MARIAH CAREY REVIENT SUR APPLE TV+ POUR NOËL, ET ÇA NOUS MET EN JOIE

Préparez-vous à entonner "All I Want for Christmas" jusqu'au 31, et à succomber illico au sentiment enveloppant que le morceau provoque.

Dès le 1er novembre, chaque automne, elle inonde nos oreilles de sa mélodie iconique et de ses notes inégalables. La reine du hip-hop des 90s s’est emparée du créneau des Fêtes comme personne depuis que All I Want For Christmas est devenu l’hymne de nos fins d’année (Michael Bublé a beau essayer, il n’a que ses yeux et ses covers pour pleurer). Aujourd’hui, Mariah Carey règne en maîtresse ultra-glamour et loin d’être dénuée d’humour sur la période qui démarre à la minute où Halloween s’éteint – elle l’inaugure d’ailleurs elle-même via un mème pas moins emblématique.

Au sommet des charts du Billboard plus de deux décennies après la sortie initiale du morceau, signe d’un phénomène indétrônable, l’artiste est en fait aussi indissociable de l’esprit de Noël que les boules le sont du sapin, les discours malaisants de beau-tonton du repas du réveillon, la sauce échalote des huîtres. 

Preuve en est, en 2021, elle en remet une couche niveau taulière du 25 décembre avec un nouveau spectacle intitulé Mariah’s Christmas: The Magic Continues, diffusé sur Apple TV le 3 décembre, et un morceau inédit sur le même thème sorti le 5 novembre dernier : Fall in Love at Christmas, avec Khalid et Kirk Franklin. « Une chanson d’amour, une chanson spirituelle, et ça c’est le vrai sens de Noël pour moi », commente-t-elle auprès de BFMTV. Tout un programme. 

Parce que l’occasion est trop bonne et que chaque opportunité de mentionner son influence considérable nous réjouit, on décortique pour vous ce qui se cache derrière l’effet Mariah Carey, pourquoi il n’a rien d’anodin et mieux encore, pourquoi il nous ferait du bien. 

Du vécu au tube

Sa passion pour la période ne date pas d’hier. Et son expérience personnelle nourrit clairement son désir de répandre joie, amour et flocons de neige dans nos multiples foyers. La chanteuse en parle d’ailleurs au LA Times. « ​​En grandissant, Noël n’était pas toujours joyeux », confie Mariah Carey par téléphone depuis sa demeure californienne. « Ce n’est pas comme si j’étais déprimée pendant les fêtes. J’ai toujours voulu que ça se passe au mieux. Mais, vous savez, les membres dysfonctionnels de la famille et le manque d’argent en faisaient parfois une affaire lugubre. » Une sincérité qui touche.

« Seulement quoi qu’il arrive, j’essayais d’être festive », poursuit l’artiste. « Je dois rendre hommage à ma mère. Même si j’ai une relation très, euh, complexe avec elle, je dois reconnaître que c’est elle qui a fait de Noël une grande affaire pour moi. Elle était à fond dans les sapins de Noël, elle faisait du vin chaud sur la cuisinière. Elle et ses amis chantaient toutes les chansons traditionnelles de Noël. » Rien du « Noël parfait » dont elle rêvait cependant. Alors, elle l’a imaginé jusqu’à le vivre.

En 1994, après quelques hésitations, elle sort l’album de Noël Merry Christmas. Et le succès est immédiat. Tellement, qu’il dépasse le simple enthousiasme musical : il fédère les troupes et réchauffe l’âme. Si si, rien que ça.

Un sentiment nostalgique réconfortant

Qu’on soit fan absolu·e, ou qu’on estime subir contre notre gré les diffusions acharnées du morceau sur toutes les plateformes d’écoute pendant deux bons mois avant d’ouvrir les cadeaux, All I Want for Christmas déclenche en nous une réaction immédiate : on est parachutée dans un tourbillon de guirlandes lumineuses et d’envie de chocolat chaud au coin du feu (les rabat-joies, on ne vous croira pas). Pour cause, aussi markétée soit-il, le hit nous décroche toujours un sourire – qu’il soit sincère ou ironique et ponctué d’un soulèvement de yeux à s’en décoller la rétine.

« All I Want for Christmas a un attrait nostalgique, ce sentiment charmant de retour à quelque chose de désuet et de familier que nous exigeons des standards de Noël – et, surtout, la nostalgie frappe sur plusieurs fronts, faisant un clin d’œil à plusieurs musiques d’antan simultanément », analyse ainsi le journal américain. « À l’ère des listes de lecture algorithmiques, cela fait de cette chanson un blockbuster. Elle peut s’insérer sans problème dans pratiquement toutes les playlists de Noël. » 

On s’arrêtera à celles qui évincent les chansons problématiques (hello, Baby It’s Cold Outside), mais on saisit l’idée : ça nous transporte dans un univers plus joyeux, chaleureux, enveloppant. Pas dur, en même temps.

Mariah's Christmas
© Apple TV+

« Peu importe ce qui se passe dans le monde, Noël ne sera jamais annulé chez moi », conclut d’ailleurs Mariah Carey. Après deux ans d’ascenseur émotionnel sauce pandémique et politique, c’est autant de douceur et d’optimisme dont on a bien besoin. Parce qu’All We Want for Christmas, finalement, Is un peu de sérénité et de sororité dans ce monde de brutes. Avec une diva déguisée en Mère Noël en prime ? On signe.

 

Mariah’s Christmas: The Magic Continues, diffusé sur Apple TV+ le 3 décembre.

Vous pourriez aimer...