LUDOVIK : “JE SAIS FAIRE AUTRE CHOSE QUE DES PETS”

Photos de Sidi Omar Alami – Interview réalisée avec l’aide de Louise Caillebotte

Youtubeur et membre de la bande du Studio Bagel, le comédien Ludovik est à l’affiche du film “Je compte sur vous” de Pascal Elbé aux côtés de Vincent Elbaz et Julie Gayet, en salles ce mercredi 30 décembre. Un premier grand rôle au cinéma pour cet enfant des internets qui n’envisage pas pour autant quitter le web pour le grand écran. Rencontre.

Paulette : Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Ludovik : Je m’appelle Ludovik, j’ai 26 ans et je suis comédien et réalisateur. Principalement pour et dans des films diffusés sur internet mais maintenant je peux dire que je suis comédien dans des longs-métrages qui passent au cinéma !

Quel est ton parcours ?
Plus jeune j’ai fait 7 ans de théâtre, très rapidement travaillé, j’ai fait des vidéos sur internet. Au début j’étais tout seul et il y a quelques années, j’ai intégré le collectif du Studio Bagel avec qui on fait des vidéos pour YouTube et aussi pour Canal +.
J’ai commencé à faire des vidéos il y a plus de 10 ans. A l’époque, il n’y avait pas encore YouTube et Dailymotion à l’époque. Je devais avoir 14 ans le jour où j’ai réalisé ma première vidéo et le plus dur, quand j’y pense, c’était pas tant de parler devant une caméra mais de trouver de quoi se filmer !

Une grosse VHS de papa !
Ahah oui voilà, c’était avec du matos un peu moins performant qu’aujourd’hui. Et du coup, j’ai connu l’ouverture de YouTube et Dailymotion et je me suis dit “Tiens, maintenant il y a un moyen pour qu’on voit mes vidéos plus facilement”. Parce qu’avant, pour que les gens tombent dessus, je devais mettre des liens téléchargeables sur des sites spéciaux. Maintenant c’est tellement plus simple ! Mais tant mieux, je suis content d’avoir vécu ça et de ne pas avoir mis mes vidéos d’ado directement en ligne, parce que sinon j’aurais bien regretté (rires).

Comment passe t-on de Youtube au cinéma ?
En fait, si j’ai commencé à faire de la vidéo, c’est parce que je voulais faire du cinéma à la base. Plus jeune j’ai passé des casting mais mon physique ne correspondait pas. Je faisais vraiment plus grand que mon âge et du coup, quand je postulais pour faire un enfant de 12 ans, j’en faisais déjà 14 voire16. Comme je me prenais des râteaux et que j’étais bien dégouté, je me suis dit “Bah vas-y fuck, je vais le faire moi-même”. Et j’ai lancé mes propres vidéos ! Je me suis mis en scène et aujourd’hui je peux grâce à ça “prétendre” que je suis réal et comédien.

Et donc pour le film “Je compte sur vous”, tu as repassé un casting car maintenant, à 26 ans, tu as le physique d’un mec de 26 ans ?
Non, en fait ça s’est fait très rapidement, je crois qu’en deux semaines c’était plié. Ça doit être le record du monde ! C’est Pascal qui m’a contacté et qui m’a dit qu’il cherchait quelqu’un pour jouer le rôle de Maxime. C’est son fils qui m’a vu sur internet et qui lui a dit “Tiens, tu connais pas Ludovik ?” et il fait “Bah non je connais pas, j’ai plus de 40 ans, évidemment que je connais pas !”. Non je rigole, je dis ça mais je sais même pas quel âge il a Pascal. (rires). Et du coup, je l’ai rencontré le soir-même où il m’a appelé, il m’a montré le scénario et j’ai tout de suite adoré. Puis ça s’est fait très rapidement. Je me rappelle qu’on a fait les premières lectures avec Vincent Elbaz et Julie Gayet et je me disais “Attends, je comprends pas, j’suis pris, j’suis pas pris ?” Ce n’était pas du tout clair. Et à la fin de la première lecture, il m’a dit “Bienvenue dans l’aventure”. J’ai réalisé seulement quand je suis parti sur le tournage que c’était bon. J’ai une chance incroyable. A mon avis, dans le ciné, il faut du talent, mais il y a aussi de la chance pour se faire repérer sur le marché.

Tu peux remercier le fils de Pascal Elbé !
Oui, il joue dans le film d’ailleurs ! C’est lui le fils de Vincent Elbaz.

Et comment on se prépare pour un rôle de méchant ?
Je suis un gentil méchant dans le film, le vrai fou c’est surtout Vincent, qui joue le rôle de Gilbert, un escroc professionnel. Moi je le suis dans ses aventures comme un frère. Mais je ne me considère pas comme un méchant parce que… Je ne sais pas comment finir ma phrase. Là tu écriras “il hésite” “boit de l’eau” “blanc de 3 minutes” (rires). Non pour synthétiser je trouve que mon personnage est assez pathétique. C’est triste et dommage ce qui lui arrive, il suit son frère dans ses conneries puis le lâche car il se rend compte qu’il va trop loin mais je trouvais ça super intéressant à jouer parce que c’est pas du tout ce que j’ai l’habitude de faire et je trouve ça cool que Pascal ait pu regarder un petit peu mon travail sur le net et ait compris que je savais et pouvais faire autre chose que des pets.

La surprise est totale, on ne t’attendait pas là effectivement !
Et tant mieux ! C’est cool qu’il y ait des réalisateurs qui disent nous donnent notre chance et se disent, ah, il comédien donc il peut faire autre chose que des pets !

“Je me suis pété une dent dès la première scène de tournage”

Tu as une anecdote de tournage ?
Oui. Premier jour de tournage, je devais jouer une scène où je me fais frapper par des vrais méchants. Dans cette séquence, ils me balançaient dans une voiture qui avait la porte ouverte, je rentrais dans la voiture et ils démarraient. Donc on fait les répétitions et ça se passe bien. Et puis là on tourne la scène en vrai, la voiture arrive, la portière se referme et on me balance contre la portière. Une de mes dents a sauté ! C’était ma première séquence et direct, je venais de perdre une dent (rires). Ça m’a un peu saoulé sur le moment mais je me suis dit bon, c’est un bon film dont ça valait le coup. Si je peux perdre une dent à chaque fois que je fais un bon film, je veux bien perdre toutes mes dents.
Et autre anecdote marrante, au premier rendez-vous avec Pascal, il me dit qu’il a envie que je paraisse plus âgé car j’étais censé avoir 35 ans. Je me suis laissé pousser la barbe mais il voulait aussi que je prenne du poids. J’ai refusé mais comme il est malin sur le tournage il m’a fait bouffer ! Je n’ai pas vu venir le truc et j’ai pris 5 kilos ! Bon, je les ai reperdus depuis heureusement ! Des gens en avant première m’ont dit que je n’étais pas beau…

Et maintenant que le cinéma te fait les yeux doux, tu penses continuer sur cette voie ?
Ça dépend, peut-être qu’on m’appellera après ce film. Je ne sais pas si j’ai été convaincant, je ne sais pas trop comment ça se passe dans le milieu. Moi je veux juste continuer à faire ce qui me plaît, et ce qui me plaît c’est jouer, sur le web, sur instagram ou dans des films…

“Oui, il peut y avoir des gens sérieux et doués sur internet”

YouTube devient une passerelle pour la télé, le cinéma… La toile est un tremplin ?
Moii j’ai vraiment vécu le avant youtube et après youtube et je peux dire qu’après ces dernières années, le web dispose d’une crédibilité qu’il n’avait pas avant. Je pense que d’autres médias comme la télé et le cinéma commencent à s’en rendre, à se dire que oui, il peut aussi y avoir des gens sérieux et doués sur internet. Je trouve ça cool ce qui arrive en ce moment, le média est crédible maintenant et tant mieux. C’est Norman qui a un peu déclenché tout ça, il est devenu une icône sur le web. Avant c’était des gens connus qui venaient sur internet et lui il est devenu connu grâce à internet. Il a crédibilisé le média et j’espère que ça va continuer comme ça. Baptiste Lorber a joué dans son premier long métrage il y a peu d’ailleurs, Alison Wheeler aussi. Vraiment, ça me fait plaisir de voir les copains qui débarquent au cinéma !

Tu dis les copains, c’est plus que des collègues ?
Oui, absolument, sauf Baptiste Lorber, que je déteste (rires). Le monde internet est assez petit. On se connaît tous. On est très souvent ensemble et on fait tous la même chose.

Un film tous ensemble d’ailleurs, ça vous dirait ?
Ce serait effectivement pas mal, mais je ne sais pas si c’est une bonne idée. Il faut qu’il y ait un super scénario et que ça tienne la route !

> Je compte sur vous, de Pascal Elbé
Au cinéma le 30 décembre

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *