LORETTA RENOUVELLE LA SOUL FRANÇAISE


Photos de Delphine Payrard pour Paulette

Une voix rauque, un look rétro tiré à quatre épingles, Loretta nous transporte, avec son titre Miss You, dans la soul et l’Amérique des années sixties.

 
Pour son troisième album, la chanteuse se métamorphose en diva des années soixante. Paulette l’a rencontrée à l’Hôtel Seven Paris, en plein cœur de Paris. Elle nous raconte ses amours déçus, mais aussi son tournant musical de Laure Milan à Loretta, et sa nouvelle vie de femme fatale.
 
Paulette : Laure Milan est devenue Loretta. Tu es passée du R’n’B à la soul. C’est un peu le grand écart, non ?
Loretta : Tout est nouveau aujourd’hui. Après mon Olympia en 2008, j’ai songé à me reposer et à arrêter la musique. Quand j’ai voulu reprendre, mon nouveau producteur m’a donné envie de partir vers une direction plus soul. Je me suis rendue compte que ce que je faisais avant ne me correspondait plus. On a essayé en français, mais l’anglais sonnait mieux. Et comme tout est différent, le changement de nom me paraissait évident ! Aujourd’hui, je m’éclate quand je chante mes morceaux. Le soul c’est une technique musicale à part.  Je me suis entourée de coaches vocaux qui m’aident à me surpasser. J’ai vraiment l’impression de chanter mes chansons. Avant je les chantonnais. C’est une véritable révélation pour moi !
 

La musique soul, c’est la musique de l’âme. Qu’est-ce que cela nous révèle sur toi ?
Cette musique découle du gospel et de toutes les souffrances que les afro américains pouvaient subir. Dans cette musique, tu reçois vraiment le message que veut te délivrer le chanteur. Même en ne comprenant pas le texte, tu ressens ce qu’il veut te dire, tellement c’est puissant. Cette musique me parle. Et c’est vrai que j’ai été très touchée par la mort de ma mère en 2008. Aujourd’hui, j’ai envie de quelque chose de plus consistant. La soul me permet d’extérioriser mes sentiments.  
 
"J’AURAIS BIEN AIME QUE MON PREMIER AMOUR SOIT LE DERNIER"
 
Dans Miss you, tu parles d’une jeune femme déçue en amour. Tu parles de toi ?
Dans cette chanson, je raconte l’histoire d’une femme qui est tombée sur un mec parfait sous tout rapport. Mais cette femme n’est pas satisfaite. Elle pense encore à son ex. Cette chanson, c’est à moitié du vécu. J’ai vraiment du mal à trouver mon âme sœur. Je ne sais pas si c’est de l’exigence, si je me lasse vite, ou si les hommes ne sont pas prêts. Miss you permet de dénoncer un peu ce qui se passe dans notre époque. Les gens sont instables dans leurs sentiments. J’aurais bien aimé que mon premier amour soit le dernier …

 
Dans ton clip, tu nous donnes une leçon de style rétro. Eye-liner, chignon bouffant, bas noirs, perles blanches, jupe haute, un vrai relooking pour toi ?
Oui, c’était très sympa comme exercice. En écoutant l’album, on s’imagine vraiment l’image d’une femme gainée, hyper classe, glamour. L’album sonne sixties, il fallait donc un code vestimentaire de l’époque. C’est là qu’est arrivé le personnage de Loretta. En plus, je me suis rendue compte qu’avant j’étais un peu à l’ouest niveau vestimentaire. Je n’osais pas. Quand tu sors comme ça dans la rue, on te remarque. Et ce n’est pas toujours évident de se faire remarquer. Aujourd’hui, à 30 ans, je m’assume beaucoup plus.
 
Les icônes sixties t’inspirent ?
Oui, j’aime beaucoup cette époque et je me retrouve vraiment dans leur style vestimentaire. Quand je regarde comment étaient habillées Marylin Monroe ou Brigitte Bardot, c’était hyper féminin ! Du glamour et de la suggestion, sans tomber dans le vulgaire. Ces vêtements rétro mettent vraiment le corps féminin en valeur. Et puis, la série Mad Men m’a aussi beaucoup inspirée pour mon personnage. Je trouve que tout y est beau : les fringues, la déco et les hommes qui sont hyper classes. J’aurais bien aimé vivre à cette époque !
 
Et alors, si on remontait dans le temps, tu serais plutôt l’ambitieuse Peggy Olson  ou la sulfureuse Joan Harris ?
Non je serais plutôt la blonde qui reste chez elle. Je trouve Betty Draper magnifique. J’aime bien ce qu’elle dégage. Et elle cache bien son jeu. On pourrait croire qu’elle est soumise à son mari. Mais il lui laisse beaucoup de libertés. Et elle a même une aventure avec un autre homme ! J’aime bien ce paradoxe. C’est ma chouchou !
 
Dans ton clip, tu te fais tatouer chez Laura Satana.  Pour de vrai ?  
Ahah non, je n’ai aucun tatouage ! Dans le clip, je me fais tatouer le prénom de plusieurs hommes. Mais dans la vraie vie, je n’aime pas la souffrance. Déjà qu’aller chez le dentiste c’est dur, alors pourquoi je m’infligerais ça ?
 
As-tu un message à faire passer aux Paulette et Georges ?
Pour les Paulette, soyez féminines ! Et pour les Georges, eh bien, restez des hommes,  soyez des bonhommes ! Et arrêtez de mettre des fuseaux … Je n’en peux plus ! On se demande parfois "où sont les hommes ?" Aujourd’hui, les hommes veulent ressembler aux femmes. Et les femmes aux hommes. Mais que chacun reste à sa place ! Et les vaches seront bien gardées. (Rires) Ca y’est, c’est le Gers qui ressort !
 
 
 
LORETTA :: MISS YOU (SINGLE)           
L’album sortira en septembre.  
 
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *