MARGAUX AVRIL, L’AIR DE RIEN


A 22 ans à peine, la jeune chanteuse Margaux Avril s’apprête à sortir son premier album chez Universal Music. Numéro 1 du top Noomiz en janvier 2013, cette passionnée de photographie a été propulsée sur le devant de la scène grâce aux succès et à la fraicheur de ses chansons pop, qu’elle compose avec son acolyte Tristan. Rencontre.
 
Paulette : Comment est né le tube "L’air de rien" ?
Margaux : Ce titre est né un peu comme les autres de l’album : spontanément, naturellement. J’avais les paroles du premier couplet, je suis allée chez Tristan, on s’est posés dans son salon et on a commencé à composer la musique. Tout est venu ensuite, le refrain, les autres couplets… J’avais envie de parler d’amour mais différemment, et d’évoquer des relations qui évoluent entre l’amour, l’amitié, le charnel ; et le fait que tous ces aspects d’une relation sont essentiels en amour.
 
 
Comment as tu réagi quand ta maison de disque t’a appelée ?
Je n’y croyais pas ! C’était surréaliste, j’étais à 1000 kms de me dire que c’était possible. Mais j’ai évidemment sauté de joie ; crié ; puis appelé Tristan !
 
Justement, parle-nous de ta collaboration avec ton acolyte, Tristan?
Elle s’est faite naturellement. Nous nous sommes rencontrés grâce à des amis en commun et avons eu envie de faire de la musique ensemble, ce que nous avons fait très naturellement, alors que je débarquais un peu. Mais c’est sans doute cette première approche un peu naïve qui a fait la fraîcheur de nos premiers morceaux. On a eu un coup de cœur artistique l’un pour l’autre. C’est vraiment un travail d’équipe et d’écoute, on écrit nos chansons le plus spontanément possible, on ne se pose pas trop de questions : quand on le fait, c’est que le morceau n’est pas une évidence et on passe à autre chose. Nous sommes très complices et cela joue beaucoup !
 
Tu fais actuellement des études dans une école de photo, pourquoi la musique?
J’ai grandi en musique, j’ai fait du Conservatoire quand j’étais petite, du théâtre aussi, de la chorale. Je ne peux pas passer une journée sans écouter de la musique. En faire, du coup, était la continuité de cela je pense, et j’avais besoin de faire quelque chose de ma voix !
 
"Je parle d’amour avec un romantisme sans naïveté"
 
Quelles sont tes inspirations?
J’observe beaucoup ce qui m’entoure, je m’en inspire : en images comme en chanson. Les deux se complètent plutôt bien. J’aime beaucoup regarder des images aussi, sur des blogs, je suis assez active sur Pinterest, et j’adore le cinéma. J’aime beaucoup lire aussi, voir des expos, même si je ne prends plus assez le temps… Bref j’essaye de me nourrir de toutes ces formes d’art en permanence.
 
Ton prochain album Instantanés sort le 24 juin, si tu devais le définir en trois mots?
Frais, spontané, authentique !
 
Pourquoi "Instantanés" ?
Car il y a un rapport à la photographie qui me plais et que je trouve cohérent avec le travail d’écriture en images ou en chansons. Et notre démarche d’écriture de cet album a été très spontanée, très instantanée…
 
Ton 1er EP Lunatique parle beaucoup d’amour, ton album s’inscrit dans la même veine?
Oui. Mais de manière détournée. Je parle de situations inattendues, j’essaye de les inverser, d’y ajouter une seconde lecture, un second degré. Je parle d’amour avec un romantisme sans naïveté. Je m’inspire de vécus : le mien comme celui de mes proches.
  

Peux-tu nous parler de ta rencontre avec Alex Beaupain? 
Je suis fan d’Alex depuis que j’ai 16 ans. Donc quand on m’a demandé avec quel auteur j’aimerais idéalement travailler, j’ai dit son nom. Je n’aurais jamais pensé avoir sa plume sur mon album. Je suis très touchée et très émue de cette collaboration. La chanson qu’il m’a écrite est en osmose avec l’album. J’aime la sensibilité de son écriture, et la façon dont il nous embarque en nous racontant une histoire. J’étais en atelier d’écriture à Bruxelles avec Tristan, Alex était là pour enregistrer son album. Il a pris le temps d’écouter nos compositions, de nous donner son avis, de nous guider… Il a eu un coup de cœur pour l’une d’entre elles.  Je n’en reviens pas de cet échange que nous avons établis entre nous.
 
Marc Lavoine t’a écrit une chanson, peux tu nous parler de ce morceau ?
C’est un très joli titre, qui parle de la mélancolie d’une jeune fille qui grandit. Marc est venu m’aider à enregistrer les voix de cette chanson et a été très bon conseiller, très patient et doux et a su trouver les mots pour m’aider à interpréter sa chanson.
 
On te compare souvent à Lily Allen, ça te fait quoi ?
Ca fait plaisir !!! C’est une référence pour nous, c’est certain. J’aime sa pop et son cynisme ; j’aime le décalage entre des mélodies entêtantes et entraînantes avec le discours qu’elle tient. J’aime son univers et sa personnalité.
 

 
Dans la vie qu’est-ce qui te fait rire ?
Les petites choses anodines mais qui ont beaucoup de sens, le second degré, le tact.
 
Au contraire ce qui te rend triste ?
Le manque ou plutôt l’absence de politesse, de curiosité, d’ouverture d’esprit.
 
La dernière fois que tu as eu un fou rire c’était quand ?
Hier, avec l’équipe du tournage de mon clip Lunatique que nous avons tourné à Los Angeles… Il y a une scène où trois personnes dansent de manière assez particulière : l’effet en slow motion est superbe, mais en vitesse normale c’était complètement fou !
 
L’humiliation ultime pour toi ça serait quoi ?
Me faire prendre pour une idiote en public. Ou perdre totalement le contrôle de mon corps et/ou mon esprit.
 
Si tu devais te réincarner en quelqu’un/quelque chose ça serait qui/quoi ?
En Jack Kerouac pour traverser l’Amérique telle une hippie et la capturer à ma manière…
 
Une chanson que tu as un peu honte d’aimer ?
Je te dédie, de David Charvet (Rires).
 
Une personne que tu ne voudrais jamais rencontrer?
Ce serait trop radical et je suis trop curieuse pour renoncer à ce que je ne connais pas.
 
Y’a t’il une recette que tu maitrises à tous les coups ?
Le gâteau au Yaourt ! C’est le premier que l’on fait, il est inratable. C’est un classique. Il se mange à n’importe quel moment et il est même accessoirisable si j’ose dire : délicieux avec un peu de nutella, ou de la confiture, un carré de chocolat noir, des fruits…
 
Ton TOC à toi c’est quoi ?
Faire du franglais même si je me soigne. Je m’exclame beaucoup ! Je suis très expressive ce qui peut être un peu dangereux en voiture…
 
Que peut on te souhaiter pour la suite ?
Continuer à faire de si jolies rencontres, à m’épanouir dans mes passions, et continuer à partager mon univers !
 
Une dédicace aux Paulette qui te lisent ?
Merci de votre curiosité, de votre soutien et à très viiiite !


 
MARGAUX AVRIL :: INSTANTANÉS
Sortie le 24 juin 2013
AZ/Universal
 
 
27 juillet  – Festival Tout un Foin (avec Fauve et Alex Beaupain)
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *