynamique avec une salle exprès pour les répétitions. Avec Sabine, on s’est rapprochés comme ça. Et depuis, on s’est jamais lachés. C’est le 4ème groupe qu’on fait ensemble.
 
Comment on arrive à faire un 4ème groupe ?
Pierre : Ah ah, alors la toute première fois c’était une aventure de lycée avec des concerts pour la fête de la musique, sur des amplis tout pourraves et des micros qui ne fonctionnaient pas.
Après, on avait un groupe qui s’appelait The Surgeries. Il a duré pendant 5 ans, on s’est entourés de batteurs et de claviéristes. On a fait beaucoup de dates, ça nous a pas mal forgés de faire ce truc là. On misait un tout sur l’énergie et l’écriture passait presque au second plan. Puis on a grandi, des membres du groupe ont repris leurs études. Nous, on est repartis sur une nouvelle aventure. En 2012, on a eu envie d’avoir notre groupe, un truc vrai, sans compromis de langue. Un exercice qu’on avait jamais fait. Et une succession de choses a créé Minou…

Pourquoi Minou ?
Pierre : On est tombés par hasard sur une histoire de Minou Drouet, une petite fille du début du siècle. Il y a eu une polémique autour d’elle, on disait qu’elle était autiste. Elle écrivait des superbes poèmes. Il y a eu toute un débat comme quoi ce n’était pas elle qui écrivait mais ses parents. Un jour, on lui a fait passer des épreuves où elle était toute seule dans une salle pour voir si elle est capable elle-même d’écrire ses fameux poèmes. Elle expliquait qu’elle attrapait les mots comme ils venaient, qu’elle rythmait ses poèmes. Il y avait un côté très poétique et très naïf dans son écriture qui nous a influencés dans le choix du nom. Un joli hommage.
Parallèlement à ça, nos amis proches nous appellent les minous depuis plein d’années. Et c’est resté. Un jour, on cherchait le nom du groupe, on faisait un brainstorming dans les camions de tournée et le mec nous a dit “Appelez-vous minou” !  Il y a un coté un peu burlesque, un côté immédiat.
 
Dans la vie et sur scène vous êtes des petits chatons ou des gros matous ?
(Pierre et Sabine se regardent) Pierre : Je suis plutôt gros matou. La scène est un exutoire. C’est pour ça qu’on en a besoin d’en faire régulièrement. C’est pour vider notre sac. Ça nous fait extrêmement du bien d’être sur scène.
 
Comment définissez-vous votre style musical ? Qui vous a influencé ?
Sabine : Il y a de tout. Il y a de la pop, une pointe d’électro et un peu de rock quand même. Pour le son, il y a des guitares électriques.
Pierre : Je pense que le meilleur moyen de définir le truc c’est de la French pop. On utilise les instruments qui sont à notre portée, la guitare électrique, les synthés. On aime bien bidouiller les nouvelles technologies, l’ordi, les séquences. Tout ça mélangé, ça donne Minou, en croisant plein d’influences.

 
On retrouve ce que vous avez fait précédemment ? Ou c’est totalement différent ?
Pierre : On a toujours voulu être à cheval sur le choix des mélodies. Même si on a évolué, on s’est ouverts à d’autres choses. Depuis le début même avec l’ancien groupe c’était l’efficacité des mélodies sur le choix du thème, sur le choix des refrains.
 
Votre dernier titre “Pense à toi” est sorti il y a un mois, auriez-vous une anecdote à nous raconter ?
Pierre : Le clip a été tourné en Super 8. C’est un film de vacances des parents de Sabine.
 
Quelles sont vos prochaines dates ?
Sabine : Le 27 novembre à Blois au Chato’Do. Et enfin, le 28 novembre, on fera la première partie d’Hollysiz au CCM Jean Moulin de Limoges. Le 4 décembre à Rennes avec le groupe John and the volta et Gaspard Royant au bar le Kenland.

  

 
Vous avez une chanson qui s’appelle Montréal, vous y êtes allés ?
Sabine : On devait y aller, c’était un projet. Puis au final, non on est restés en France (rires).
Pierre : Je me sens très attiré par les pays froids, nordiques. C’est un univers qu’on retrouve dans nos chansons avec Montréal et Un hiver à Juneau.
 
Il y a quoi dans votre playlist ?
Pierre : Le dernier album de the Dø, Christine and the queens. On aime bien Grand Blanc aussi.
 
Vous êtes de Blois, vous avez des adresses à conseiller aux Paulette ?
C’est petit Blois mais il y a la salle de concert du Chato’Do. Un bar sympa aussi le Ben Blues Bar. Les afficinados l’appellent l’Orangerie. Et un salon de thé très sympa aussi. Le Miss Goumard, ça fait très café parisien.
 
Vous auriez une collab’ rêvée ?
Florent Marchet il est du Cher aussi. Mister Vallert, il est Québécois. Et il y a aussi Adrien Gallo, on a adoré son dernier album.
 
Vos projets pour l’année 2015 ?
Hélicoptère sera notre prochain titre. Et en début d’année, un nouvel EP.
 
Une dédicace aux Paulettes ?
“Avec Paulette, je suis sûre qu’on est félin pour l’autre”.

 
MINOU :: MONTREAL (EP)
Site
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *