LES PORTRAITS VÉGÉTAUX D’AMÉLIE CHASSARY


Cette jeune photographe formée à Penninghen met en scène avec douceur la continuité des corps et du végétal. Interview.
 
Paulette : Bonjour Amélie. Quand es-tu née, où as-tu grandi ?
Je suis née en 1980. J’ai grandi à Brive-la-Gaillarde en Corrèze jusqu’à 20 ans. Depuis je vis à Paris.
 
Tes premiers émois artistiques ?
À 10 ans, quand j’ai découvert les peintures de Robert et Sonia Delaunay.
 
Quel a été ton parcours académique ?
Dès mon plus jeune âge, j’ai suivi des cours de dessin, de peinture et de sculpture à l’académie des Beaux-arts de Jacques Chevalier à Brive. Il était évident pour moi de poursuivre dans une école d’art. J’ai étudié à l’ESAG Penninghen à Paris et suis titulaire d’un master en arts graphiques. Passionnée par l’image et la mise en scène, j’ai très vite compris que la photographie était le meilleur medium pour m’exprimer. De ce fait j’ai complété ma formation dans un studio photo pour maîtriser la technique et la lumière. Depuis, je suis photographe et je poursuis ma carrière en m’ouvrant de plus en plus vers des projets artistiques.

 
"CREER L’ILLUSION D’UNE CONTINUITE AVEC LE CORPS."
 
Quand et comment as-tu réalisé cette série de portraits ?
Cette série de portraits a été réalisée en 2009 avec le souhait de transformer des végétaux en accessoires et de créer l’illusion d’une continuité avec le corps. Le réel se mélange à l’imaginaire, cette approche est constante dans mes photographies.
 
Quelle est ta technique, ta manière de travailler ?
Je photographie à l’argentique pour donner ce grain à l’aspect velours qui donne une approche picturale aux images. Je mets en scène des personnes, je fabrique mes décors et accessoires, je me raconte des histoires que je photographie soit en lumière naturelle, soit en y ajoutant une source de tungstène. La photographie prise est la photographie finale, il n’y a ni montage ni retouche.

 
"NI MONTAGE NI RETOUCHE."
 
Comment définirais-tu ton regard ?
Un regard qui mêle la couleur à l’émotion, la réalité à l’imaginaire, l’humour à la poésie avec une légère touche de provocation.
 
Un de tes derniers coups de cœur artistiques ?
La pièce "Le théâtre des opérations" mise en scène Pierre Rigal au Théâtre du Rond-Point.
 
As-tu des photographes préférés ?
J’aime l’univers surréaliste de Man Ray, les histoires de Duane Michals, les mises en scène et les couleurs de Guy Bourdin et les compositions picturales et éphémères de Georges Rousse.
 
Ta photo connue préférée ?
Il est difficile de n’en citer qu’une mais je dirais "Woman with Long Hair" de Man Ray.

 
Ta playlist du moment ?
En ce moment j’écoute Radio classique, un bon moyen pour s’évader.
 
Tes projets actuels ?
L’exposition du second volet de la série "Huis-clos" commencée en 2009 avec Lucie Belarbi à la Galerie Rauchfeld, rue de Seine à Paris. Nous avons abordé le second volet avec un regard plus pictural et instinctif. En parallèle, je continue à étoffer des séries personnelles. Et la poursuite de l’édition photographique de mon "Journal (poésie des sentiments)" commencée en 2007. Cette série est un regard sur mon intimité. J’y mets en scène des instants précis et intenses d’émotion où se répondent corps, paysages et objets. Enfin, dans "Figures", je réalise des photographies aux formes plus abstraites.


  
>Retrouvez l’univers d’Amélie Chassary sur son site : ameliechassary.com
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *