LES PLANCHES : L’ATELIER DE GRUMBERG


L’Atelier de Grumberg peint le portrait émouvant d’un atelier de couture dans l’immédiate après guerre, tenu par Léon, un juif qui a pu échapper aux camps de concentration. Ses employées (des couturières "aux cœurs gros comme ça", un presseurs rescapé des camps et un communiste syndicalisé) tentent tant bien que mal de reprendre leur souffle dans ce climat étrange où on prend la pleine mesure de ce que fut la barbarie nazie en même temps que la vie reprend son cours.
 
A l’Aire Falguière, petit théâtre intimiste, la mise en scène signée par Dalia Bonnet et Coralie Paquelier nous plonge tout de suite au plus proche des personnages. Le spectateur est tout de suite intégré au petit groupe des couturières, comme s’il faisait lui aussi parti de cette joyeuse bande. L’empathie pour chacun des personnages en ait décuplé. Difficile de ne pas vouloir aller "guincher" avec Mimi (merveilleuse Caroline Steffanucci) après la représentation, ou de rester boire un verre avec Hélène et Léon pendant qu’ils finissent de préparer leurs livraisons.
 
Grâce à une distribution parfaite, et un environnement sonore minutieux, on retrouve le sentiment intact de ce que fut cette difficile et pourtant euphorique sortie des enfers de la guerre. Cette pièce est comme un voyage dans le temps poignant. On passe du rire aux larmes en permanence, et on reste tenu en haleine jusqu’à la dernière minute. La pièce est d’une justesse incroyable et saura parler à chacun d’entre nous.
C’est un témoignage essentiel, qu’il faut voir absolument.
 
> L’Atelier de Grumberg
Théâtre Aire Falguière
55 rue de la Procession – 75015 Paris
Jusqu’au 16 décembre
Les mardis et vendredis à 21h, le dimanche à 17h30

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *