MARSHMALLOW, BONHEUR SUCRÉ


Avec ses mélodies pop acidulées, l’album des Marshmallow donne à votre mois d’octobre ce qui lui manquait : des rayons de soleil, des envies d’évasion à bord d’une Ford Mustang un Bloody Mary à la main.  Rencontre avec Fred, le chanteur, Julien le bassiste et Pierre le batteur.
 
Paulette : Vous avez sorti un 1er album en 2003… Que s’est-il passé entre 2003 et ce nouvel album en 2012 ?
Fred : On a fait une série de concerts et Pierre, notre batteur, a rejoint le groupe. En 2003, c’était le début de l’aventure en tant que musiciens. Ce 1er album était auto-produit, sorti régionalement. Entre temps, on s’est perfectionnés, on a traversé la France pour faire des concerts.
Julien : On a sorti 3 EP également, on avait fait un album en 2005 avec un producteur mais cet album n’est jamais sorti.
Fred : On était à Clermont-Ferrand. À un moment donné, on a senti que l’horizon se bouchait un peu. On a donc décidé, il y a 3 ans, de venir à Paris.
 
Paris marque un nouveau départ ?
Fred : C’est clair. On sort aujourd’hui un album nationalement. On a rencontré du monde. On espère maintenant que l’album va marcher.
 
Justement, vous avez collaboré pour cet album avec Yarol Paupoud (FFF, Black Minou). Comment vous êtes vous rencontrés ?
Fred : Le hasard ! On était à l‘île de Ré, on faisait un concert dans un petit bar où il y avait pas mal de passages. C’est là qu’on a rencontré des Parisiens qui organisent chaque année des concerts dans leur salon. Ils nous ont invités à venir jouer chez eux et là, parmi les invités il y avait Yarol Poupaud. À la fin de notre concert, il est venu nous voir et il nous a proposés de venir enregistrer 2 titres chez lui. On a finalement enregistré 18 chansons dont 11 pour l’album.
 
Entre temps, vous avez écumé les bars de France pendant des années. Y’a t-il eu un moment où vous n’y avez plus cru ?
Fred : On a eu des moments de doute, bien sûr. Mais la confiance en soi était supérieure aux doutes donc ça nous permettait de continuer.
Julien : Comme on arrivait à en vivre, pour nous, ça marchait déjà un petit peu…
 
À l’écoute de votre album, on découvre des mélodies très fraîches, des chansons pleines de bonne humeur. Marshmallow est-il un groupe heureux ?
Fred : Oui ! Chaque moment de bonheur est cependant atténué par notre envie d’atteindre le prochain palier. On est vraiment dans l’action, on a envie d’avancer.
 
Quelle est la prochaine étape ?
Fred : La tournée, remplir les salles. Vendre des disques, ça nous semble compliqué dans la conjoncture actuelle. Faire connaître nos chansons. Après j’imagine, que quand ta musique devient reconnue, tu peux goûter à de nouvelles récréations et être un peu plus libre : collaborer avec d’autres artistes ou encore faire des musiques de films, ça nous plairait !


 

Parlons de votre clip. Il reprend les codes d’Hélène et les garçons, pourquoi avoir fait un tel choix ?
Fred : On ne voulait pas donner une image de nous trop sérieuse. On a un côté très potache, on ne se prend pas au sérieux tout le temps. Avec le disque, on peut être assimilé à un groupe de chansons françaises même si on a un côté très pop. On a fait beaucoup de bars, de cafés concerts. Dans notre chair, on a un côté assez rock’n’roll. Et les groupes rock’n’roll ont plusieurs manières d’afficher leur posture genre poser devant un mur de briques avec une guitare. Nous, on a décidé de prendre ça à contrepied. Il fallait trouver une chanson qui pouvait se prêter au jeu. Et nous, on était adolescents dans les années 90.
Julien : On voulait faire quelque chose de différent. Toute l’esthétique du clip ressemble à un épisode de Premiers baisers ou d’Hélène et les garçons.
Fred : On a décidé de ne pas avoir peur du ridicule !
Pierre : C’est un postulat. Il y a des groupes qui ont un fil conducteur tout au long de leurs clips. Nous, on a décidé de faire l’inverse. De toute manière, avec ce 1er clip, on ne pourra pas avoir une trame commune par la suite.
 
Une dédicace aux Paulette ?
Pierre : Des bisous aux Paulette qui se manifesteront à notre prochain concert !
 
 
MARSHMALLOW :: À L’HEURE D’ÉTÉ               
Sortie le 18 juin 2012
 
Concerts :
20/10 : Chateauroux, France
14/11 : La boule noire, Paris

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *