LES MEILLEURS LIVRES ÉROTIQUES

Illustration, Roland Tisserand


La semaine dernière, je me suis arrêtée dans une jolie librairie de mon quartier, réputée pour son choix intelligent de livres. J’y trouve toujours mon bonheur mais ce jour-ci, c’est le drame : le best-sex-seller est sur la table près de la caisse.

 
« Encore lui », m’écriais-je fâchée ! Nous parlons bien de Fifty shades of Grey. Comme j’aime beaucoup le libraire, j’ai fait l’effort de réfléchir sur le pourquoi du succès de ce roman… En fait, on a beau le tympaniser, il est tout de même la preuve que les hommes mais surtout les femmes ont besoin de se libérer, de s’évader, d’avoir la culotte mouillée et ça, c’est génial. 
 
Pour aller plus loin, je vous propose donc aujourd’hui une sélection de 5 livres érotiques, à connaître, à lire et relire, pour flamber dans vos prochains repas, pour jouir tout bas ou pour s’évader là où on ne vous chercherait même pas.
 
> Le Marquis de Sade : La philosophie dans le boudoir (1795)
 
« Vous ne me trouverez jamais en défaut, quand il s’agira de libertinage »
 
Le libertinage dans la théorie et dans la pratique. Une libertine décide de faire l’éducation sexuelle d’une jeune fille, aidée de plusieurs hommes. Un des romans les moins terribles de Sade mais pas un des moins intéressants.

> Pauline Réage : Histoire d’O (1954)
 
« O était nue dans sa cellule »
 
Un roman dur et cru mais qui fait partie des livres les plus connus de la littérature érotique française. Pauline Réage n’a peur de rien et c’est son héroïne, O, qui en fait les frais. Enfermée dans une demeure aussi luxueuse qu’effrayante, cette dernière va aller au-delà de ses limites par amour pour son amant. À lire !

> Emmanuelle Arsan : Emmanuelle (1959)
 
« Son doigt tressaillait sur le clitoris, comme une libellule »
 
Un monument de la littérature érotique. On envie Emmanuelle, une femme libre, libérée, pleine de fantasmes. Parfois maitresse, parfois soumise, Emmanuelle est un peu la reine de toutes les reines lorsque l’on parle d’érotisme et de sensualité. 

> Anaïs Nin : Venus erotica (1977)
 
« Et l’orgasme éclata comme un éclair, les frappant tous deux ensemble »
 
L’érotisme poétique d’une femme qui a écrit des textes pour plaire à un homme. Une série de nouvelles sensuelles qui ont toutes le même but : parler de sexe, de plaisir, de passion et d’épanouissement. De Lilith la frigide à Viviane la prostituée à la peau chaude comme de la braise, on se plait à vivre à imaginer toutes ces histoires. 

> Aymé Dubois Joly : Mémoires d’une culotte (1978)
 
« Embrasser, ma vie durant, un joli cul, n’était-ce pas l’idéal ? »
 
Une culotte qui parle, top ! De sa boutique dans les quartiers chics au tiroir des vieux chiffons, on accompagne notre étrange héroïne sur les fesses d’une ribambelle de jolies filles. L’érotisme frivole et drôle d’un auteur que l’on connaît trop peu, à lire entre copines ou dans le métro.
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *